Nicolas II : biographie courte du dernier tsar de Russie

Nicolas II : biographie courte du dernier tsar de Russie BIOGRAPHIE TSAR NICOLAS II - Dernier empereur de Russie, Nicolas Il Romanov régna de 1894 à 1917 et fut exécuté en 1918 ainsi que sa famille par des révolutionnaires bolcheviks.

Biographie courte du tsar Nicolas II - Fils du tsar Alexandre III, Nikolaï Aleksandrovitch Romanov est né le 6 mai 1868 à Pouchkine en Russie. Il est exécuté le 17 juillet 1918 à Iekaterinbourg en Russie. Nicolas II devient empereur de toutes les Russies en 1894 à l'âge de 26 ans. Il épouse Alix de Hesse-Darmstadt (qui devient Alexandra Fedorovna) le même mois. Souverain autocratique, il développe une politique très conservatrice. Il poursuit une politique expansionniste, ce qui l'amène à soutenir l'alliance franco-russe et à s'engager dans une guerre contre le Japon (1904-1905). Son échec accroît les protestations populaires, aboutissant à la Révolution de 1905. Le tsar Nicolas II est alors contraint d'accepter une avancée libérale sous la forme de la constitution d'une assemblée représentative, la Douma.

Déchéance et mort du tsar Nicolas II

Cependant, cette ouverture prend rapidement fin, Nicolas II dissout la Douma et écrase les révoltes, ce qui lui vaut le surnom de "Nicolas le sanglant". Pendant la Première Guerre mondiale, l'armée russe subit de lourdes défaites, alors que le pays est toujours en crise. Les tensions intérieures aboutissent en février 1917 à la Révolution bolchévique. Le tsar Nicolas II préfère abdiquer. Il est rapidement emprisonné avec sa femme Alexandra et ses cinq enfants. En 1918, Nicolas II Romanov est finalement exécuté par les révolutionnaires bolcheviks ainsi que toute sa famille.

Nicolas II : dates clés

26 mai 1896 : Le couronnement du dernier tsar
Le tsar Nicolas II et sa femme Alexandra Fedorovna sont couronnés dans la cathédrale orthodoxe de l'Assomption dans le quartier du Kremlin à Moscou. Pendant la cérémonie, qui dure 5 heures, Nicolas reçoit le sceptre et la chaîne de l'Ordre de Saint-André. Celle-ci se décroche et tombe. Les mystiques de la cour interpréteront cet incident comme un mauvais présage. La révolution de février 1917 obligera le tsar à abdiquer et la famille impériale sera massacrée en juillet 1918.
22 janvier 1905 : Dimanche rouge en Russie
A l'initiative du pope Gheorghi Gapone, plus de 100 000 ouvriers russes manifestent pacifiquement devant le palais d'hiver de Saint-Pétersbourg. Ils désirent présenter au Tsar Nicolas II une pétition en faveur de réformes sociales er politiques. Mais l'armée tire sur la foule et tue près d'un millier de manifestants. La grève générale s'étend bientôt à toute le Russie, la Pologne et le Caucase. Cette répression sanglante marque le début de la première révolution russe. Lénine affirmera plus tard que le "dimanche rouge" de 1905 constitua "la répétition générale" de 1917.
19 août 1905 : La création de la Douma
Le tsar Nicolas II crée la Douma ("conseil" en russe), une assemblée nationale consultative, non législative, élue au suffrage retreint et indirect. Après l'agitation révolutionnaire, le tsar fait donc un pas vers l'établissement d'une monarchie constitutionnelle. Il y aura quatre Douma, la dernière sombrera dans la tourmente révolutionnaire en 1917.
8 mars 1917 : Début de la "Révolution de février" en Russie
Affamé et épuisé par la guerre, les Russes organisent grèves générales et manifestations dans toutes les grandes villes du pays. A Petrograd, la capitale, les ouvriers réclament la formation d'un nouveau gouvernement. Leur slogan : "A bas l'autocratie". Le mouvement aboutira à l'abdication du tsar Nicolas II. La Russie vit sa première révolution, dite "révolution de février", car selon le calendrier orthodoxe elle se déroule au mois de février et non pas en mars.
15 mars 1917 : Nicolas II abdique
Face à la révolte qui gronde dans toutes les grandes villes de Russie, le tsar choisi de se retirer du pouvoir au profit de son frère, le grand-duc Michel. Ce dernier, ne voyant aucune possibilité de rétablir l'ordre, refuse le trône. Le pouvoir revient dès lors au comité exécutif provisoire de la Douma présidé par Rodzianko. Le 6 avril la famille royale sera arrêtée.