La peste noire : résumé et histoire de la grande peste

La peste noire : résumé et histoire de la grande peste Venue de Chine, la peste noire est une pandémie majeure, qui a décimé la France et toute l'Europe pendant le Moyen Âge. Surnommée "la grande peste", elle a emporté environ un tiers de la population. Résumé.

Résumé - C'est par la Méditerranée que la peste arrive, en 1347, lorsqu'un bateau débarque ses marchandises, mais aussi des rats glissés à bord et infestés de puces, elles-mêmes porteuses de la peste bubonique. Si "la grande peste" a tant marqué les esprits et l'inconscient collectif jusqu'à aujourd'hui, c'est parce qu'elle s'est propagée plus vite et plus intensément que n'importe quelle autre maladie connue jusqu'alors.

Jusqu'en 1351, l'Europe subit ainsi la pire pandémie de son histoire. Au Moyen Âge, on lui attribue d'abord des causes religieuses, telles qu'une punition divine. Ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que les scientifiques identifient enfin le bacille de la peste, bactérie parasite portée par les puces, qui en infectent normalement seulement les rongeurs. La mort survient 3 à 5 jours après l'apparition des premiers symptômes, environ 20 jours après la contamination, laissant la population démunie face à la peste noire. La croissance démographique européenne ne reprendra véritablement qu'au XVIe siècle.

Quelle est l'origine de la peste noire ?

L'origine de la peste noire est un bacille qui se développe dans l'intestin d'une puce. Lorsque cette dernière mord un hôte, essentiellement un rongeur, le bacille est régurgité et infecte donc l'hôte. Si le rongeur meurt trop rapidement, la puce doit trouver un nouvel hôte, et l'humain, nombreux dans les ports et comptoirs commerciaux, qui s'épanouissent en ce milieu du XIVe siècle, est un sujet de choix.

Avant de gagner l'Europe, la peste noire s'est développée en Chine, puis a atteint l'Inde. Elle s'est ensuite propagée sur le continent européen. Seuls les pays nordiques n'ont pas connu de véritable ravage grâce au climat peu propice à la multiplication du bacille.

Quels sont les symptômes de la peste noire ?

"La danse macabre", XVème siècle, à l'église Saint-Germain de la Ferté Loupière, en Bourgogne-Franche-Comté. © lemélangedesgenres - stock.adobe.com

La peste noire peut prendre trois formes. L'une est dite bubonique, car elle provoque l'apparition de bubons, ou boutons purulents. Elle est transmise par le rat. La seconde est dite pulmonaire, car elle attaque les poumons et entraîne l'asphyxie. Elle se transmet entre humains par simple inhalation. La dernière est appelée septicémique, car elle infecte le sang et crée des taches noires sur la peau : des symptômes qui ont certainement donné son nom à la peste noire.

La peste bubonique était cependant la plus spectaculaire. Le malade était d'abord pris de fièvre, de maux de tête, de frissons et de courbatures. Des bubons apparaissaient ensuite à l'endroit de la morsure, puis au niveau des ganglions, c'est-à-dire aux aisselles, à l'aine et au cou notamment. La mort survenait au milieu de vomissements de sang, de tremblements de fièvre et d'une grande faiblesse.

Quand et où a eu lieu la peste noire ?

La peste noire est une pandémie qui a sévi à la fin du Moyen Âge, au XIVe siècle. Elle a causé des millions de morts en Eurasie, en passant par l'Afrique du Nord. Après la Chine et l'Inde, elle atteint l'Europe via le bassin méditerranéen, à partir duquel elle se propage dans toutes les directions. Les Italiens la ramènent également de leurs batailles contre les Mongols à Caffa. De manière générale, les pèlerins et les marchands ont été les vecteurs de transmission les plus importants dans l'expansion de l'épidémie, notamment via la route de la soie.

Comment s'est déroulée l'épidémie de la peste noire en France ?

En France, les conséquences de la peste noire bouleversent la vie économique et sociale du pays, comme en témoignent l'augmentation du coût de la main-d'œuvre, devenue rare, le retour à la friche de nombreuses parcelles agricoles, ou encore une chute drastique des productions céréalière et viticole. La peste divise également le prix des logements parisiens par quatre.

Il faut dire que la pandémie a causé environ 7 millions de morts en France. Le pays a ainsi perdu, plus ou moins, 40 % de sa population. Cette mortalité galopante fait naître des scènes d'hystérie collective (processions de flagellants et multiplication de danses maniaques) ainsi que des violences entre les différentes populations. Les juifs sont notamment accusés par le roi de France Philippe VI d'avoir volontairement empoisonné les puits, et sont victimes de massacres. Des règlements interdisent de vendre les meubles et vêtements des morts, et de les enterrer à l'intérieur des villes.

Quels étaient les masques utilisés par les médecins de la peste noire ?

Peste noire
Gravure à l'encre d’un masque médical médiéval de peste. © Aurelija Diliute/ stock.adobe.com

Face à l'épidémie, la médecine reste impuissante, et la méfiance à l'égard des médecins se fait de plus en plus tangible. On distingue les remèdes externes, tels que les fumigations, l'application d'onguents, les saignées ou l'incision de bubons, des remèdes internes, qui reposent sur la médecine humorale de Galien (galénisme). Il est recommandé d'éviter la peur, la colère ou le désespoir, et de manger des aliments froids et secs. Purgatifs et émétiques ont également vocation à expulser le poison.

Les juifs étant souvent médecins et la médecine se révélant inefficace, l'animosité envers les médecins juifs et cette population en général ne cesse de se renforcer. Juifs ou non, les médecins s'équipaient d'un masque en forme de bec, fourré avec de nombreuses herbes aromatiques qui devaient les protéger.

Comment la peste noire était-elle soignée au Moyen Age ?

Au Moyen Âge, les personnels de santé se trompaient sur la nature de la peste noire. Ils recouraient donc à des techniques erronées, telles que les saignées et les décoctions laxatives ou émétiques, qui épuisaient encore davantage le malade. S'ils avaient observé qu'il valait mieux entailler les bubons, l'absence totale de conditions stériles entraînait régulièrement la surinfection du malade.

La découverte du bacille de la peste, baptisé Yersinia pestis, en hommage au médecin français Alexandre Yersin, qui en fut à l'origine, permit la mise en place d'antibiotiques efficaces. L'élaboration d'un vaccin par la suite fut abandonnée pour cause d'effets secondaires graves.

Comment la peste noire a-t-elle disparu ?

Peste noire
Tombes de victimes de la peste bubonique, à Eyam village, dans le Derbyshire (Royaume-Unis). © Paul - stock.adobe.com

La peste bubonique n'a pas totalement disparu de la planète. Les mesures sanitaires prises, notamment les quarantaines et exclusions drastiques, ont permis à certaines villes d'être épargnées. Avec la découverte du bacille par Yersin, des antibiotiques peuvent être utilisés, ce qui a permis sa quasi-éradication. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a cependant recensé 50 000 cas d'humains atteints de la peste entre 1990 et 2020.

Quel est le nombre de morts de la peste noire ?

Le bilan de la peste noire est difficile à évaluer au niveau mondial et fait encore débat. Selon les sources, le chiffre pourrait se monter à 75 millions de morts, voire à 200 millions. Ce dernier chiffre reprendrait cependant le nombre total de victimes des trois épidémies de peste, dont seule la dernière est appelée "peste noire". En Europe, le nombre de décès se chiffrerait à 25 millions, soit une personne sur trois.

Quelles sont les conséquences de la peste noire ?

Les conséquences démographiques et socio-économiques sont lourdes à tous les niveaux, car la maladie touche tout le monde, sans distinction sociale. La panique entraîne l'apparition de pratiques extrémistes religieuses, telles que les flagellations en procession ou les danses et chants en groupe, durant des heures. Comme la gestion des décès implique d'enterrer les morts de la peste dans les 6 heures, les porteurs des morts et les fossoyeurs se font de plus en plus rares, obligeant à recourir à des prisonniers. Parmi les mesures sociales, on compte également l'élaboration de règlements de peste et l'apparition du "capitaine de santé", pour gérer les quarantaines.

Quelles ont été les réactions des populations durant l'épidémie de peste noire ?

La peste noire est un épisode chaotique. L'interprétation de la pandémie comme châtiment divin pousse les habitants des villages à se regrouper pour danser et chanter au cours de danses maniaques jusqu'à épuisement. Face aux violences qui découlent des accusations d'empoisonnement, les juifs cachent leurs richesses autour de leur maison, donnant lieu à un véritable trésor révélateur de la vie des juifs au Moyen Âge. Les pillages se multiplient dans les villages abandonnés par leurs habitants décédés.

Comment la peste noire a-t-elle influencé l'art et la culture ?

Peste noire
Squelette isolé de la fresque de Clusone : "La danse macabre", datée de 1485, attribuée à Giacomo Borlone. © xiaoma - stock.adobe.com

Traumatisante pour toute la population européenne, la peste noire influence les artistes de toutes les disciplines. La mort se fait omniprésente dans les représentations graphiques, la poésie, l'architecture, où les évocations macabres s'épanouissent : les vivants dansent avec les morts (danses macabres), les morts alertent les vivants sur leur sort à venir ("Dit des trois morts et des trois vifs"), la mort a souvent lieu en masse… Dans la religion, les représentations des gisants sont non plus béates, mais en décomposition ; le Christ est crucifié dans une position de souffrance et non plus triomphale… Des réminiscences de ce traumatisme perdurent jusqu'au XXe siècle, avec des ouvrages tels que La Peste, d'Albert Camus, ou encore Le Hussard sur le toit de Jean Giono.

les dates clés de la peste noire

1338 - La peste noire se propage en Asie
La peste noire, aussi appelée "grande peste", se déclare en Asie centrale, et commence à se propager dans de nombreuses provinces chinoises. Elle atteindra bientôt l'Inde et ses comptoirs commerciaux. Transmise par les rats embarqués sur les navires, elle touchera l'Europe près de dix ans plus tard. En 1347, la Crimée et la Sicile sont atteintes ; en 1348, Florence est sévèrement touchée. La peste noire sera considérée comme l'une des épidémies les plus meurtrières de l'Histoire, faisant 25 millions de victimes en Europe, et ayant certainement le même bilan dramatique en Asie.
1347 - La peste devient une arme
Lors du siège de Caffa, une colonie génoise de Crimée, les Mongols infectés par la peste catapultent les cadavres des leurs par-delà les enceintes de la ville. Les Génois ne tardent pas à présenter les premiers symptômes. En regagnant le port de Marseille, puis l'Italie, ils participeront à la propagation de la maladie en Europe.
Novembre 1347 - Marseille envahie par la peste noire
Durant les derniers mois de l'année, Marseille est victime de l'épidémie de peste noire, qui s'est déclarée en Asie, dix ans plus tôt. La maladie se répand par l'intermédiaire des puces des rats, lesquels infestent les navires marchands. C'est précisément un bateau génois qui diffuse le mal dans la ville. Quelques mois plus tôt, les Italiens avaient, en effet, fui leur colonie de Crimée, attaquée par des guerriers mongols infectés. Bientôt, la maladie touchera les autres grandes villes françaises, puis l'Allemagne et l'Angleterre… Dès 1349, la quasi-totalité de l'Europe sera infectée. Jusqu'en 1351, la peste noire fera près de 25 millions de victimes en Europe.
1348 - Mort de Giovanni Villani
Giovanni Villani était un marchand, un écrivain et un homme politique florentin du XIVe siècle. Il est principalement connu pour être l'auteur de "la Nuova Cronica", un texte littéraire qui relate l'histoire de la cité de Florence au Moyen Âge, de 1264 jusqu'en 1346, au moment de son apogée économique. Il s'agit du texte le plus important sur le sujet, qui fournit une multitude de détails précieux pour les historiens. Giovanni Villani est mort de la peste en 1348.
15 septembre 1348 - Les Juifs de Chillon sont accusés d'avoir empoisonné les puits
Entre 1348 et 1351, la peste noire ravage l'Europe. D'après les estimations, près d'un habitant sur trois décède. Bien que la population juive souffre tout autant de la peste que les autres, une rumeur se crée selon laquelle les Juifs empoisonneraient les puits pour tuer les chrétiens. Lorsque la peste arrive à Chillon, sur le lac Léman, les Juifs de la ville sont arrêtés et torturés jusqu'à ce qu'ils avouent, faussement, avoir empoisonné les puits. Ils seront ensuite massacrés et expulsés.
20 juin 1894 - Yersin isole le bacille de la peste
Le bactériologiste français d'origine suisse Alexandre Yersin, adécouvre le bacille de la peste (Yersinia pestis), à Hong Kong. Il identifie également le rat comme vecteur de l'épidémie. De retour à Paris l'année suivante, il mettra au point avec Albert Calmette et Emile Roux un vaccin et un sérum contre la peste. Il fondera plusieurs filiales de l'Institut Pasteur au Vietnam, et deviendra directeur honoraire de l'Institut Pasteur de Paris en 1933.

Moyen-Age