Titus : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE TITUS - Empereur romain, Titus est né le 30 décembre 39 à Rome (Italie). Il est mort le 13 septembre 81 à Rome (Italie). Il régna de 79 à sa mort.

Biographie courte de Titus - Titus est un empereur romain. Après la mort de son père en 79, l'empereur Vespasien, il maintient la dynastie des Flaviens au pouvoir. Son frère Domitien lui succède à sa mort.

Titus Flavius Vespasianus naît en 39 dans une famille de notables et reçoit une éducation poussée. Il connaît une ascension rapide dans la société. D'abord tribun militaire en Germanie et en Bretagne en 57, il seconde son père, Vespasien, devenu empereur en 69. Il part en Judée pour contenir l'insurrection des Juifs et fait preuve d'une maîtrise militaire impressionnante. Il reste célèbre pour sa prise de Jérusalem en 70. De retour à Rome, il soutient son père et multiplie les responsabilités : il devient tribun en 71, puis censeur en 73, il exerce également en tant que consul. En 72, il devient préfet du prétoire, c'est-à-dire chef de la garde impériale et en profite pour exécuter des hommes trop ambitieux à son goût. Titus est aussi connu pour ses nuits de débauche et l'organisation de grandes fêtes à cette même époque. Il entretient également une relation avec Bérénice, reine de Judée, qui est très mal vue par le peuple.

Lorsque Vespasien meurt en 79 et lui lègue le trône, Titus prend ses responsabilités et renvoie Bérénice en Judée. Il entreprend de nombreux travaux à Rome, notamment sur le Colisée. Mais de grandes catastrophes successives se produisent sous son règne. En août 79, le Vésuve entre en éruption et Pompéi et Herculanum sont ensevelies. L'année suivante, Rome est touchée par des incendies et une grande épidémie de peste. Titus se montre proche de ses citoyens et généreux. Il meurt lui-même de la peste en 81 et est surnommé après sa mort par son peuple "les délices du genre humain".

Titus : dates clés

8 septembre 70 : Destruction du Temple de Jerusalem
Les troupes romaines de Titus s'emparent de la ville de Jérusalem : le Temple est brûlé et les habitants sont déportés comme esclaves. Le Temple, bâti par Salomon en 970 avant J.-C et reconstruit par Hérode en 19 avant J.-C, était le symbole et le centre du pouvoir religieux et politique des Juifs. Seul le mur occidental de soutènement de l'esplanade du Temple restera debout. Il sera appelé plus tard le "Mur des lamentations". La destruction du Temple constitue par ailleurs un élément déterminant pour la religion chrétienne, qui se détache alors de plus en plus de ses origines juives.