Charlemagne : biographie du roi couronné empereur d'Occident

Charlemagne : biographie du roi couronné empereur d'Occident BIOGRAPHIE DE CHARLEMAGNE - Roi des Francs, il a réussi à restaurer l'empire d'Occident par ses conquêtes, et son couronnement par le pape a confirmé son statut d'empereur. Voici son histoire.

Biographie courte de Charlemagne - Charlemagne est né le 2 avril 742, et mort le 28 janvier 814. On l'appelait aussi Charles 1er le Grand. Roi des Francs, il devint Empereur en 800. Deuxième roi franc de la dynastie Carolingienne, Charlemagne reste le restaurateur de l'Empire d'Occident. Au-delà de l'immensité de son territoire, qui s'étend de l'Atlantique à la Baltique et des Pyrénées au Danube, il incarne le renouveau et les contradictions de son temps. Ainsi, misant sur la culture et le savoir, il est l'acteur de la Renaissance carolingienne et la favorise via la création d'écoles gratuites ouvertes à tous. Pourtant, lui-même ne parvient jamais à écrire. Fervent lecteur de la Cité de Dieu de Saint-Augustin, ses conquêtes amoureuses n'ont d'égales que ses conquêtes militaires, trahissant le paganisme de ses ancêtres. Toutefois, s'il n'hésite pas à utiliser une brutalité des plus "barbares" pour convertir les Saxons au christianisme, Charlemagne poursuit tout son règne l'ambition de reconstituer une Europe unie par la foi chrétienne.

Charles Ier le Grand, roi des Francs

Charles est probablement né le 2 avril 742 dans le royaume Franc, sur le territoire de l'actuel Belgique. Il est le fils aîné de Pépin le Bref et de Berthade de Laon, dite "Berthe aux grands pieds". Pépin le Bref est lui-même le fils de Charles Martel. Confronté à la domination des mérovingiens, Pépin parvient à se faire élire roi des Francs en novembre 751, après avoir exilé Childeric III. Trois ans plus tard, le 28 juillet 754, le pape Etienne II le couronne, ainsi que ses fils Charles et Carloman. Charles apprend alors l'art de la guerre et du pouvoir en suivant son père. A la mort de Pépin le Bref en 768, Charles est couronné roi en même temps que son frère Carloman. Il porte le nom de Charles Ier le Grand, en référence à sa taille (il mesure 1.90 mètre). Son nom latin est Carolus Magnus, ce qui est à l'origine du terme Charlemagne.

Le royaume de Pépin est donc divisé en deux, Charlemagne ayant comme capitale Noyon et Carloman, Soissons. Pépin avait misé sur une bonne entente entre ses deux fils, mais il ne faut que quelques mois pour que l'Histoire contredise ses espoirs. 770 est une année difficile pour Charlemagne, qui doit affronter la révolte des Aquitains sans que son frère daigne l'aider. De surcroît, il croit faire une bonne opération en épousant Désirée, la fille du roi des Lombards, mais le visage de sa nouvelle femme n'est guère gracieux. Dès l'année suivante, lorsque son frère Carloman meurt tandis que son beau-père Didier s'en prend aux territoires du Saint-Siège, la situation change brusquement.

Charlemagne et la religion chrétienne

Ne laissant guère le temps à ses neveux de se partager les terres de Carloman, Charlemagne s'en empare immédiatement. Prenant le parti de Rome contre celui de Didier, roi des Lombards, il en profite pour répudier Désirée et épouser la belle Hildegarde. Dès 773, il scelle son union avec le Saint-Siège en attaquant les Lombards qui capitulent à Pavie. Charlemagne obtient sa première victoire importante et ajoute la Lombardie à son Royaume. Se portant garant de la sécurité des Etats pontificaux, il renforce encore ses liens avec l'Eglise. Dès lors, Charlemagne se donne pour mission de christianiser l'Europe, et notamment les rois saxons. Au-delà de sa propre croyance, Charlemagne insiste tout au long de son règne sur la nécessité de christianiser les puissants comme la population, car c'est un ciment puissant pour unir des peuples de langue et de culture différentes. Charlemagne multiplie les combats et les conquêtes, notamment à l'est. Deux raisons le motivent : une situation politico-économique qui nécessite l'acquisition de nouvelle terres et de nouvelles richesse pour garantir la pérennité du royaume, et la volonté de christianiser. En 772, il fait un coup double en s'attaquant à l'Irminsul. Monument païen, l'Irminsul (ou arbre-monde) est de surcroît un lieu chargé de trésors. Brisant une idole, Charlemagne en profite pour enrichir le royaume. C'est le début d'une longue et violente lutte contre les Saxons.

Roncevaux et la mort mythique de Roland

Bien que l'on associe Charlemagne à la capitale de son Empire, Aix-la-Chapelle (Aachen), le roi vit une vie nomade, allant d'une frontière à l'autre à la recherche de nouvelles conquêtes. Il ne part d'ailleurs pas seul avec son armée et ses conseillers, puisqu'il est accompagné par sa femme Hildegarde. En 778, enceinte de jumeaux, elle suit Charlemagne dans son périple espagnol. Sollicité par un Maure dissident, Charlemagne traverse les Pyrénées pour conquérir Barcelone, Pampelune, et attaque Saragosse. Stoppé aux portes de la ville et apprenant que le leader saxon Widukind a fomenté un soulèvement à l'est, le roi franc fait demi-tour. Mais, attirées par le butin, des troupes basques déciment l'arrière-garde à Roncevaux. Si la Chanson de Roland, écrite trois siècles plus tard, enjolive considérablement l'histoire, il reste que Charlemagne perd en Roland un de ses plus fidèles auxiliaires.

Les missi dominici de Charlemagne

D'un caractère autoritaire, Charlemagne veut contrôler la bonne tenue de son royaume. Or, sa grande étendue rend cette tâche extrêmement difficile à l'époque. Le roi nomme donc des hommes de confiance à la tête des différentes régions créées pour l'occasion, et nommées les comtés. Leur nombre est d'environ 300. Il y renforce son contrôle en créant les missi dominici (envoyés du maître), dont la charge est de s'assurer de la bonne application des directives royales. Les missi dominici voyagent ainsi par deux au minimum, un laïc (évêque) et un religieux (comte), afin d'équilibrer les pouvoirs.

Réforme de l'école

Bien qu'il puisse faire preuve d'autoritarisme et de brutalité, Charlemagne est loin d'être un guerrier frustre assoiffé d'or et de nouvelles conquêtes. Il s'entoure des plus grands savants de son temps pour réformer le royaume. Ainsi, depuis 781, l'anglais Alcuin le conseille au quotidien, mais il est bientôt rejoint par Paul Diacre et Eginhard (son biographe). Atterré de constater que certains moines ne savent pas écrire et révolté par l'existence de religieux peu scrupuleux et sombrant facilement dans l'ivrognerie, il charge l'Eglise de former plus rigoureusement religieux et laïques. Pour cela il décrète l'instauration d'écoles libres et accessibles gratuitement. Celles-ci sont destinées à former l'élite administrative et religieuse du pays. Contrairement à la croyance populaire, Charlemagne n'a pas inventé l'école, mais il a permis aux écoles de s'ouvrir et d'accueillir une population plus large.

Charlemagne, nouvel Empereur d'Occident

A l'ouest, Charlemagne rencontre une résistance acharnée de la part des Bretons, qu'il ne parviendra jamais à briser. Il se contente de maintenir "une marche" à la frontière de la Bretagne. A l'image de l'épisode de Roncevaux, le royaume franc et ses frontières ne sont pas un havre de paix. Conscient du problème, Charlemagne établit des "marches" dans les zones les plus risquées. Les marches sont des zones placées sous commandement militaire afin de prévenir et de contenir les attaques ennemies. De telles zones sont notamment établies aux environs de Nantes et Rennes pour contenir les Bretons, ou en Espagne pour se prémunir des incursions sarrasines.

A l'est en revanche, Charlemagne ne restreint pas ses ambitions. Depuis 772, il mène une guerre sporadique et violente. En 782, il est aux prises avec l'ancien chef Saxon Widukind, qui le bat au mont Sunthal. Le roi franc fait alors preuve d'une violence inouïe en ordonnant l'exécution des 4 500 otages retenus à Verden. Finalement, Widukind sera battu en 785. Charlemagne consolide sa présence en s'emparant de la Bavière en 788, puis de la Carinthie, détenue par les Avars. Il met d'ailleurs à cette occasion la main sur le Ring, enceinte fortifiée remplie de trésors amassés par ce peuple au cours de leurs raids.

Le couronnement

En l'an 800, Charlemagne assiste à la cérémonie de Noël, lorsque le Pape Léon III le couronne et prononce la formule "À Charles Auguste, couronné par Dieu grand et pacifique empereur des Romains, vie et victoire !". L'Empereur d'Occident renaît en la personne de Charlemagne, et le fait d'avoir été sacré par le pape lui confère une plus grande légitimité. Pourtant, Charlemagne serait sorti de la cérémonie en colère. Il convoitait certainement le titre d'Empereur et devait être en négociation avec le Pape. Toutefois, la cérémonie le prend au dépourvu. En effet, laisser Léon III lui poser la couronne, c'est admettre qu'il doit son pouvoir et sa légitimité d'Empereur à l'Eglise. Un millénaire plus tard, Napoléon s'en souviendra et se posera lui-même la couronne sur la tête… Si l'Empire d'Orient peine à reconnaître ce titre, Charlemagne bénéficie d'une légitimité nouvelle. Malgré quelques difficultés sporadiques à l'est, les frontières de l'Empire sont stables et Charlemagne se consacre avant tout à la politique intérieur durant les quatorze dernières années de son règne. Souhaitant moraliser le pays, il multiplie les initiatives favorisant une meilleure organisation de l'Empire et un renouveau culturel : c'est la Renaissance carolingienne.

Mort de Charlemagne

Quelques années avant sa mort, Charlemagne projette de partager son empire entre ses trois fils. Cependant, Pépin et Charles, ses deux aînés, meurent entre 806 et 813. Sentant ses forces décliner, Charlemagne décide finalement de transmettre son titre d'Empereur à Louis, son dernier fils. Louis le Pieux est couronné en 813. Un an plus tard, Charlemagne décède le 28 janvier 814, dans sa capitale d'Aix-la-Chapelle. En restaurant l'Empire, Charlemagne a contribué à stabiliser l'Europe du Moyen-Age et à asseoir la présence et le pouvoir de l'Eglise. Cependant, son immense Empire ne lui survivra pas.

Les épouses de Charlemagne

Himiltrude est la première épouse de Charlemagne. Malgré le fils qu'elle lui a donné en 770, elle est de petite condition et Charlemagne préfère rompre son union avec elle dans le but de créer une alliance politique avec les Lombards. Il épouse donc Désirée de Lombardie, fille du roi des Lombards en 770, mais la jeune fille est jugée trop laide par Charlemagne. Lorsque le roi des Lombards s'en prend aux terres du Pape l'année suivante, Charlemagne en profite pour entrer en guerre contre lui et se débarrasser de sa fille. Dans la foulée, il prend pour femme la belle Hildegarde de Vintzgau, jeune femme de treize ans dont il est sincèrement amoureux. Elle lui donne neuf enfants et n'a que 25 ans lorsqu'elle meurt en couches. Quelques mois plus tard, Fastrade de Franconie lui succède. Elle donne naissance à deux filles au cours de leur onze ans de mariage. La dernière épouse de Charlemagne est Luitgarde d'Alémanie. Elle l'accompagne de 794 à l'an 800, mais ne lui donne pas d'enfant. Charlemagne a également partagé la couche de plusieurs concubines qui lui donnent aussi une descendance.

Charlemagne : dates clés

25 septembre 768 : Mort de Pépin le Bref
Le premier roi de la dynastie des Carolingiens, Pépin le Bref, dit "le petit", est inhumé à Saint-Denis. Fils de Charles Martel et époux de Berthe au grands pieds, il lègue son royaume à ses fils : Carloman et Charlemagne. Les deux frères se déchirent pour le partage des terres. Charlemagne hérite d'un royaume (l'Austrasie, la Neustrie et l'Aquitaine maritime) qui enserre les terres de son frère cadet (l'Alémanie, l'Alsace, la Bourgogne, la Septimanie et une autre partie de l'Aquitaine). Quand Carloman meurt soudainement le 4 décembre 771, Charlemagne s'empare des terres de son aîné et dépossède ses neveux. Il devient Empereur d'Occident.
4 décembre 771 : Charlemagne prend le pouvoir
Le roi de France Carloman meurt à Samoussy. Son frère, Charles Ier, profite de sa disparition pour s'accaparer des terres destinées à ses fils. Il devient dès lors le seul roi des Francs, grâce à la bénédiction que lui confère l'archevêque Wilcharius de Sens. Il sera couronné "empereur des Romains" par Léon III dans la basilique Saint-Pierre de Rome, le 25 décembre de l'an 800, et prendra le nom de Charlemagne.
774 : Charlemagne confirme les États pontificaux
Charlemagne, le fils de Pépin le Bref, réaffirme l’autorité temporelle du pape sur les États pontificaux obtenus en 756. Par la suite, les États pontificaux vont s’étendre progressivement, au rythme des donations et des conquêtes.
15 août 778 : Mort de Roland au col de Roncevaux
Roland, allié de Charlemagne, meurt lors d'une attaque surprise des Vascons (Basques), dans le col de Roncevaux (Pyrénées). Il revenait d'Espagne avec son armée , et y avait vaincu les Arabes. Ses hauts faits sont contés dans "La chanson de Roland", qui fera de lui un modèle de vaillance.
781 : Alcuin se charge de l’école de Charlemagne
Dans un désir de promulguer un enseignement aux hommes de son administration, Charlemagne fonde l’école du palais. Il en confie la direction à Alcuin, grand érudit britannique. De petites écoles épiscopales se créeront par la suite. C’est alors une véritable renaissance culturelle qui débute au sein de l’empire carolingien.
Charlemagne annexe la Dalmatie
Située en frontière de l’Empire d’Orient et du futur nouvel Empire d’Occident, la Croatie a su vaincre les Avars, puissance nomade venue d’Asie. Mais après les avoir repoussés, laissant le soin à Charlemagne de les soumettre, les Croates doivent faire face à un conflit d’influence entre Carolingiens et Byzantins. Les terres croates seront ainsi partagées. La Dalmatie, partie la plus étendue, se retrouve sous la domination des Francs dans le nouvel Empire d’Occident.
25 décembre 800 : Sacre de Charlemagne
Le pape Léon III sacre Charlemagne "Empereur des Romains" dans la basilique Saint-Pierre de Rome, selon le rite byzantin. A 58 ans, le roi des Francs et des Lombards devient empereur d'Occident sur un empire qui s'étend de la mer du Nord à l'Italie et de l'Atlantique aux Carpates.
28 janvier 814 : Mort de Charlemagne
L'Empereur d'Occident Charlemagne meurt à l'âge de 72 ans à Aix-la-Chapelle. Son fils Louis le Pieux lui succède avec le titre impérial.