Jean-Paul II : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE JEAN-PAUL II - Jean-Paul II est né le 18 mai 1920 à Wadowice (Pologne). Il est mort le 21 avril 2005 à Vatican.

Biographie courte de Jean-Paul II - Avecvingt-six années passées au Vatican, Jean-Paul II a réalisé le troisième plus long pontificat de l'histoire. Globe-trotter infatigable, le Pape a été à la rencontre des fidèles àtravers le monde. A chaque visite, ce sont des centaines de milliers de personnes qui viennent à la rencontre du Très Saint Père. Homme de prière et homme d’action, il a accompli son rôle de Pape avec une formidable énergie, étant à la fois chef spirituel de l’Eglise, médiateur politique et diplomate.  

Sa jeunesse sous l’occupation allemande

Karol Wojtyla, qui prendra ensuite le nom de Jean-Paul II, naît en 1920 à Wadowice, une petite ville de Pologne.  Son père est officier au 12ème régiment d’infanterie. Karol Wojtyla reçoit une éducation religieuse. Il perd sa mère alors qu’il a neuf ans, et son frère trois ans plus tard. Le jeune garçon passe son bac en 1938 puis se dirige vers des études de philosophie polonaise. Il suit également  des cours de théâtre. Mais, avec l’occupation des Allemands, l’université de Cracovie est contrainte de fermer. Karol Wojtyla va alors travailler dans une usine chimique. Il  restera très marqué par la déportation de certains de ses compatriotes. Autre tragique événement pour le futur pape, son père meurt en 1941. C’était le dernier membre de sa famille.

En 1942, l’université de Cracovie rouvre clandestinement ses portes et  Karol Wojtyła reprend ses études. Il s’inscrit au séminaire. En octobre 1944, le cardinal Mgr Sapieha l’accueille avec d’autres séminaristes dans son Palais, les protégeant ainsi des camps de la mort.

La prêtrise

Cracovie est libérée des Nazis en janvier 1945. Karol Wojtyla est ordonné prêtre le 1er novembre 1946. Il est envoyé à Rome pour compléter sa formation. Il y reste deux ans et soutient une thèse en théologie sur « La foi dans la pensée de saint Jean de la Croix ». 

De retour en Pologne, le jeune abbé rejoint la paroisse de Niegowic, puis devient vicaire de Saint-Florian de Cracovie de 1949 à 1951. A cette époque, il s’occupe et s’investit beaucoup auprès de groupes de jeunes. Il entreprend un doctorat en philosophie à l'université catholique de Lublin et l’obtient en 1953. Ensuite, il y donne un enseignement sur la théologie morale et d'éthique sociale.

D’évêque auxiliaire à pape

En 1958, Karol Wojtyla est nommé évêque auxiliaire de Cracovie par Pie XII. Il devient, à 38 ans, le plus jeune évêque de Pologne. Le 28 septembre de cette même année, il reçoit la consécration épiscopale des mains de l’Archevêque Bazia. Mgr Wojtyla participe au Concile Vatican II (1962-1965). Il prend une part active à l’élaboration de la constitution Constitution Gaudium et spes. Il assiste à toutes les assemblées du Synode des Evêques.

Le 13 janvier 1964, il devient archevêque de Cracovie. Il rencontre les fidèles dans toute la Pologne et fait des homélies pleines de vigueur. Il se lance dans une lutte contre l’idéologie marxiste. Pour lui, rien n’est plus dangereux qu’un système socio-politique, en apparence libre et tolérant, mais dont le matérialisme et l’hédonisme sapent continuellement les valeurs chrétiennes. En 1967, Paul VI le nomme cardinal.

C’est le 16 octobre 1978 que le Cardinal Wojtyla est élu Pape par les cardinaux du Vatican. Il prend à partir ce moment-là le nom de Jean Paul II. Ne faisant pas parti des favoris, son élection est une surprise. Le premier pape non-italien depuis 455 ans marque dès le départ sa différence. Il abandonne la chaise à porteur utilisée par ses prédécesseurs et préfère se tenir près de la foule.

Un grand missionnaire

Jean-Paul II multipliera ses voyages à travers le monde, et fera de chacun d’eux un événement médiatique. Polyglotte et d’un grand charisme, il attire les foules. Au total, il fera 104 voyages à l'étranger (dans des pays où aucun pape n’était jamais allé) et 146 visites pastorales en Italie. L’attentat dont il est victime en mai 1981 sur la place Saint-Pierre ne l’arrêtera dans ces voyages.

Le rôle politique et diplomatique d’un pape est une priorité selon lui. Jean-Paul II contribuera à l'effondrement du communisme en Europe de l'Est. Cependant tous ces combats ne font pas l’unanimité. Ainsi, le Pape réaffirme en février 1993 son opposition au préservatif, précisant que "la chasteté est le seul moyen pour mettre fin à la plaie tragique du sida". 

Le Pape avait des positions très conservatrices sur les questions de morale et de la famille. Cet ardent défenseur du droit à la vie a rappelé l'opposition de l'Église à l'avortement et l'euthanasie. Il oeuvra également pour le dialogue interreligieux, à l’exemple des conférences d'Assise pour la paix (en 1986 et 2002).
 
Jean-Paul II a beaucoup augmenté le nombre des canonisés et des béatifiés, souhaitant mettre en avant les innombrables exemples de la sainteté d'aujourd'hui. Il a procédé à 147 cérémonies de béatification (1338 Bienheureux) et à 51 de canonisation (482 Saints). Attaché aux jeunes, il a créé les Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) en 1985. Chacune de ces  JMJ rassembla des milliers de jeunes du monde entier.

Une santé défaillante

Sa santé s’est affaiblie à partir de sa fracture du fémur en 1994. Peu après, il est atteint par la maladie de Parkinson. Mais cela ne l’empêcha pas de poursuivre ses nombreuses activités. Il répondait aux questions des journalistes : "On gouverne l'Eglise avec la tête et non avec les jambes".

Les ennuis de santé du Pape s’aggravent début 2005. Après deux hospitalisations, Jean-Paul II meurt au Vatican le 2 avril 2005 à 21 h 37. Sa dépouille sera exposée place Saint Pierre jusqu’à ses funérailles le 8 avril et des millions de fidèles vinrent lui rendre un dernier hommage.  

Le 264ème pape a marqué les esprits par le renouveau qu’il a apporté à l’Eglise catholique. Charismatique et proche des fidèles, il oeuvra pour la justice et la dignité de tous. On retiendra de son pontificat (le 3ème plus long de l'histoire) ses nombreux voyages, la lutte contre le communisme et le nazisme, la volonté de rapprochement entre les religions, et son attachement aux valeurs traditionnelles.

Jean-Paul II : dates clés

18 mai 1920 : Naissance de Jean-Paul II
Karol Wojtyła naît à Wadowice, en Pologne. Son père, Karol Wojtyła, était un officier en retraite. Sa mère meurt alors qu'il a neuf ans. Il perd son frère trois ans après, en 1932. Il fait des études de philosophie polonaise à l'université Jagellonne de Cracovie.
1 novembre 1946 : Son ordination
Karol Wojtyla est ordonné prêtre.
28 septembre 1958 : Il devient le plus jeune évêque de Pologne
A 38 ans, Karol Wojtyła est nommé évêque auxiliaire de Cracovie par Pie XII.
1 janvier 1967 : Karol Wojtyła devient archevêque puis cardinal
Karol Wojtyła participe activement au Concile Vatican II (1962-1965). Il assiste à toutes les assemblées du Synode des Evêques. Après avoir été nommé archevêque de Cracovie en 1964, il est nommé cardinal par le pape Paul VI en 1967. Celui-ci apprécie l'énergique polonais.
16 octobre 1978 : Jean Paul II devient souverain pontife
L'archevêque de Cracovie, est élu Pape par les cardinaux du Vatican pour succéder à Jean-Paul Ier mort prématurément. A 58 ans Karol Jozef Wojtyla, prendra le nom de Jean Paul II. Pour le première fois depuis 455 ans, l'Eglise désigne un souverain pontife qui n'est pas de nationalité italienne. Le dernier pape non-italien était le hollandais Adrien VI en 1522.
1 janvier 1979 : Le Pape sillonne le monde
Le Pape est un grand globbe-trotter. Il se rend entre 1979 et 2004 dans une centaine de pays, (dont certains où aucun pape n'était jamais encore venu) : Mexique, Saint-Domingue, Pologne, Irlande, Etats-Unis, Turquie, Zaïre, Kenya, Ghana, Congo, Haute Volta (Burkina-Faso), Côte d'Ivoire, France, Brésil, Allemagne, Philippines, Japon, Gabon, Guinée Equatoriale, Portugal, Grande-Bretagne, Argentine, Suisse, Espagne...
2 juin 1979 : Jean-Paul II en Pologne
Le pape Jean-Paul II, en visite dans sa Pologne natale, a été accueilli par des centaines de milliers de personnes. Jean-Paul II est le premier souverain pontife non-italien. C'est aussi la première visite pontificale dans un pays communiste. Le pape, qui se recueillera au camp d'Auschwitz, plaidera pour les droits de la personne.
13 mai 1981 : Jean-Paul II victime d'un attentat
Des coups de feu sont tirés contre le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre à Rome, devant une foule de 20 000 fidèles. Le tireur, un Turc de 23 ans du nom de Mehmet Ali Agça, aurait été manipulé par les services secrets soviétiques. Jean-Paul II attribuera sa miraculeuse survie à l'intervention de la Vierge de Fatima et ne renoncera pas aux déplacements et à l'action diplomatique. Il circulera désormais parmi la foule dans une voiture blindée surnommée la "papamobile".
1 janvier 1986 : Le pape fait des gestes forts envers les autres religions
Pour la première fois dans l'histoire, un pape se rend dans une synagogue. Jean-Paul II rencontre les chefs de la communauté juive dans la synagogue de Rome et déclare à la communauté juive : «Vous êtes nos frères préférés, et, d’une certaine manière, on peut dire que vous êtes nos frères aînés.» Le 27 octobre, il invite à Assise les responsables de toutes les Eglises et des religions du monde entier à une prière commune pour la paix.
2 avril 2005 : Mort de Jean-Paul II
Le pape Jean-Paul II (de son vrai nom Karol Wojtyla) s'éteint à 21h37 à 84 ans, après 26 ans de pontificat. Il était rongé par la maladie depuis plusieurs années, et avait subi plusieurs opérations. Plus de 60 000 personnes se sont rassemblées place Saint-Pierre à Rome à l'annonce de son décès. On retiendra de son pontificat (le 3ème plus long de l'histoire) ses nombreux pélerinages (104 pays visités), la lutte contre le communisme et le nazisme, le rapprochement entre les religions, et son attachement aux valeurs traditionnelles.

Autour du même sujet

Religion