Néron : biographie de l'empereur romain despotique

Néron : biographie de l'empereur romain despotique BIOGRAPHIE DE NERON - Empereur romain, les sources et la postérité lui ont attribué une image d'homme cruel. Biographie.

Biographie courte de Néron - Né le 15 décembre 37 à Antium et mort le 9 juin 68 à Rome, Néron est le cinquième et dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne. Décrit à la fois comme un despote cruel mais aussi un poète, Néron apparaît comme un personnage controversé. Toutefois, la personnalité imprévisible de l'empereur fascine toujours autant. Les sources à son sujet viennent principalement des récits de Suétone et Tacite, elles sont donc à considérer avec précaution, puisqu'elles ont été écrites une quarantaine d'années après les faits.

Enfance sous Caligula

De son vrai nom Lucius Domitius Ahenobarbus, Néron est le fils de Gnaeus Domitius Ahenobarbus et Agrippine la Jeune, sœur de Caligula. Ce dernier commence à régner le 16 mars 37 à l'âge de 24 ans. Néron peut prétendre au trône si son oncle n'a pas d'héritier mâle. Agrippine et ses soeurs ont une relation étroite avec leur frère Caligula, elles avaient beaucoup d'influence sur lui. De fait, Néron est, dès sa naissance, le fils d'une femme influente et connue. Toutefois, sa mère est impliquée dans une conspiration à l'encontre de son frère, elle est donc exilée aux Îles Pontines, mais Néron ne la suit pas. Quant à son père, il décède en 40. Le 24 janvier 41, à cause d'une conspiration, Caligula, sa femme et sa fille sont assassinés. Ainsi, la vie de Néron change, puisque Claude, le successeur de Caligula, rappelle Agrippine et sa sœur.

Claude adopte Néron

Claude empereur, Néron possède très peu de chances d'être son successeur. En effet, l'empereur a deux enfants, dont un garçon, Britannicus né en 41 et Octavie, née en 40, donc un héritier. Cependant, grâce à Agrippine, la logique des choses est modifiée. Accusée de conspiration, la femme de l'empereur, Messaline, est exécutée en 48. C'est Agrippine qui devient la quatrième femme de Claude, le 1er janvier 49. Elle fait également en sorte que Néron épouse sa demi-sœur, Octavie, ce qui se produit plus tard en 53. Puis, le 25 février 50, Claude adopte officiellement Néron, sous le nom de "Nero Claudius Caesar Drusus". Lucius devient donc Néron. De plus, il est plus âgé que son frère adoptif, ce qui fait de lui l'héritier officiel du trône. Claude fait ensuite émanciper Néron en 51 - ce dernier n'a alors que 14 ans - puis il le fait nommer proconsul, le fait entrer au Sénat et il est représenté sur les pièces de monnaie.

Néron devient empereur

Le 13 octobre 54, Claude meurt empoisonné. Néron devient alors empereur, à seulement 17 ans. Dès le début de son règne, il est aidé par sa mère, le philosophe Sénèque et Sextus Afranius Burrus, préfet du prétoire. Par des primes, il tente d'obtenir les considérations de la plèbe et de l'armée. L'Empire est bien dirigé mais sa vie personnelle vole en éclats. Insatisfait par son mariage, il prend comme maîtresse une ancienne esclave du nom de Claudia Acte. Mais Agrippine est du côté d'Octavie alors que Sénèque et Burrus sont du côté de l'empereur. Néron fait en sorte que sa mère n'intervienne plus dans sa vie personnelle. De plus, Britannicus, son frère adoptif et proche de la majorité, est toujours une menace pour lui, puisqu'il est tout autant légitime. Cependant, ce dernier décède brutalement vers le 12 février 55. Certaines sources antiques, comme Suétone, accusent Néron d'empoisonnement. Mais il est plus probable que Britannicus soit mort d'une rupture d'anévrisme, suite à une crise d'épilepsie dont il souffrait.

Lors de son règne, Néron a délégué les affaires de l'Etat à ses conseillers et a mené une vie de débauche. En 59, Néron, avec probablement sa favorite Poppée, aurait orchestré le meurtre de sa mère Agrippine. La réputation de l'empereur fut entachée par cet événement, bien que Sénèque ait tenté de le défendre. Des changements se font de nouveau au cours de son règne à partir de 62. Il doit dénicher un nouveau conseiller, puisque Burrus décède, et que Sénèque préfère abandonner son poste. Il le trouve en la personne de Tigellin, qui, dès sa nomination, promulgue une série de lois contre les trahisons. De plus, Néron n'a toujours pas d'héritier et sa maîtresse tombe enceinte. De fait, il décide d'épouser cette dernière et de divorcer d'Octavie. Pour cela, il essaye dans un premier temps de l'accuser d'adultère. Mais Octavie est connue comme un modèle de vertu, contrairement à Néron, qui était tout l'inverse. Même la torture de ses esclaves n'y fait rien. Le divorce est quand même prononcé, mettant en cause l'infertilité d'Octavie. Cette dernière se suicide, en s'ouvrant les veines, le 9 juin 62, provoquant des émeutes publiques.

Néron et le grand incendie : a-t-il brûlé Rome ?

Le 18 juillet 64 est marqué par le grand incendie de Rome. A ce moment-là, Néron est en vacances à Antium. Apprenant la nouvelle, il revient donc rapidement. Lors de cet épisode, une rumeur a fait rage : Néron aurait joué de la lyre et chanté au sommet du Quirinal pendant l'incendie. En réalité, selon certains récits, Néron ouvre les portes de son palais pour accueillir les sans-abris et les nourrir, afin d'éviter la famine. Mais la population voulait un bouc émissaire, et le voyait en la personne de Néron, en particulier lorsqu'il rendit précipitamment publiques ses projets de reconstruction, dans un style monumental, de la ville de Rome. L'empereur trouve alors un autre bouc émissaire à la population et se tourne vers les chrétiens. Il en jette certains aux lions, tandis que les autres sont crucifiés et brûlés vifs. Dans la tradition chrétienne, la mort des apôtres Pierre et Paul est associée à ces persécutions. Cependant, il n'existe aucunes preuves.

Néron champion olympique

En 67, Néron va triompher aux jeux olympiques après avoir déboursé environ un million de sesterces pour acheter juges et organisateurs de la compétition (!). Dans la foulée de sa victoire, l'empereur romain décide aussi d'exonérer d'impôts ses hôtes grecs, qui se trouvent alors en province romaine. Et Néron de s'en retourner à Rome avec 1 808 couronnes d'olivier, une pour chacune de ses victoires "présumées", s'amusent les historiens modernes.   

La mort de l'empereur Néron

En 65, Néron est prit dans un nouveau scandale. Son image est dégradée parce qu'il est connu pour être un amuseur public, ce qui est inacceptable pour un empereur. S'ensuit la conjuration de Pison, un complot dont fait partie son ancien ami Sénèque. L'empereur les contraint alors à la mort et les conspirateurs se suicident. Il demande également à un général populaire et courageux de se suicider. Sans le savoir, il a fait la demande de trop. En effet, suite à cela, les commandeurs militaires envisagent de mener une révolution. Dans le même temps, selon les écrits de Suétone et Tacite, sa femme Poppée décède d'un coup de pied de Néron dans le ventre, alors qu'elle est enceinte. L'empereur tente alors de se marier de nouveau avec Claudia Antonia, mais celle-ci refuse. Il la condamne donc à la mort, prétextant qu'elle organisait un complot contre lui. Finalement, en mai 66, il épouse sa maîtresse Statilia Messalina. Il voyage ensuite pendant un an en Grèce, se distrayant par des spectacles artistiques. Mais en parallèle à Rome, Nymphidius Sabinus, le préfet du prétoire, tente de rallier à ses côtés les sénateurs et les gardes prétoriens.

A son retour de voyage, Néron sent que le climat a changé. Les révoltes commencent alors. Tout d'abord le gouverneur de la Gaule lyonnaise, Vindex. Puis le légat de la légion III Augusta en Afrique, qui cesse d'envoyer du blé à Rome. Ensuite, la garde impériale est corrompue par Nymphidius Sabinus. Pour finir, le Sénat destitue Néron, qui est contraint au suicide. Réfugié dans la maison de campagne de son fidèle affranchi Phaon, l'empereur Néron se tranche la gorge le 9 juin 68 alors qu'il n'a que trente ans, mettant ainsi fin à la dynastie julio-claudienne.

Arbre généalogique : sa famille et ses titres

Néron est le petit-fils de Lucius Domitius Ahenobarbus et d'Antonia l'Aînée, fille de Marc Antoine et d'Octavie (celle-ci étant la sœur d'Auguste et la petite-nièce de Jules César), puis de Germanicus, frère de Claude, petit-fils adoptif d'Auguste et fils adoptif de Tibère et d'Agrippine l'Aînée, fille d'Agrippa et de Julia (celle-ci étant la fille d'Auguste et de Scribonia). Néron eut quatre épouses : Claudia Octavia, de 53 à 62 ; Poppée de 62 à 65, avec qui il eut son seul enfant, une fille, qui mourut quelques instants après sa naissance ; Statilia Messalina de 66 à 68 et Sporus, les mêmes années.

Au cours de sa vie, Néron eut plusieurs noms : en 37, Lucius Domitius Ahenobarbus ; en 50, Nero Claudius Caesar Drusus Germanicus et en 66, Imperator Nero Claudius Caesar Augustus Germanicus. Il posséda également plusieurs titres et magistratures : en 55, Pontifex maximus et Pater Patriae ; il fut consul en 55, 57, 58, 60 et 68 ; acclamé Imperator en 57, 58, 59, 60, 61, 66 et 67 ; puis obtint la puissance tribunicienne à partir de 54, qui fut ensuite renouvelée tous les ans. A sa mort, sa titulature est : Imperator Nero Claudius Caesar Augustus Germanicus Pontifex Maximus Tribunicia Potestate XIV, Imperator XII, Consul V, Pater Patriae !

Postérité

La figure de Néron est souvent représentée dans les œuvres modernes. On le retrouve dans la littérature, avec par exemple le roman de Henryk Sienkiewicz "Quo Vadis ?", prix Nobel de la littérature 1905, ou encore le roman historique "Néropolis" d'Hubert Monteilhet et "Néron. Le règne de l'antéchrist" de Max Gallo.

L'empereur s'invite également au cinéma, où l'on peut voir différentes adaptions du roman d'Henryk Sienkiewicz, dont une en 1951 de Mervyn Leroy, avec Peter Ustinov incarnant Néron. Il y a aussi "Les week-ends de Néron" en 1956, de Stefano Steno, où l'on retrouve Brigitte Bardot jouant Poppée. Il apparaît au théâtre, comme dans la pièce de Jean Racine "Britannicus", et également en bande dessinée et jeux vidéo. Il a aussi inspiré des opéras : "L'incoronazione di Poppea" de Claudio Monteverdi en 1642, "Nero" d"Anton Rubinstein en 1879, "Nerone" d'Arrigo Boito en 1924 et "Nerone" de Pietro Mascagni en 1935. Néron a, enfin, même donné son nom à un logiciel informatique de gravure de disques, plus précisément baptisé "Nero". 

Néron : dates clés

15 décembre 37 : Naissance de Néron
Néron est le fil d'Agrippine la Jeune, sœur de Caligula. Il est donc le neveu de l'empereur. A sa naissance, il est loin de prétendre au trône. Pourtant, sa mère, connue et puissante, manigance pour que son fils devienne un jour empereur. 
25 février 50 : Adoption de Néron par Claude
Agrippine la Jeune, la mère de Néron, a réussi à se marier à l'empereur Claude. Elle fait donc également en sorte qu'il soit adopté par l'empereur. Etant le plus âgé, Néron devient alors l'héritier légitime au trône, devant Britannicus, le fils de Claude.  
13 octobre 54 : Néron devient empereur 
L'empereur Claude décède, ce qui fait de Néron le nouvel empereur. Grâce à son pouvoir, il fait exécuter sa mère, bien qu'elle soit une conseillère au début de son règne, puis est suspecté d'avoir également fait tuer son demi-frère Britannicus, son principal rival au trône. Son règne est imprégné de sa cruauté, de son goût pour l'art et de ses représentations théâtrales et de sa vie de débauche, les affaires de l'Etat étant déléguées à son entourage. Tout ceci le mènera à sa destitution du pouvoir. 
19 juillet 64 : Rome ravagée par un incendie
Dans la nuit, un feu immense éclate près du "Circus Maximus" et ravage toute la ville de Rome. L'incendie est d'une telle ampleur qu'il faudra six jours pour le maîtriser. L'empereur Néron, en séjour à la campagne, regagne précipitamment la capitale de son empire. Après ce terrible incendie, il fait construire un nouveau palais aux dimensions nettement supérieures au précédent. La plèbe l'accuse alors d'avoir lui-même provoqué le feu pour faire reconstruire Rome selon son goût. L'empereur despote rejette la responsabilité de l'incendie sur la minorité chrétienne. Il entreprend, dès le mois d'octobre, des persécutions sans précédent vis-à-vis d'eux.
9 juin 68 : Mort de Néron
Son suicide met fin à la dynastie julio-claudienne. Après sa mort, le Sénat vote sa damnatio memoriae, ce qui signifie que sa mémoire est maudite. L'année 69 fut marquée par de nombreuses guerres civiles et par la succession d'empereurs. Elle est d'ailleurs appelée "l'année des quatre empereurs".