Martin Luther : biographie du réformateur protestant

Martin Luther : biographie du réformateur protestant BIOGRAPHIE DE MARTIN LUTHER - Théologien et réformateur allemand, il est l'un des instigateurs du protestantisme. Biographie de l'homme s'est opposé aux actions du catholicisme.

Biographie courte de Martin Luther - Martin Luther est né le 10 novembre 1483 à Eisleben (Allemagne) et mort le 18 février 1546 dans la même ville. Il fut le fondateur de la Réforme protestante avec ses 95 thèses, se liguant contre le catholicisme et en particulier le pape et de fait changeant le cours de l'histoire religieuse et de la civilisation occidentale. 

Jeunesse de Luther 

Né à Eisleben, en Allemagne, d'un père exploitant d'une mine de cuivre et d'une fonderie, Martin Luther vit dans un milieu bourgeois. Son père, Hans Luder, souhaite pour son fils aîné une carrière de juriste. Il l'inscrit donc dans les écoles latines de Mansfeld, puis Magdebourg et Eisenach, pour ses études primaires et secondaires, où il apprend le trivium, c'est-à-dire la grammaire, la rhétorique et la logique. En 1501, il entre à l'université d'Erfurt, puis obtient un diplôme de bachelier et une maîtrise en 1502 et 1505. Il commence à étudier le droit pour son père mais se désintéresse rapidement de cette matière. Il porte un plus grand intérêt à la théologie et à la philosophie, se focalisant de plus en plus sur l'étude des textes saints. 

Le 17 juillet 1505, Martin Luther décide de quitter l'université pour entrer dans une confrérie augustinienne à Erfurt, faisant la déception de son père. Cette décision fait suite à un événement qui s'est produit le 2 juillet : la foudre frappe juste à côté de lui, le manquant de peu. Cela fait ressortir en lui la peur du jugement divin mais surtout celle de la mort, peurs caractéristiques fréquentes en cette fin de Moyen-âge. Ainsi il devient membre de l'ordre mendiant des augustins, cherchant désespérément la promesse de son salut dans l'ascèse. Il poursuit son étude de la théologie et devient prêtre en 1507, commençant également à enseigner, tout d'abord au couvent d'Erfurt. En 1512, il obtient son doctorat en théologie et occupe la chaire d'enseignement biblique à l'université de Wittenberg. C'est dans cette même ville qu'il devient prédicateur de l'Eglise à partir de 1514.

Les 95 thèses de Martin Luther 

95 thèses de Martin Luther
Le 31 octobre 1517, Martin Luther présente ses 95 thèses © MARY EVANS/SIPA

Martin Luther est étouffé par sa culpabilité, son salut devenant une obsession. Travaillant sur les épîtres de Paul dans le nouveau testament, il trouve sa libération dans l'épître de Paul aux romains. Il en conclut qu'il faut avoir une confiance totale en Jésus - qui les aime -, qu'il faut accepter son statut de pêcheur, car il est impossible d'être parfait devant Dieu, mais qu'il faut tout de même faire pénitence. Mais, en 1517, il entre en conflit avec la papauté à cause du commerce des indulgences. Le pape Jules II, dans le but de financer la construction de la basilique Saint-Pierre, décrète qu'il est possible d'acheter des indulgences (pardon partiel ou total de la peine temporelle des pêchés déjà pardonnés devant Dieu). Cela devient un commerce lucratif, continuant sous le pape Léon X et qui est soutenu par Albert de Brandebourg, l'archevêque-électeur de Mayence. Martin Luther est en désaccord avec ce commerce, trouvant que ça ne peut pas résoudre les vrais problèmes et que cela va à l'encontre de la vraie piété. Ainsi il rédige ses 95 thèses et, le 31 octobre 1517, les placarde sur les portes de l'église de la Toussaint de Wittenberg.

Ces 95 thèses condamnent le commerce des indulgences, la pratique du haut clergé et la vie monastique et conteste des dogmes tels que le Purgatoire, antichambre du Paradis. A l'origine, elles étaient destinés à être diffusées autour de lui mais elles ont pris de l'ampleur grâce à l'imprimerie, diffusant ainsi ces thèses en Saxe et en Allemagne. Par ces thèses, Martin Luther souhaite juste créer des débats mais, il ne se doute pas qu'il vient en réalité de concevoir les prémices du protestantisme (qui est actuellement une des branches du christianisme). Il reçoit une bulle pontificale Exsurge Domine le 15 juin 1520, où le pape Léon X lui ordonne de se rétracter, mais, en 1521, Luther la brûle en public, rompant ainsi avec l'Eglise catholique. Son procès débute un an plus tard et aboutit sur son excommunication, le 3 janvier 1521.

La vulgarisation de la Réforme

Après son excommunication, Martin Luther a une entrevue avec Charles Quint, en avril 1521, devant la diète de Worms. Il refuse toujours de se soumettre et est donc mis au ban de l'Empire, ce qui implique que tout le monde peut le mettre à mort. Mais Luther possède des appuis politiques tels que le landgrave de Hesse (titre noble porté par les princes germaniques) et le prince-électeur de Saxe Frédéric III le Sage. Ce dernier le met à l'abri dans le château de la Wartbourg, du 4 mai 1521 au 6 mars 1522, Luther ayant comme pseudonyme chevalier Georges. Il y fait la traduction de la Bible puis décide de repartir dans son cloître de Wittenberg. La Réforme s'étend peu à peu aux principautés voisines. 

En avril 1529, pendant la diète de Spire, Charles Quint essaye d'atténuer le conflit et d'affirmer son pouvoir mais Luther possède le soutien de six princes et quatorze villes. Ces derniers menacent de solliciter un concile si Charles Quint se tourne de nouveau vers l'édit de Worms, qui interdit le luthéranisme et qui a mis au ban Martin Luther. En 1530, Philippe Mélanchton, disciple de Martin Luther, lit la confession d'Augsbourg, lors de la diète d'Augsbourg. Composée de 28 articles, cette confession présente de manière claire les croyances des réformateurs afin de constituer un texte qui convient aux catholiques de l'Empire. La diète, avec les théologiens catholiques, rejettent le texte. Suite à ce rejet, les princes luthériens se rassemblent et forment la ligue de Smalkalde en 1531. Quelques années plus tard, le 25 septembre 1555, après de longs combats, la paix d'Augsbourg donne la liberté de conscience et met donc sur un pied d'égalité protestants et catholiques. 

Martin Luther et Charles Quint

Maintenant dirigeant d'un grand mouvement religieux, Martin Luther doit l'organiser. Ainsi, il crée des outils pédagogiques, "Le Petit Catéchisme", en 1529, pour le peuple et "Le Grand Catéchisme" pour les pasteurs. De fait, il instaure la suppression des vœux monastiques et le célibat des prêtres, il supprime également les sacrements "non-évangéliques", en gardant le baptême et l'eucharistie. Puis il déclare que la langue liturgique est l'allemand, et que ce sont les communautés locales qui élisent les pasteurs. Il appuie ses dires en se mariant à une ancienne religieuse, du nom de Catherine de Bora, en 1525, avec qui il a par la suite six enfants. En 1534, il achève l'écriture de sa Bible. De plus en plus, le luthéranisme se répand. En effet, le royaume de Suède devient luthérien en 1544 et Elisabeth Ière intronise l'anglicanisme en 1559. Puis survient le premier synode des Eglises réformées en France. 

Le luthéranisme

La théologie luthérienne est relativement complexe mais elle peut être synthétisée en cinq points : 

  • sola scriptura : la norme critique des discours et des actions chrétiennes est la sainte Ecriture seule.
  • sola gratia : pour atteindre son propre salut, seule la grâce compte, et non pas les interventions de l'homme.
  • sola fide : on ne peut atteindre le salut que par la foi seule.
  • solus christus : le "Christ seul", qui représente à la fois Dieu et l'homme, transmet, à travers l’Évangile et l'eucharistie, la justification et la guérison.
  • soli Deo gloria : seul Dieu est sacré, absolu ou divin. De fait, aucune autre entreprise humaine, même la théologie, ne peut prétendre être absolue ou universelle.

Le luthéranisme possède d'autres principes comme la condamnation de la vie monastique. La foi est le seul lien indéfectible entre les Hommes et Dieu, ainsi les actes de charité sont vains s'il n'y a pas la foi. Luther accorde une grande importance à la liberté de conscience. Celle-ci est lorsqu'un individu choisit lui-même les valeurs ou principes qui vont mener son existence. Cela comprend de fait la liberté de religion et la liberté par rapport à la religion. Pour finir, la parole de Dieu et l'Ecriture seule guident l'Homme sur le bon chemin.

Fin de vie de Luther

A cause de la mort de sa fille Madeleine et des affrontements entre protestants, Martin Luther a connu des périodes d'angoisse et de dépression. De plus, il souffre de la gravelle. Il meurt le 18 février 1546 sans doute d'un accident vasculaire cérébral. Il est enterré à l'église de la Toussaint de Wittenberg, de même que son ami théologien Philippe Mélanchton.

Martin Luther possède toutefois une image controversée à cause de son opinion sur les juifs. En effet, il considère le judaïsme comme un crime. En 1543, il publie un pamphlet s'intitulant "Des Juifs et de leurs mensonges", dont la composante est d'une extrême violence. Ce pamphlet contribue à appuyer un fort antisémitisme en Allemagne, en particulier sous le Troisième Reich, devenant un livre à succès. Le philosophe et psychiatre allemand-suisse Karl Jaspers dit de ce pamphlet : "Là, vous avez déjà l'ensemble du programme nazi"

Postérité

Des musées existent pour se souvenir de Martin Luther. Premièrement, sa maison, le cloître de l'université de Wittenberg, qui a été transformée en musée et qui est le plus grand musée du monde sur la Réforme protestante. En 1994, il est reconnu comme site du patrimoine mondial. Il y a également sa maison à Eisenach, une maison patricienne à colombages, qu'il est possible de visiter. Le château de la Wartbourg, où il a été caché par Frédéric III de Saxe, garde aussi le souvenir de son passage.

De plus, l'astéroïde 7100 a été nommé à son nom, en son hommage. Lors du cinquième centenaire de la réforme luthérienne en 2017, de nombreuses célébrations ont eu lieu en Allemagne, en l'honneur de Martin Luther. Le Comité pontifical des sciences historiques a organisé un colloque, où le pape François a reçu les participants et le 31 octobre 2017 a été déclaré jour férié. 

Martin Luther : dates clés

3 avril 1507 : Martin Luther est ordonné prêtre
Futur père du protestantisme, Martin Luther est ordonné prêtre le 3 avril 1507, après avoir passé quelque temps au couvent des Augustins d'Erfurt, en Allemagne, et malgré l'opposition de son père, qui n'était pas convaincu par la vocation religieuse du fils. Tour à tour professeur de philosophie, puis théologien, il s'oppose progressivement au pouvoir papal et à certains dogmes de l'Eglise catholique romaine, ce qui aboutira en 1521 à son excommunication et aux débuts, par ricochet, de la réforme protestante.
31 octobre 1517 : Les 95 thèses de Martin Luther
Sur la porte de l'église de Wittenberg, en Saxe, le prêtre Martin Luther affiche ses 95 thèses. Il dénonce la pratique des "indulgences" qui promettent aux fidèles d'accéder plus rapidement au paradis, contre le paiement d'un tribut au clergé. Il affirme aussi que les prêtres peuvent être mariés et il condamne la fonction cléricale. Les bases du protestantisme sont jetées. Les thèses de Luther seront diffusées à travers l'Allemagne sans son accord. Elles finiront brûlées par le pape Léon X en juin 1520.
7 octobre 1518 : Luther affirme la supériorité de l'Ecriture sur l'autorité du pape
Convoqué à Augsbourg devant le général des dominicains Thomas Cajetan, Martin Luther, futur initiateur de la Réforme protestante, refuse de rétracter ses propos dans lesquels il affirme la supériorité de l'écriture sur l'autorité du pape. A la suite de cela, Léon X décide de procéder à l'excommunication de Luther, et en profite pour dénoncer 41 des 95 thèses émises par ce dernier.
3 janvier 1521 : Excommunication de Martin Luther
La bulle papale "Decet romanum pontificem" excommunie le réformateur allemand Luther et ses partisans jugés hérétiques. Martin Luther continuera à soutenir sa doctrine devant la Diète de Worms, présidée par l'empereur Charles Quint au mois d'Avril. Il ne sera pas condamné à mort mais banni. Grâce à la récente invention de l'imprimerie, dès le jour de son excommunication, des traductions en langues populaires de ses "95 thèses" circulent déjà partout en Europe.
26 mai 1521 : Luther mis au ban de l'Empire
L'empereur Charles Quint promulgue l'Edit de Worms, qui met au ban de l'Empire le réformateur Martin Luther, parce qu'il refuse de se rétracter après la publication de ses "95 thèses". L'oeuvre de Luther sera à l'origine d'une révolution religieuse qui modifiera profondément le christianisme. Il est considéré comme le père de la Réforme protestante qui influencera les cultures germaniques et anglo-saxonnes.
1er juillet 1523 : Henri Voes et Jean Van Hessen, deux luthériens, sont brûlés vifs à Bruxelles
Le 1er juillet 1523, la Grand-Place de Bruxelles est le théâtre de l'exécution des deux premiers martyrs protestants, brûlés vif, Henri Voes et Jean Van Hessen. Accusés de promouvoir la doctrine de Luther, Henri Voes et Jean Van Hessen seront arrêtés et ainsi exécutés, une mise à mort qui durera plus de quatre heures. La mort de ces deux protestants marque le début de l'inquisition dans les Pays-Bas espagnols.
5 avril 1525 : Albert de Brandebourg se convertit à la Réforme de Martin Luther
Le 5 avril 1525 est marqué par plusieurs événements. En parallèle de la signature du traité de Cracovie, Sigismond Ier de Pologne instaure son pouvoir sur la Prusse-Orientale. Le même jour, Albert de Brandebourg, connu comme une personne influente de l'ordre teutonique, annonce sa conversion à la réforme de Martin Luther. Albert de Brandebourg se fera également nommer duc de Prusse, par Sigismond Ier de Pologne quelques jours plus tard.
1er avril 1529 : Publication du Petit Catéchisme de Martin Luther
Aux mois d'avril et mai 1529, Martin Luther publie son "Grand" et son "Petit catéchisme", un ouvrage qui visait à rendre accessible à tous l'enseignement de la Parole de Dieu. Fervent militant de la nouvelle religion baptisée "protestantisme", Martin Luther s'appuiera sur son œuvre pour promouvoir une vision différente de la religion chrétienne, une démarche qui le conduira à être en conflit avec le pape tout au long de son existence.
25 février 1593 : Le luthéranisme devient religion officielle en Suède
Sous l'égide de Charles de Sudermanie (1550-1611), patron du Parti luthérien et oncle du nouveau roi de Suède, Sigismond III Vasa (1566-1632), est réuni le synode d'Uppsala qui, adoptant les préceptes de la Confession d'Augsbourg de 1530, établit officiellement le luthéranisme en Suède. Son clergé, passé à la Réforme, s'est séparé de l'Eglise catholique et romaine. Dès lors, afin de pouvoir être couronné, Sigismond III, d'obédience catholique et qui devait arriver à Stockholm le 30 septembre, fut dans l'obligation d'entériner les décisions prises par l'assemblée, autorisant de facto ses sujets à pratiquer leur religion protestante.

Autour du même sujet