Notre-Dame de Paris : quelle reconstruction après l'incendie ?

Notre-Dame de Paris : quelle reconstruction après l'incendie ? NOTRE DAME. Alors que l'incendie de Notre-Dame de Paris a lieu il y a trois ans, le chantier de reconstruction de la cathédrale est toujours en cours. Une réouverture au printemps 2024 est envisagée.

[Mis à jour le 29 avril 2022 à 15h51] C'était il y a trois ans. Notre-Dame de Paris était frappée par un violent incendie qui a complètement ravagé la cathédrale et manqué de la détruire si les pompiers n'avaient pas réussi à stabiliser l'édifice. Ce 15 avril 2019, jusqu'au bout de la nuit, des millions de personnes ont suivi en direct, complètement abasourdis, à Paris même ou à la télévision, l'évolution de la catastrophe qui a finalement ravagé la célèbre cathédrale parisienne sans la faire tomber. L'incendie de Notre-Dame est aujourd'hui mis en scène dans le film "Notre-Dame brûle" de Jean-Jacques Annaud. Mais où en est la reconstruction de ce symbole de la capitale et bien au-delà aujourd'hui ?

Au terme de l'incendie de Notre-Dame, la flèche de l'édifice, son toit, ainsi qu'une partie de la voûte, percée en trois endroits, ont été sérieusement endommagés. Les grandes fortunes du pays s'étaient engagées à verser plus de 850 millions d'euros pour la reconstruction. Il est aussi question de 833 millions d'euros de dons qui devraient permettre de restaurer la cathédrale. Une somme recueillie grâce à une collecte nationale et internationale ayant rassemblé 340 000 donateurs.

La construction de Notre-Dame avait donné lieu à un chantier colossal, étalé sur près de 200 ans, entre 1163 et 1345. Si ce n'est pas la première fois que la cathédrale subit un incendie - ce fût le cas notamment en 1836 -, la reconstruction implique des considérations techniques et patrimoniales. Un chantier titanesque qu'Emmanuel Macron avait demandé d' "achever d'ici cinq années".

La cathédrale de Notre-Dame sera-t-elle reconstruite à l'identique ?

Un temps, la reconstruction de Notre-Dame et en particulier de sa flèche, a fait débat, entre les tenants d'une modernisation et ceux qui souhaitaient sa reconstruction à l'identique. Pas loin d'un millénaire après le début de la construction de la célèbre cathédrale, le principe général est de rebâtir à l'identique, tout en offrant "une nouvelle jeunesse" à l'édifice.

Après avoir envisagé une version plus contemporaine, c'est en effet la décision qu'a prise le président Macron à l'été 2020, après concertation avec la Commission nationale du patrimoine et de l'architecture (CNPA), réunissant élus, experts et architectes du chantier. Parmi les matériaux durables qui vont être utilisés, on retrouve le plomb pour la toiture et le bois de chêne pour la charpente. "Nous avons choisi la continuité. Nous voulons rendre aux Français, au monde entier, la cathédrale qu'ils aiment", a justifié sur ce point Jean-Louis Georgelin, nommé à la tête de l'établissement chargé de la reconstruction.

Plusieurs experts ont émis des doutes sur la faisabilité d'un tel projet, estimant que pour tenir le délai annoncé par Emmanuel Macron de cinq ans, il était impossible de restaurer à l'identique la charpente en bois. Seule l'utilisation de matériaux modernes, comme l'acier ou le béton, permettrait de respecter le délai de livraison annoncé selon eux.

EN IMAGES. Les possibilités architecturales offertes par le chantier monumental de la cathédrale ont inspiré les plus grands maîtres mondiaux du domaine, qui ont soumis divers projets, plus ou moins modernes, proches de l'originale ou complètement futuristes. 

A quelle date est fixée la réouverture de Notre-Dame ?

La réouverture de Notre-Dame est prévue en 2024. "En 2024, vous verrez dans le ciel de Paris briller la flèche qui ne sera plus la flèche de Viollet-Le-Duc mais de Philippe Villeneuve [l'architecte en charge de la reconstruction - NDMLR] !" a déclaré le général Jean-Louis Georgelin au début du chantier. Un Te Deum a été annoncé le 15 avril 2024 au sein de la cathédrale même si la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et le général Jean-Louis Georgelin lui-même ont prévenu que les travaux vont sans doute se poursuivre bien après la réouverture.

Le parvis de Notre-Dame na' pu être rouvert pour sa part qu'au printemps 2020, une réouverture retardée à la fois du fait de la pollution au plomb et ensuite des questions de confinement.

Où en est la reconstruction de Notre-Dame de Paris ?

Après la phase de sécurisation du site, le chantier de Notre-Dame a avancé avec peine. Pendant des mois, il aura fallu évacuer les débris de la charpente morceau par morceau, puis démonter le gigantesque échafaudage qui avait été mis en place pour les travaux en cours dans la toiture au moment de l'incendie. Le tout avec les perturbations induites par une pollution au plomb persistante et par l'épidémie de coronavirus, exigeant des mesures drastiques de distanciation et d'hygiène. La deuxième phase, consacrée à l'étude de l'état des lieux, impliquant le diagnostic et le coût véritable de la restauration, a suivi, qui a elle aussi pris des mois.

La phase de reconstruction en elle-même n'a pu commencer qu'en début d'année 2022. Un millier de chênes de l'Hexagone ont été offerts, en majorité de cinq régions (Bourgogne, Centre Val de Loire, Grand Est, Pays de la Loire, Normandie) pour la charpente principale. Ils sont issus pour moitié de forêts publiques, pour moitié de près de 150 forêts privées. Après découpe, séchage sur place, "débardage" (transfert au bord des chemins) et débitage, il aura fallu les transporter dans une vingtaine de scieries. Vers le début 2023, ils seront transportés vers les ateliers des charpentiers, qui suivront les plans de Viollet-Le-Duc pour une reconstruction à l'identique. Des chênes ont aussi été proposés par des donateurs étrangers. Dans une phase ultérieure, il faudra refaire les charpentes médiévales de la nef et du choeur avec des milliers d'autres arbres, plus jeunes cette fois.

EN IMAGES. Emmanuel Macron, qui s'est rendu sur le chantier de Notre-Dame pour les deux ans de l'incendie, a maintenu l'engagement d'une reconstruction de la cathédrale pour 2024...

A quoi ressemblera l'intérieur de Notre-Dame de Paris ?

Les experts du patrimoine ont donné leur feu vert au futur réaménagement intérieur de Notre-Dame de Paris le 9 décembre 2021 seulement. Un avis favorable à deux réserves près : la place de statues qu'ils souhaitent conserver dans les chapelles et les bancs "pour lesquels le clergé doit revoir sa copie", a précisé le ministère de la Culture à l'AFP. Le projet prévoyait des bancs à roulettes, dotés de luminions, que les experts aimeraient juger sur la base de prototypes. Alors que le choeur devait être transformé en espace de prière, les experts ont aussi exprimé leur veto, "craignant que le sol, qui date du XVIIIe siècle, ne soit abîmé par le passage des fidèles et des touristes". 

Le ministère de la Culture, a réaffirmé de son côté que des oeuvres contemporaines devraient bien prendre place aux côtés des tableaux d'origine, mais "aucun nom d'artistes n'est encore arrêté". Une proposition très critiquée par une centaine de personnalités, dont l'animateur Stéphane Bern ou le philosophe Alain Finkielkraut, dans une tribune publiée dans Le Figaro et la Tribune de l'Art en fin d'année 2021.

Qui est Philippe Villeneuve, l'architecte qui supervise la restauration de Notre-Dame ?

Philippe Villeneuve est chevalier des Arts et des Lettres, et dirige la restauration de la cathédrale de Notre-Dame depuis 2013, date à laquelle il a succédé à Benjamin Mouton. Au moment de l'incendie, c'est lui qui était en charge des travaux concernant la flèche de Viollet-le-Duc, qui a totalement disparu dans les flammes. Depuis, le ministre de la Culture lui a renouvelé sa confiance, et il mène désormais les travaux de sécurisation de l'édifice, avant que les travaux de restauration proprement dite puissent débuter.

Auparavant, Philippe Villeneuve s'était illustré dans la restauration de plusieurs musées, mais surtout pour son travail au château de Chambord, où il était responsable des jardins et de la restauration du donjon, ainsi que de la construction de la halle d'accueil.

L'incendie de Notre-Dame de Paris en images

Le lundi 15 avril 2019, peu avant 19 heures, un incendie se déclare sur le toit de Notre-Dame de Paris. L'une des plus grandes catastrophes des dernières années dans la capitale débute. Pendant près de 15 heures, les pompiers prendront d'énormes risques pour tenter de sauvegarder l'édifice, proche de s'écrouler. Ils ne commenceront à maîtriser l'incendie et à stabiliser la situation qu'au milieu de la nuit.

Dès le début de l'incendie à Notre-Dame de Paris, les images du drame ont circulé en masse sur les réseaux sociaux, avant que les agences de presse ne prennent le relais. Toute la soirée, les photos de l'incendie à Notre-Dame de Paris ont montré d'immenses flammes s'échappant du toit de l'édifice, dans un épais nuage de fumée. L'effondrement de la flèche de Notre-Dame sur elle-même a été un autre épisode riche en images dramatiques. Mardi, de nouvelles images ont été dévoilées par l'AFP, des photos prises à l'intérieur de la cathédrale, sur lesquelles on constate l'étendue des dégâts dans la nef. 

Quelles est l'origine de l'incendie de Notre-Dame de Paris ?

Les causes exactes de l'incendie à Notre-Dame de Paris, le lundi 15 avril 2019, sont inconnues à ce stade, mais le monument était en travaux de restauration au moment où le feu s'est déclaré. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour déterminer les circonstances du départ de feu, et confiée à la police judiciaire. La phase d'investigations dans les décombres est terminée. Une longue phase d'analyse des prélèvements doit encore durer plusieurs mois pour tenter d'identifier l'origine du sinistre. Un seule chose est sûre : il ne s'agit pas d'un acte criminel, les policiers n'ayant pas trouvé d'origine criminelle au départ de feu.

Selon les premiers éléments de l'investigation, révélés par Le Parisien, les policiers ont identifié que l'incendie avait débuté à la base de la grande flèche, vers 18h50. Ils suspectent une défaillance sur l'installation électrique et un court-circuit, dont les causes restent à établir. Selon le journal, les enquêteurs s'interrogeraient sur l'installation d'un ascenseur sur le chantier, mais l'hypothèse d'un départ de feu sur un point chaud lié à une soudure n'est pas écartée.

Musées / Monuments