Comment faire sa déclaration d'impôt avec ses frais kilométriques ? Quelle case ?

Comment faire sa déclaration d'impôt avec ses frais kilométriques ? Quelle case ? Dans la déclaration de revenus, le particulier a souvent le choix entre la déduction forfaitaire de 10 % et l'option des frais réels ou frais de déplacement. Découvrez comment faire votre déclaration.

En France, les salariés bénéficient d’une déduction forfaitaire de 10% sur le montant de leurs revenus pour le calcul de leur impôt sur le revenu. Cette déduction forfaitaire, ou abattement, est appliquée par défaut et de façon automatique par l’administration fiscale. La déduction forfaitaire de 10% a pour principale vocation de compenser les frais professionnels engagés par les salariés pour leur activité professionnelle. Elle concerne donc, principalement, les dépenses engagées dans le domaine des déplacements. Lorsqu’elle est jugée insuffisante, elle peut être remplacée, sur décision du contribuable, par l’option "frais réels".

Dans beaucoup de situations, le salarié engage des frais professionnels (dépenses kilométriques, mais pas seulement) dont le montant peut être supérieur à celui des 10% d’abattement forfaitaire sur ses revenus. Dans ce cas, il est préférable de renoncer à l’abattement forfaitaire de 10% pour privilégier l’option frais réels. S’il opte pour cette solution, le salarié est alors invité à déclarer le montant de ses frais réels qui comportent, évidemment, ses frais de déplacement, mais aussi d’autres types de frais professionnels. Pour que l’administration fiscale puisse contrôler ces frais réels, le contribuable est invité à les détailler en fin de déclaration.

Conservez tous vos justificatifs

En pratique, il faut effectuer un petit calcul pour savoir quelle option entre la déduction forfaitaire et les frais réels est la plus avantageuse. Suivant sa situation et les spécificités techniques de son véhicule, il est nécessaire de consulter le barème kilométrique établi par l'administration. Celui-ci évolue en effet tous les ans, présentant des majorations ou des dépréciations relatives aux calculs des frais kilométriques. A titre indicatif, chaque barème concerne les dépenses réalisées l'année précédente. Suivant la puissance administrative de votre véhicule, on distingue trois catégories de distances parcourues : égal ou inférieur à 5 000 kilomètres, 5 001 à 20 000 kilomètres et supérieur à 20 000 kilomètres.

Les salariés qui utilisent leur véhicule personnel à des fins professionnelles peuvent également opter pour la déclaration des dépenses réelles plutôt que pour le barème kilométrique. Il s’agit alors d’évaluer le montant des dépenses réelles engagées pour l’utilisation du véhicule (carburant, entretien, réparations, assurance, frais de stationnement, etc.) sur une période donnée. Dans les deux cas, il est important de conserver l’ensemble des justificatifs afin de pouvoir prouver à l’administration fiscale l’exactitude des montants déclarés. Selon les choix opérés, ces montants de frais kilométriques, frais professionnels ou frais réels doivent être déclarés en cases 1AK à 1DK de la déclaration de revenus.

Frais réels