Blaise Cendrars : biographie du poète, auteur de "L'Or" et "J'ai tué"

Blaise Cendrars : biographie du poète, auteur de "L'Or" et "J'ai tué" BIOGRAPHIE DE BLAISE CENDRARS – Écrivain et poète français d'origine suisse, Blaise Cendrars est un auteur dont les poèmes sont empreints de voyage et d'aventure.

Biographie courte de Blaise Cendrars - Frédéric Louis Sauser, connu sous le pseudonyme Blaise Cendrars, est un écrivain et poète suisse. Né le 1 septembre 1887 à Chaux-de-Fonds en Suisse dans une famille bourgeoise, il est amené très tôt à voyager. Mauvais élève, il est envoyé en Russie pour assister un horloger suisse de Saint Pétersbourg. Il commence à écrire à cette période. De retour en Suisse, en 1907, il interrompt ses études de médecine pour voyager à travers le monde. Pendant un séjour à New York en 1911, il rédige son premier grand poème intitulé Les Pâques à New York. Deux ans plus tard, il publie à Paris La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, son plus célèbre poème.

Blaise Cendrars, bourlingueur, auteur de "L'Or"

Pendant la Première Guerre mondiale, il s'engage dans la Légion étrangère. Le 28 septembre 1915, au cours de la grande offensive de Champagne, il est grièvement blessé au bras droit par une rafale de mitrailleuse. Il est amputé au-dessus du coude et perd un bras. Naturalisé français en 1916, il décide de se tourner vers le roman après un séjour au Brésil. En 1925, il publie L'Or, où il narre l'histoire d'un millionnaire suisse qui perd sa fortune après avoir découvert de l'or sur ses terres. Ce roman rencontre un succès mondial et fait de lui un grand romancier d'aventure. Ses talents se confirment à travers ses romans suivants, Moravagine (1926) et Les confessions de Dan Yack (1929).

"La main coupée" de Blaise Cendrars

Dans les années 1930, Blaise Cendrars s'essaie au journalisme et publie plusieurs longs reportages, notamment Rhum (1930) et La vie dangereuse (1938). Après le début de la Seconde Guerre mondiale, il quitte Paris pour Aix-en-Provence, et cesse d'écrire. Il sort de son silence en 1943, poussé par le romancier Édouard Peisson, et se lance dans la rédaction d'une tétralogie de mémoires, marquées par la perte de son bras droit. Il publie L'homme foudroyé en 1945. Dans La main coupée (1946), il s'inspire de sa propre expérience pour dénoncer les atrocités de la guerre. Ces deux volumes sont suivis de deux autres mémoires, Bourlinguer (1948) et Le Lotissement du ciel (1949).

La mort de Blaise Cendrars

Blaise Cendrars revient à Paris en 1950 et collabore à des émissions de radio. En 1959, il publie trois pièces radiophoniques nommées Films sans images. Il écrit Emmène-moi au bout du monde, qui est sa dernière œuvre en 1956. Il est victime d'une première attaque cérébrale le 21 juillet 1956, puis d'une seconde l'année suivante. En 1959, c'est un Blaise Cendrars à demi paralysé, mais toujours debout, qu'André Malraux fait Commandeur de la Légion d'honneur. Il meurt le 21 janvier 1961 à Paris, quelques jours après avoir reçu la seule récompense littéraire officielle qu'il ait obtenue de son vivant : le grand prix littéraire de la Ville de Paris.

Blaise Cendrars : dates clés

1 septembre 1887 : Naissance de Blaise Cendrars
Frédéric-Louis Sauser, alias Blaise Cendrars, naît le 1er septembre 1887 à Chaux-de-Fonds, dans le canton suisse de Neuchâtel.
1907 : Premier poème de Blaise Cendrars
À Saint Pétersbourg, R. R., un bibliothécaire, encourage Cendrars à écrire. Il écrit alors La Légende de Novgorode, de l'or gris et du silence. R. R. aurait ensuite traduit le poème en russe et fait imprimer à 14 exemplaires. Cendrars le fait figurer en tête de toutes ses bibliographies à partir de Séquences (1913), mais personne n'en a jamais vu un exemplaire. Jusqu'à ce qu'un poète bulgare en découvre par hasard un exemplaire chez un antiquaire de Sofia, en 1995.
28 septembre 1915 : Cendrars perd son bras droit
Au cours de la grande offensive de Champagne, lors de la Première Guerre mondiale, Blaise Cendrars est grièvement blessé à la main droite, la main avec laquelle il écrit, par une rafale de mitrailleuse. Il est amputé au-dessus du coude et perd son bras. Il apprend ensuite à réécrire de la main gauche.
1949 : La banlieue de Paris en image
Le recueil de photographies le plus célèbre de Robert Doisneau est incontestablement celui consacré à la Banlieue de Paris. Sur des textes de son ami écrivain Blaise Cendras, cet ouvrage rassemble 130 clichés porteurs d’un regard sur la banlieue parisienne.
21 janvier 1961 : Décès de Blaise Cendrars

Le poète est victime d'une première attaque cérébrale le 21 juillet 1956, puis d'une seconde l'année suivante. Il meurt le 21 janvier 1961 à son domicile, dans le 7e arrondissement de Paris.

Autour du même sujet

Blaise Cendrars : biographie du poète, auteur de "L'Or" et "J'ai tué"

Sommaire Biographie courte Blaise Cendrars "L'Or", écrit par Cendrars "La main coupée" de Cendrars La mort de Blaise Cendrars Blaise Cendrars : dates clés Citations de Blaise Cendrars Biographie courte de Blaise...

Je gère mes abonnements push