Ordinateur, téléphone... Quel matériel informatique est admis en frais réels ? Comment le déduire ?

Ordinateur, téléphone... Quel matériel informatique est admis en frais réels ? Comment le déduire ? Vous avez engagé des dépenses pour vous équiper à des fins professionnelles ? Sachez qu'il est possible de déduire certaines de ces dépenses au moment de votre déclaration de revenus. Explications.

Vous le savez déjà probablement, lors de votre déclaration de revenus, vous avez le choix, souvent, entre une déduction forfaitaire de 10% et l’option "frais réels" pour déduire une partie de vos frais professionnels. Si beaucoup de contribuables ont connaissance de l’option frais réels pour déduire leurs dépenses kilométriques afin de se rendre au travail, peu d’entre eux savent qu’il est également possible de déclarer d’autres frais professionnels. L’administration fiscale encadre et précise ces frais professionnels éligibles à une déduction. Parmi les dépenses engagées éligibles au caractère de frais professionnels, on retrouve :

  • Les dépenses liées aux repas hors domicile, pris de manière individuelle (achat personnel) ou sur le lieu de restauration collective de l’entreprise (cantine).
  • Les achats de matériel, outillage et mobilier de bureau : il s’agit, principalement, de biens utilisés pour l’exercice de la profession, avec une limite de valeur unitaire de 500 euros HT. La déduction s’opère alors l’année d’acquisition de ces biens.
  • Le matériel informatique : l’achat de matériel informatique doit être réalisé à titre personnel et justifié par les besoins de la profession. Ici, seule la dépréciation du matériel informatique est déductible.
  • Les logiciels : le coût d’achat des logiciels à usage professionnel peut être entièrement déduit au cours de l’année d’acquisition.

Des frais réels justifiés

Le choix de l’option frais réels pour déduire des frais professionnels induit une plus grande complexité dans la déclaration des revenus. Sur le plan du matériel informatique (téléphone, ordinateur, etc.), il est absolument nécessaire que les dépenses engagées et déclarées en frais professionnels correspondent aux besoins d’une activité professionnelle. Un ordinateur acheté pour vos loisirs et utilisé ponctuellement pour consulter vos e-mails professionnels ne pourra raisonnablement pas être déduit comme frais professionnel. 

Il est donc souvent utile, en amont, de calculer le montant des frais professionnels réellement éligibles au dispositif de déduction et de le comparer au montant de la déduction forfaitaire de 10% avant d’opter ou non pour la solution des frais réels.

Sur le plan pratique, la déclaration de ces frais professionnels s’opère en cases 1AK à 1DK de la déclaration de revenus. Il est nécessaire par ailleurs de joindre à la déclaration une note détaillant les dépenses engagées au titre des frais professionnels, et leurs montants respectifs. L’administration fiscale a la possibilité de vous réclamer la justification de ces frais professionnels. Il est donc important de conserver l’ensemble des factures et autres justificatifs sur une durée de trois ans pour pouvoir répondre favorablement à la demande de l’administration fiscale. En cas de contrôle et d’absence de justificatif, vous vous exposez à une application par défaut de la déduction forfaitaire de 10%.

Frais réels