Jésus : qui est-il ? Biographie de sa naissance à son "ascension"

Jésus : qui est-il ? Biographie de sa naissance à son "ascension" BIOGRAPHIE DE JESUS - Fondateur du christianisme, il est considéré comme étant le fils de Dieu, le Messie, pour les chrétiens. Biographie de cette figure centrale de la religion catholique.

Biographie courte de Jésus - Il s'agit d'un personnage historique né à Bethléem en Judée en l'an 4 avant l'ère chrétienne. Jésus, ou Jésus-Christ, est le nom donné à Jésus de Nazareth, mort en l'an 30 à Jérusalem (Judée). Pour les chrétiens, Jésus est considéré comme étant le fils unique de Dieu, le Messie, "celui qui est mort et ressuscité pour le salut des hommes". Bien qu'étant lié à la religion chrétienne, il est connu de tous à travers le monde. 

Introduction

La vie de Jésus est relatée par quatre évangélistes : saint Marcsaint Jean, saint Luc et saint Matthieu. Dans le nouveau Testament, les quatre évangiles canoniques témoignent de l'existence de Jésus et transmettent son enseignement. La biographie ci-dessous est une synthèse de la vie de Jésus. Toutefois, il est à noter que sa biographie est complexe puisqu'elle tire ses origines de différentes sources et que certains éléments sont imprécis voire inconnus, puisque l'on parle d'une personne qui a vécu il y a plus de 2000 ans. 

Naissance de Jésus de Nazareth

Jésus de Nazareth, dit Jésus Christ, est né vers l'an 4 avant notre ère, sous le règne d'Hérode Ier le Grand. D'après les évangiles de Luc et Matthieu, il est né à Bethléem en Judée. Mais certains tendent à penser qu'il est né dans un autre village, ou une autre ville, et que Bethléem fut choisie parce qu'elle est la ville du roi David, lieu prophétique où le Messie est attendu. Jésus est le fils par adoption de Joseph, le charpentier, qui descend du roi David, et de Marie. Selon Luc et Matthieu, la conception se fit "par la vertu du Saint-Esprit". De fait, Marie est vierge lorsqu'elle a Jésus, les chrétiens lui donnant par la suite le surnom de "Vierge Marie". Il est l'aîné de la famille et appartient au clan des nazôréens, qui attendent l'apparition d'un "fils de David".

Quelque temps après sa naissance, Jésus a la visite de mages, évoquée par l'évangile de Matthieu. Il n'est pas précisé leurs noms, leur nombre et le fait qu'ils soient rois, Matthieu signale seulement qu'ils viennent d'Orient. Les mages viennent à Jérusalem et font savoir au roi Hérode qu'ils cherchent le "roi des Juifs qui vient de naître", afin de l'honorer. Ils sont guidés par une étoile, découvrent l'enfant avec Marie et lui offrent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Dieu les avertit ensuite à travers un songe de ne pas retourner voir le roi Hérode et ils repartent ainsi en prenant un autre chemin. Matthieu raconte ensuite la fuite en Egypte et le massacre des Innocents. En effet, le roi Hérode Ier, ayant été prévenu de la naissance du "roi des Juifs" par les mages, décide de tuer tous les enfants de moins de deux ans, dans la région de Bethléem, car il ne veut pas prendre le risque d'être détrôné. Joseph est prévenu en songe qu'il doit emmener Jésus et Marie en Egypte. Ils y restent jusqu'à la mort d'Hérode, mais le fils de celui-ci, Archélaüs, régnant sur la Judée, Joseph préfère ensuite s'installer en Galilée, à Nazareth. 

La naissance de Jésus
La naissance de Jésus de Nazareth © MARY EVANS/SIPA

La présentation de Jésus au Temple 

Selon l'évangile de Luc, après sa naissance, Jésus est présenté par ses parents au Temple de Jérusalem. Ils suivent en effet la loi juive, en particulier la prescription : "Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur". L'enfant est reçu par Syméon, un homme averti par le Saint-Esprit qu'il verra le Christ avant sa mort. Joseph et Marie accomplirent toutes les prescriptions de la loi du seigneur, tel que le sacrifice en offrande d'un couple de tourterelles ou de deux petites colombes. Ayant l'enfant dans ses bras, Syméon bénit Dieu, puis bénit les parents de Jésus et dit à Marie : "Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre". Après ces paroles, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. 

Les frères et sœurs de Jésus

Les évangiles font mention de frères et de sœurs de Jésus. Mais c'est une info à prendre avec des pincettes, car elle fait débat. Jésus aurait en effet eu plusieurs frères et sœurs mais à cette époque, il était courant chez les juifs d'appeler et de considérer les amis et proches comme des frères et sœurs. Cependant, il était rare d'avoir un enfant unique. De plus, Marie était jeune lorsqu'elle eut Jésus, donc il était possible qu'elle ait des enfants par la suite. D'après les évangiles, l'existence de frères et de sœurs montre que Jésus n'a rien d'extraordinaire, par rapport à son lien avec le roi David. Pour les chrétiens traditionalistes, le seigneur n'en a pas, il aurait plutôt des demi-frères et des demi-sœurs, nés du mariage précédent de Joseph. Cela permet ainsi de souligner la virginité perpétuelle de Marie. 

25 décembre : le jour de naissance de Jésus ? 

Le jour de naissance de Jésus est en réalité inconnu. C'est au IVe siècle, vers 354, sous le pontificat de Libère dans l'Occident latin, que la date du 25 décembre a été adoptée comme jour de naissance du seigneur. L’hypothèse la plus courante de ce choix est l'intérêt des chrétiens de christianiser les fêtes païennes. En effet, cette date coïncide avec la fête de "Sol invictus", une divinité romaine et les fêtes romaines des Saturnales. Ces dernières avaient lieu d'abord entre le 17 et le 21 décembre puis entre les 17 et 24 décembre. Durant cette période, les romains s'offraient des cadeaux, portaient autour du cou des guirlandes et plaçaient du houx, du gui et du lierre dans leurs maisons. De plus, le travail cessait et l'école aussi. Les barrières sociales n'existaient plus également, donc les esclaves possédaient une certaine liberté et pouvaient se comporter comme ils le souhaitaient envers leurs maîtres. L'Eglise en a donc fait une fête chrétienne, empruntant beaucoup de rituels à la fête romaine. Le 25 décembre se situe aussi après le solstice d'hiver. Pour les chrétiens, cette date est conventionnelle : elle représente la naissance de Jésus et non son anniversaire, d'où le nom de "nativité". Selon certains, cette fête était célébrée le 6 janvier. Pour l'Eglise arménienne apostolique, Noël est toujours célébré le 6 janvier. Pour les chrétiens catholiques et protestants, cette date correspond plutôt à l'épiphanie. Suivant le calendrier julien et non grégorien, l'Eglise orthodoxe fête noël le 7 janvier et l'épiphanie le 14 janvier. 

La vie cachée de Jésus 

La vie cachée de Jésus correspond à la période du début de son adolescence jusqu'à ses 30 ans, où il débute son ministère. Il y a très peu d'éléments qui relatent cette période, les seuls existants étant les évangiles de Matthieu et Luc, mais ceux-ci sont considérés comme relevant du merveilleux et restent très différents l'un de l'autre. Ils ont sûrement été écrits indépendamment. L'explication de cette période n'est donc faite que d'hypothèses. Pour beaucoup, Jésus a effectué durant ces quelques années son apprentissage, tant spirituel que manuel, avec son père Joseph. En effet, il fait partie d'une famille juive où la religion est importante. De plus, Joseph est charpentier, il lui apprend donc le métier. Les raisons pour lesquelles il est passé à une vie publique à l'âge de 30 ans sont également floues. Il existe trois hypothèses. La première est purement religieuse : petit à petit, Jésus a pris conscience de son importance et de ce qu'il devait accomplir. Il décide donc d'agir. La deuxième est en corrélation avec les activités de son cousin Jean-Baptiste (voir plus loin). Enfin, la troisième raison est familiale. Au bout d'un certain temps, Joseph n'apparaît plus dans les évangiles, il est alors considéré comme décédé. A cette époque, la mort du père engendre un nouveau chef de famille, qui n'est autre que l'aîné, ici Jésus. A la mort de son père, Jésus est donc devenu le chef de la famille mais il est aussi libéré de la loi de son père, il peut mener sa vie comme il l'entend. En effet, à l'époque, c'était le chef de famille qui décidait pour les autres membres de leur vie. 

Le baptême de Jésus par Jean le Baptiste

Jean le Baptiste, appelé également Jean-Baptiste, est le cousin de Jésus, fils d'Elisabeth, sœur de Marie. Il serait né six mois avant Jésus. Il fait partie d'une famille sacerdotale mais prône avant tout le pardon des péchés grâce au "baptême de repentance", qu'il pratique sur les rives du Jourdain. C'est également un ascète. Il a de nombreux disciples autour de lui et leur annonce la venue d'un personnage plus important que lui. Pour les chrétiens, ce personnage n'est autre que le messie, mais pour les historiens, Jean-Baptiste pensait que c'était Dieu en personne qui allait se présenter. Ainsi, d'après les évangiles, au-delà du lien familial, Jean-Baptiste reconnaît Jésus, qui est son disciple, comme plus grand que lui. De plus, d'après l'évangile selon Matthieu, Jésus se présente à Jean-Baptiste pour être baptisé mais ce dernier lui rétorque que c'est lui qui doit le baptiser. C'est finalement bien Jean-Baptiste qui baptise Jésus. Lorsqu'il sort de l'eau, il voit "l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui", tandis "qu'une voix venue des cieux disait : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur" ".

Jean-Baptiste continue ensuite son activité de prédicateur. Cependant, il provoque la colère d'Hérode Antipas (fils d'Hérode Ier, il règne sur les régions de Galilée et Pérée) en critiquant vivement son mariage avec Hérodiade, lui disant : "Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère". Ce reproche condamne Jean-Baptiste, qui sera mis à mort. Deux versions existent sur sa fin : la première est qu'Hérode a tué Jean-Baptiste parce qu'il avait beaucoup d'influence et qu'il pouvait de ce fait provoquer une révolte. La deuxième est qu'Hérode, agacé par les propos de Jean-Baptiste, met celui-ci en prison mais ne le tue pas, le considérant comme "un homme juste et saint". L’Évangile selon Marc raconte qu'il finira tout de même par le tuer : lors d'un banquet pour son anniversaire, la danse de la fille d'Hérodiade plut aux convives. Hérode lui dit alors : "Demande-moi ce que tu voudras... Ce que tu me demanderas, je te le donnerai, fût-ce la moitié de mon royaume". Celle-ci demande alors la tête de Jean-Baptiste sur un plateau pour venger sa mère. Bien qu'attristé, Hérode Antipas fit exécuter Jean-Baptiste. 

Le Ministère de Jésus

Jésus marche sur l'eau
Jésus marche sur l'eau © MARY EVANS/SIPA

Le "Ministère de Jésus" est la période où celui-ci passe à la vie publique, vers l'âge de 30 ans, qui dure entre 1 et 3 ans. Le commencement de cette période est marqué par le baptême de Jésus par Jean le Baptiste. Il prononce ensuite le "Sermon sur la montagne", discours adressé à ses disciples et une grande foule, portant sur l'éthique et dont fait partie la prière "Notre Père" et les Béatitudes. Il fait ses prédications principalement en Galilée, en Décapole et en Judée, surtout Jérusalem. Il se fait connaître d'abord en tant que guérisseur thaumaturge, pratiquant différents modes opératoires, tels que la guérison en trois étapes de l'aveugle de Bethsaïde ou encore celle de Bar Timée à Jéricho, à distance et en une seule parole. Cela lui permet de légitimer son enseignement. Il produit au total 37 miracles dont la marche sur l'eau, la multiplication des pains et de nombreuses guérisons. Dans les évangiles, l'accent est mis sur la confiance que possèdent les bénéficiaires, plutôt que sur le détail des manipulations. L'enseignement de Jésus porte sur l'amour du prochain et le pardon, qui sont également des principes de la religion juive, mais qui sont centraux pour Jésus. Le cœur de sa prédication réside dans l'annonce du "Royaume de Dieu". Pour cela, il utilise deux méthodes : le commentaire des textes canoniques et l'usage de paraboles.

Jésus crucifié sur la croix

La Cène
La Cène © MARY EVANS/SIPA

En avril de l'an 30 de notre ère, Jésus est arrêté, condamné et crucifié sur une croix. Cet ensemble d'événements est appelé "la Passion du Christ". En avril 30, près de Jérusalem, Jésus est venu fêter la Pâque juive (Pessa'h) avec un repas (la Cène), en compagnie de ses apôtres. Il part ensuite au jardin de Gethsémani pour prier son père, pendant que les 11 apôtres se reposent. Puis vient le 12e, Judas, accompagné d'un groupe de l'armée romaine. Il désigne Jésus par un baiser pour l'arrêter. Les raisons de cette trahison ne sont pas vraiment connues, mais il l'aurait dénoncé pour trente deniers. S'ensuit un double procès : religieux pour les Juifs et politique pour les Romains. Arrêté dans la nuit, Jésus est d'abord présenté à l'ex-grand prêtre Anân, puis placé devant une cour de justice, appelée "Sanhédrin" dans les évangiles, où le "souverain sacrificateur" Caïphe officie. Ensuite il comparaît devant Ponce Pilate, qui l'envoie chez Hérode Antipas. Chez ce dernier, ne répondant pas aux questions du roi, il est renvoyé auprès de Ponce Pilate. Le gouverneur de Judée le condamne au supplice du crucifiement, appelé crucifixion dans son cas, pour raison politique de rébellion. Jésus est ainsi flagellé, tourné en dérision et mis en scène pour se moquer du "Roi des Juifs" : il est vêtu d'une chlamyde (rappelant la pourpre royale), coiffé d'une couronne tressée d'épines et d'un roseau qui rappelle le sceptre. Il transporte ensuite sa croix jusqu'au Mont Golgotha (ou "Mont du calvaire"). Son exécution a lieu un vendredi (veille de Shabbat), sur une croix portant l'inscription "Jésus le Nazôréen, Roi des Juifs" ("INRI"). Afin de suivre la prescription de la loi judéenne, Jésus est enterré avant la levée de la première étoile. 

La crucifixion de Jésus
Jésus sur la croix © MARY EVANS/SIPA

Jésus Christ ressuscité 

Deux jours plus tard, Marie-Madeleine et Marie vont au tombeau de Jésus. Elles découvrent avec stupeur qu'il est ouvert et vide. Le corps du Christ n'y est plus. C'est au bout de trois jours après la crucifixion que Jésus ressuscite. Cette résurrection est inattendue, alors qu'elle fut plusieurs fois prophétisée par Jésus. Ainsi, pendant 40 jours, il apparaît à ses apôtres, à plus de 500 disciples, et même à des opposants. La résurrection est un élément majeur dans la fondation de cette nouvelle religion. En effet, pour l'Eglise catholique, elle accomplit les promesses de l'Ancien Testament, révèle la puissance de Dieu et confirme la divinité de Jésus et la résurrection des Hommes. 

L’Ascension de Jésus

Au bout de quarante jours se produit l'Ascension de Jésus. Dans le christianisme, l'Ascension désigne la montée aux cieux de Jésus Christ, et l'Assomption celle de la Vierge Marie. Dans l'évangile selon Marc, il ressuscite, apparaît aux Apôtres, les envoie en mission et leur donne le pouvoir de réaliser des miracles, puis monte au ciel. Dans l'évangile selon Luc, l'ascension est perçue comme la fin de l'activité de Jésus et l'ouverture aux témoignages. L'évangile selon Matthieu ne mentionne pas l'Ascension et l'évangile selon Jean annonce une ascension vers Dieu ("je vais vers le Père"), et non vers le ciel. Dix jours après l'Ascension, Jésus envoie son Esprit saint par un souffle, au moment de la Pentecôte. Ainsi les Apôtres apprennent qu'ils sont l'Eglise et qu'ils doivent partir pour prêcher l'Évangile, munis de la connaissance de toutes les langues. L'Ascension préfigure la vie éternelle pour les chrétiens. En ce qui concerne le paradis, le terme n'est utilisé que dans le Nouveau Testament, lorsque Jésus promet au "bon larron" (un bandit crucifié avec lui) qu'il l'accompagnera dans ce lieu céleste. Il semblerait que le paradis soit un endroit où les âmes demeurent après leurs morts. Cet endroit est destiné à ceux qui ne se sont pas refusés à l'Amour et au Bonheur, incarnés par Dieu. Par son Ascension, Jésus est le premier à y entrer, accompagné du bon larron. 

Le sacré cœur de Jésus

Sacré cœur de Jésus
Sacré cœur de Jésus © MARY EVANS/SIPA

Le sacré cœur de Jésus est une dévotion au cœur de Jésus Christ, c'est un symbole de l'amour divin. Il a pour concept l'amour et l'adoration voués au Christ. C'est principalement une dévotion faite par l'Eglise catholique, puis également par l'Eglise anglicane et les Eglises luthériennes mais de moindre importance. Elle a été instituée par le pape Clément XIII en 1765, puis étendue à l'Eglise catholique en 1856 par le pape Pie IX. Le symbole est un cœur enflammé étincelant d'une lumière divine, saignant, entouré d'une couronne d'épines et surmonté d'une petite croix. Ce cœur est souvent placé au centre du corps de Jésus Christ dans les représentations de ce dernier. Le blason du département de Vendée rappelle le sacré cœur de Jésus. En effet, durant la guerre de Vendée, entre 1793 et 1800, les membres de l'Armée catholique et royale de Vendée affichent délibérément celui-ci, afin de montrer leur foi face à leurs ennemis. 

Jésus : dates clés

An 4 av J-C : Naissance de Jésus
Jésus de Nazareth naît de la Vierge Marie. Dans la lignée du roi David par son père adoptif Joseph, il est considéré comme étant "le Roi des Juifs", et par conséquence le Messie. 
7 avril 30 : Crucifixion de Jésus
Condamné pour blasphème parce qu'il se dit fils de Dieu, Jésus de Nazareth est crucifié à Jérusalem sur ordre de Ponce Pilate. Le jour de sa crucifixion, il avait selon les thèses environ 33 ans. La Résurrection du Christ aura lieu, selon les Écritures, trois jours plus tard. 
1er mai 30 : L’Ascension du Christ
Selon le Nouveau Testament, Jésus Christ s’élève dans le Ciel quarante jours après avoir ressuscité d’entre les morts. Deux iconographies illustrant la scène traverseront les siècles. La première le montre parmi les nuages, s’élevant vers les cieux. La seconde le représente sur le Mont des Oliviers, pris par la main de Dieu. Toujours selon les Écritures, les apôtres recevront, après l’Ascension, l’Esprit Saint que Jésus leur avait promis lors de la Cène, son dernier repas.
13 octobre 64 : Saint Pierre est martyrisé
L’un des principaux apôtres de Jésus (d’après l’Évangile) est crucifié à Rome, suite aux persécutions de Néron vis-à-vis des Chrétiens. Le Christ lui aurait donné son nom pour symboliser sa fonction de fondateur de l’Église. La tradition romaine fera de lui le premier pape. Des siècles plus tard, un doute subsistera quant à la date précise de sa mort. Certains s’accorderont à dire qu’elle eut lieu en 67.

Religion