Médicament anti-paludisme : Lariam, Malarone... Traitement et dangers

Médicament anti-paludisme : Lariam, Malarone... Traitement et dangers Souvent recommandé aux voyageurs qui s'envolent vers un pays tropical, le médicament contre le paludisme suscite de nombreuses questions : est-ce contraignant ? Quels en sont les dangers et les effets secondaires ? Lariam, Malarone... On fait le point sur les différents traitements.

Vous partez prochainement en voyage dans un pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine ? Il est très probable que l'on vous recommande de prendre un traitement préventif contre le paludisme, une maladie infectieuse courante dans de nombreuses zones tropicales et subtropicales. Transmis par la piqûre de certains moustiques femelles, le paludisme (ou malaria) provoque de forts symptômes grippaux tels qu'une fatigue généralisée, des vertiges, une perte d'appétit, une fièvre, des troubles digestifs et vomissements... L'Afrique est de loin le continent le plus touché, avec 90% des cas de paludisme recensés dans ses zones tropicales. Aucun vaccin ni moyen préventif n'assurant à lui seul une protection totale contre le paludisme, c'est pourquoi il est nécessaire de recourir simultanément à une chimioprophylaxie (la prise d'un médicament antipaludique à titre préventif) ainsi qu'à des mesures de protection contre les piqûres de moustiques une fois sur place.

Les traitements contre le paludisme

En fonction du pays visité, de la durée du séjour et des caractéristiques individuelles de chaque voyageur, quatre médicaments peuvent être prescrits pour la prévention du paludisme :

  • Le Lariam : La prise doit débuter au moins 10 jours avant le départ dans la zone à risques afin de tester la tolérance du médicament. Dans la mesure du possible, il est même préférable d'effectuer trois prises avant le départ afin de détecter un éventuel effet secondaire qui pourrait survenir plus tardivement. Sur place, prenez un comprimé par semaine. De retour en France, il est nécessaire de poursuivre la prise du médicament pendant encore trois semaines. Prix : entre 30 et 40 euros la boite de 8 comprimés.
  • La Malarone : La prise du comprimé (un par jour au cours d'un repas pour une personne pesant plus de 40 kilos) doit débuter le jour d'arrivée dans la zone impaludée et se poursuivre pendant une semaine après votre retour dans l'Hexagone. Prix : environ 40 euros la boîte de 12 comprimés.
  • La Nivaquine : La prise doit débuter le jour de l'arrivée et se poursuivre pendant 4 semaines après votre retour. Si vous pesez au moins 50 kilos, le traitement est à prendre quotidiennement au moment du repas. Prix : environ 3 euros les 20 comprimés.
  • La Doxycycline : Prescrit lors d'un voyage dans une région à très haut risque comme l'Asie du Sud-Est, l'Amérique du Sud et l'Afrique de l'Est, ce traitement est contre-indiqué pour les enfants de moins de 8 ans, déconseillé pendant le premier trimestre de la grossesse et contre-indiquée à partir du deuxième trimestre pour les femmes enceintes. La prise du médicament doit débuter le jour de votre arrivée et se poursuivre 4 semaines après votre retour. Prix : environ 12 euros la boite de 28 comprimés.

En marge du traitement contre le paludisme, il est nécessaire de se protéger contre les piqûres de moustiques une fois sur place. Les anophèles, moustiques vecteurs du paludisme, piquant généralement entre le coucher et le lever du soleil, il est conseillé de porter des vêtements longs imprégnés d'insecticide, d'appliquer un produit répulsif sur les parties découvertes du corps et de dormir sous une moustiquaire également imprégnée de produit répulsif.

Traitement contre le paludisme : quels dangers ?

La maladie de Stromae a longuement été relatée dans la presse et pour cause, les dangers des traitements contre le paludisme sont bien réels. En 2015, en pleine tournée en Afrique, le chanteur belge avait dû être hospitalisé d'urgence en raison d'une mauvaise réaction à son traitement anti-paludique, le Lariam. Les effets secondaires de ce traitement sont connus et clairement affichés sur la notice : des troubles neuropsychiatriques graves chez certains patients, parmi lesquels des cauchemars, des changements inhabituels d'humeur, une confusion mentale ou encore de la paranoïa. Si l'un de ces troubles apparaît, il est primordial d'arrêter immédiatement le traitement et de consulter un médecin au plus vite. 

Les autres traitements contre le paludisme comme la Doxycycline et la Malarone, peuvent également provoquer des effets secondaires plus au moins dangereux : estomac fragilisé, mycoses, troubles du sommeil, démangeaison cutanée, perte d’appétit... Soyez donc vigilent et n'hésitez pas à vous rendre chez le médecin ou dans un centre de soin dès l'apparition de l'un de ces symptômes.

Vidéo : un vaccin contre le paludisme bientôt testé dans trois pays africains

Autour du même sujet

Santé

Annonces Google