Bataille de Verdun : photos, dates clés, carte, bilan... Retour sur la boucherie de 1916

Bataille de Verdun : photos, dates clés, carte, bilan... Retour sur la boucherie de 1916 VERDUN - Dates, déroulement, bilan, photos : alors que François Hollande et Angela Merkel ont, au cours du centenaire de la Grande Guerre, rendu hommage aux victimes de la bataille de Verdun, retour sur la "boucherie" de 1916...

A quoi a ressemblé la bataille de Verdun ? Comment a-t-elle commencé ? Quels ont été ses dates clés, son déroulement exact ? Comment résumer cet épisode de la Première guerre mondiale qui a fait plus de 300 000 morts entre 1916 et 1917 ? Cette guerre de position aux allures de boucherie, qui a opposé armées française et allemande du 21 février au 19 décembre 1916, près de Verdun, en France, sera la plus longue bataille de la "Grande Guerre" (10 mois). Les pertes humaines ont été à peu près aussi coûteuses des deux côtés – 163 000 soldats français ; 143 000 soldats allemands - pour un résultat militaire nul. Pour autant, la bataille de Verdun est souvent vue comme une victoire défensive majeure de l'armée française. Les Allemands la compareront même a posteriori avec la victoire de l'armée rouge lors de la bataille de Stalingrad en 1942-1943. L'Illustration, plus grand magazine du monde pendant la Première guerre mondiale, nous a fourni photos et dessins d'époque sur cette bataille hors-norme. Pour voir ces illustrations instructives, cliquez sur l'image ci-dessous :

Récemment rénové, le mémorial de Verdun a été créé en 1967 là où se tenait la gare de Fleury-devant-Douaumont, et à l'initiative du Comité National du Souvenir de Verdun. Le lieu de mémoire propose une scénographie immersive le visiteur a la possibilité de mettre ses pas dans ceux d'un soldat en partance pour les premières lignes. Un spectacle audiovisuel évoque sur 100 m² l'expérience de combat dramatique des Poilus sur un champ de bataille chaotique. Une crypte permet quant à elle d'entrer dans l'intimité tourmentée d'un soldat sous le feu des canons. 

VIDEO - Le champ de Bataille de Verdun, 100 ans après

Chargement de votre vidéo
"La forêt de Verdun : sanctuaire de la guerre"

Comment commence la bataille de Verdun

L'offensive de Verdun a été mise au point par le général allemand von Falkenhayn. Objectif : prendre le saillant de Verdun (où une partie de l'armée française est stationnée) et ainsi créer la surprise puis l'usure sur la ligne de front occidentale, alors même que les généraux français (Joffre en premier lieu) préparent une offensive dans la Somme. La bataille de Verdun commence le 21 février 1916 à l'aube : l'armée allemande lance alors son artillerie sur les lignes françaises, côté rive droite de la Meuse. Sa stratégie ? Les pilonner sans répit : deux millions d'obus sont lâchés en à peine deux jours, un toutes les 3 secondes. C'est le "Trommelfeuer", ou feu roulant allemand, orage d'acier qui s'abat en continu sur les Poilus. En fin d'après-midi, l'assaut a lieu sur des troupes que l'Etat Major allemand pense n'avoir plus qu'à cueillir, via une offensive "à pied" de 60 000 soldats dans le bois des Caures. Le côté français résiste. Une réaction qui prend l'état major allemand au dépourvu. Une lutte sans merci débute entre les deux camps. Elle se prolongera pendant 10 mois sur une zone de quelques mètres carrés. 

Déroulement de la bataille de Verdun : dates clés 

  • 25 février 1916 : prise du fort de Douaumont par les Allemands. A la suite de cette perte française emblématique, le commandement de la région fortifiée de Verdun est confié au général Pétain. 
  •  9 avril 1916 : les Allemands prennent le point d'observation du Mort-homme mais leur gain est insuffisant au regard des moyens engagés. Le lendemain, le général Pétain communique un mot d'ordre historique : " Courage, on les aura ! "
  • 1er mai 1916 : le général Nivelle est nommé à la place de Pétain par le général Joffre, qui le trouve plus offensif. 
  • 22,23 et 24 mai 1916 : une grande offensive française pour reconquérir le Fort de Douaumont, menée par le général Mangin sous les ordres du général Nivelle, finit par échouer. En cause ? Une préparation d'artillerie insuffisante. 
  • 7 juin 1916 : reddition du fort de Vaux. Le commandant Raynal et ses hommes, qui y étaient stationnés, se rendent poussés par la soif. Les allemands investissent les lieux. 
  • 23 juin 1916 : après un bombardement non-stop d'obus à gaz toxique, 60 000 soldats allemands attaquent le long d'un front de 6 km. Fleury est pris. Pour autant, les tentatives allemandes pour prendre Verdun continuent à échouer et leurs résultats à se montrer décevants en comparaison des moyens engagés.
  • 12 juillet 1916 : dans le secteur de Souville, l'ultime assaut de l'armée allemande est donné. C'est un échec. Cette zone marque depuis le point maximum de la progression ennemie lors de la bataille de Verdun. Un énième revers pour les troupes du Kronprinz (Guillaume de Prusse) qui ont, à partir de là, pour ordre de se contenter d'une action purement défensive.
  • 24 octobre 1916 : la reprise du fort de Douaumont par les forces françaises – qui ont cette fois longuement planifié la phase "tir d'artillerie", épuisé les allemands et repris le fort presque sans combattre - signe la fin de la bataille de Verdun. 

Carte du champ de bataille de Verdun

Cette carte, issue du département d'Histoire au sein de l'Académie militaire des Etats-Unis, est l'une des plus connues pour illustrer la bataille de Verdun. Elle montre notamment la ligne de front au 21 février 1916, date du début de la bataille (ligne bleue pleine), la situation au 24 février 1916 après l'offensive allemande (petits pointillés bleus), puis fin février (gros pointillés bleus), quand la situation se fige. Une ligne intermédiaire, datée du 9 avril 1916, montre la résistance française, notamment dans les secteurs du Mort-Homme, rive gauche de la Meuse, et de Fleury rive droite (pointillés bleus moyens). Enfin, la situation en fin d'année est elle aussi décrite, notamment au niveau du secteur du fort de Douaumont (pointillés rouges).

Carte issue des archives de l'armée américaine montrant le champ de bataille de Verdun entre février et décembre 1916. En bleu et rouge, les différentes évolutions de la ligne de front (cliquez sur la loupe pour zoomer). ©Courtesy of the United States Military Academy Department of History
Carte montrant une vue plus générale du front en 1915-1916 avec le saillant de Verdun clairement visible (en rouge) et la bataille de la Somme (en bleu). ©Courtesy of the United States Military Academy Department of History

300 000 morts à Verdun

Verdun restera comme la bataille emblématique de la Première guerre mondiale, celle qui a scellé la victoire, mais aussi celle qui a le mieux symbolisé la boucherie. Sur les 2,4 millions d'hommes qui se sont battus pendant près d'un an sur place (environ 1,2 million de chaque côté), près de 300 000 morts seront dénombrés à la fin de la bataille, ainsi que 400 000 blessés.

L'Illustration, témoin de la Grande Guerre

© L'Illustration

Nous vous en parlions en 2014 :  pour redécouvrir la Première guerre dans sa globalité 100 ans après, l'Illustration a sorti cette année-là l'ouvrage grand format "La Grande Guerre telle que les Français l'ont vécue". Ce dernier relate la Grande Guerre vécue de l'intérieur, semaine après semaine, au plus près des combats mais aussi de la vie quotidienne à l'arrière. Unique, l'ouvrage retrace cinq années de conflit à travers les pages de l'hebdomadaire L'Illustration, à l'époque premier magazine illustré français. Présents sur tous les fronts, ses photographes, illustrateurs et reporters ont réuni une masse d'infos et de témoignage inédite sur le conflit. Pas moins de 1500 illustrations mais aussi les récits des combattants, des témoins et les chroniques de grands auteurs comme l'écrivain Pierre Loti vous donneront un éclairage authentique sur les événements de la Première guerre mondiale... un peu comme si vous y étiez !   

L'ouvrage "La Grande Guerre telle que les Français l'ont vécue" est disponible sur le site de la FNAC et dans de nombreuses librairies.

"La Grande Guerre telle que les Français l'ont vécue", Michel Lafon, 320 pages, 39,95 euros.