Michel Bouquet : biographie d'un des plus grands acteurs français

Michel Bouquet : biographie d'un des plus grands acteurs français BIOGRAPHIE DE MICHEL BOUQUET - Acteur français, connu pour avoir joué autant au théâtre qu'au cinéma, Michel Bouquet fait partie des acteurs incontournables du cinéma français. Retour sur sa vie.

Biographie de Michel Bouquet - Né le 6 novembre 1925 à Paris, Michel Bouquet entre au Conservatoire d'art dramatique en 1943. Sa carrière cinématographique prend de l'ampleur dans les années 1960 : il tourne pour de grands réalisateurs, comme Truffaut et Chabrol, interprétant des personnages ambigus et mystérieux. Il brille également au théâtre, avec notamment "Le roi se meurt" et "A torts ou à raisons". De fait, il est devenu un acteur incontournable du cinéma et du théâtre français. 

Enfance et formation

Michel Bouquet fait ses études en pension avec ses trois frères. Là-bas, il devient un enfant réservé, dû aux moqueries de ses camarades. Son père devenu prisonnier de guerre, il aide sa mère en faisant des petits boulots tels que apprenti pâtissier, mécanicien, employé de banque. A partir de 1943, il se tourne vers le théâtre en prenant des cours avec Maurice Escande, sociétaire de la Comédie-Française. Il intègre ensuite le Conservatoire d'art dramatique, où Gérard Philipe est l'un de ses camarades. Le comédien fait ses premières armes au Théâtre de l'Atelier, auprès de Jean Anouilh et André Barsacq, puis au Théâtre national populaire, avec Jean Vilar, et au Festival d'Avignon. Il obtient son premier rôle grâce à Jean Anouilh dans la pièce "Roméo et Jeannette". 

Michel Bouquet : une carrière au cinéma

C'est dans "Monsieur Vincent" de Maurice Cloche, que Michel Bouquet fait sa première apparition au cinéma, en 1947. Par la suite, il ne reste pas que dans un registre, jouant aussi bien dans des comédies que dans des drames. Incarnant des bourgeois dans les années 70, il interprète également des personnages sombres et antipathiques. Son travail est régulier, étant sérieux et concentré, pour incarner ces personnages. On le voit ainsi dans des grands films comme "La mariée était en noir" de François Truffaut en 1967 ; "Deux hommes dans la ville" de José Giovanni en 1973 ; "Les Misérables" de Robert Hossein en 1982 ; "Comment j'ai tué mon père" d'Anne Fontaine en 2001 ; "Le promeneur du Champ-de-Mars" de Robert Guédiguian en 2005, où il joue le président Mitterrand ; "Renoir" de Gilles Bourdos en 2012, jouant Auguste Renoir, mais aussi dans des séries comme "Maigret", aux côtés de Bruno Crémer. 

Michel Bouquet et l'amour du théâtre

Oscillant entre cinéma et théâtre, Michel Bouquet a avoué qu'il avait une préférence pour les planches. De 1944 à 2017, il joue dans de multiples pièces, mettant en lumière les œuvres d'Albert Camus et de Harold Pinter, mais aussi souvent dans des pièces de Molière et d'Eugène Ionesco. Certaines de ses prestations sur scène sont devenues célèbres comme celle d'"En attendant Godot" en 1978, "Le neveu de Rameau" de Diderot en 1984, "Les Côtelettes" de Bertrand Blier en 1997, et plus récemment "A torts ou à raisons" de Ronald Harwood en 2000, qu'il a joué plusieurs fois, notamment au Théâtre Hebertot.

Dans une interview accordée à France Culture pour la pièce "Le Malade imaginaire", Michel Bouquet révèle la manière dont il choisit ses rôles : "C'est un moment de coup de cœur, c'est comme dans la vie quand on rencontre des circonstances qui font qu'on voit la vie merveilleuse. C'est ces moments-là qui font qu'on choisit en fait une pièce. Mais quand on choisit une pièce, on n'est pas sûr du tout de pouvoir la jouer, parce qu'entre la choisir et la jouer, il y a un monde... enfin, il y a un travail gigantesque. Mais il faut avoir ce coup de cœur, ce coupe de foudre au départ pour oser envisager de travailler dessus." 

"Le roi se meurt" : pièce fétiche de Michel Bouquet

Michel Bouquet possède tout au long de sa carrière une pièce de théâtre fétiche. Celle-ci n'est autre que "Le roi se meurt" d'Eugène Ionesco, mise en scène par Georges Werler. C'est l'une des pièces qu'il a le plus jouées, d'abord en 1994 puis de 2004 à 2006 et de 2010 à 2014. Cette pièce conte l'histoire d'un roi mourant - comme l'indique le titre- mais qui n'accepte pas la mort. Le souverain va donc passer par plusieurs émotions : le déni, la révolte et la résignation. A travers cette tragédie, où la réaction face à l'annonce d'une mort proche est tournée en ridicule, Ionesco met en exergue l'attitude des individus face à celle-ci, et souhaite démontrer qu'elle est toutefois inéluctable. Célèbre pour cette prestation, Michel Bouquet gagne le Molière du comédien en 2005. 

Michel Bouquet dans Le roi se meurt
Michel Bouquet dans "Le roi se meurt" © DELALANDE RAYMOND/SIPA

Michel Bouquet et "Le malade imaginaire"

Michel Bouquet a joué plus de 400 fois le personnage d'Argan dans "Le Malade imaginaire" de Molière, mise en scène par son ami Georges Werler. Cette pièce met en scène un hypocondriaque du nom d'Argan, qui se prétend malade mais qui, en réalité, a des maladies imaginaires. Des médecins viennent donc à lui pour lui faire des saignées et des purges et donner des remèdes. Leur souci n'est pas tant la santé de leur patient, mais plus ce qui peut leur apporter ou donner grâce à cette obsession. Ici Molière tourne en ridicule la peur de la mort mais également la profession de médecin. Sujet récurrent dans l'oeuvre de l'auteur, il provoque le rire à chaque interprétation. Michel Bouquet a interprété Argan en 1987, en 2008 et en 2009 au théâtre puis à la télévision en 1971 et 2009. Il a été nominé deux fois au Molière du comédien pour ce rôle en 1987 et 1988, mais ne les a pas remportés. 

"Je ne suis pas Michel Bouquet"

Michel Bouquet voit naître en septembre 2019 un spectacle sur lui-même, mais sans sa présence. En effet, mise en scène par Damien Bricoteaux, c'est le comédien Maxime d'Aboville (Molière du comédien en 2015), qui incarne les propos de Michel Bouquet, recueillis par l'acteur Charles Berling. Il met en lumière la vie de Bouquet, de la recherche de sa voie à la découverte du théâtre, qui permet de s'évader face à la dure réalité. Un témoignage touchant et intimiste. 

Récompenses et décorations

Michel Bouquet Molière d'honneur
Michel Bouquet reçoit le Molière d'honneur des mains de Fabrice Luchini © BENHAMOU LAURENT/GUSTINE GILLES/SIPA

Michel Bouquet reçoit pour ses performances au théâtre trois Molières : deux Molières du comédien en 1998 pour "Les Côtelettes" et en 2005 pour "Le roi se meurt", et un troisième, un Molière d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, en 2014. Puis il reçoit le Globe de Cristal du meilleur comédien, pour la pièce "Le Tartuffe" de Molière. Il obtient un César en 2002 pour "Comment j'ai tué mon père", puis en 2006 pour son interprétation de François Mitterrand dans "Le Promeneur du Champ-de-Mars".

Il reçoit également trois Prix du Syndicat de la critique de meilleur comédien pour "Témoignage irrecevable" en 1967, "Monsieur Klebs et Rozalie" en 1976 et "Le Neveu de Rameau" en 1983. En 1991, il gagne le prix du meilleur acteur européen pour "Toto le héros". Puis il reçoit le Grand Prix national du théâtre en 1994, le Prix Plaisir du théâtre en 1999, le Prix Lumière du meilleur acteur pour "Comment j'ai tué mon père" et le Grand Prix In Honorem de l'Académie Charles-Cros en 2006. 

Michel Bouquet monte les échelons de la légion d'honneur au fil du temps. Il est d'abord fait chevalier le 19 mai 1983, puis officier le 3 avril 1996, commandeur le 13 juillet 2007, grand officier le 12 juillet 2013 et enfin le 13 juillet 2018 la Grand-croix. Le 15 mai 2019, il a eu aussi la Médaille d'or de la Renaissance française. Celle-ci est décernée à une personne qui promeut la culture française, et qui possède une croix de commandeur dans un ordre d'Etat. 

Autres œuvres

A côté de sa carrière d'acteur, Michel Bouquet a fait la voix off de documentaires et de courts-métrage, comme par exemple "Nuit et Brouillard" d'Alain Resnais. Il a également fait des lectures mises sur disques, comme les œuvres poétiques de Victor Hugo en 1985, ou encore Jean de la Fontaine en 2019. En 2017, il publie un livre s'intitulant "Michel Bouquet raconte Molière". En 2001, il collabore avec Charles Berling pour son livre "Les Joueurs. Entretiens", puis en 2010 avec Jean-Jacques Vincensini pour "La leçon de comédie" et en 2011 avec Fabienne Pascaud pour "Mémoire d'acteur". 

Les femmes de sa vie

Michel Bouquet a vécu un premier mariage avec la comédienne Ariane Borg. Il s'est ensuite marié avec l'actrice Juliette Carré en 1970, avec qui il a joué plusieurs fois. Il n'a jamais eu d'enfants. De fait, il n'est pas le père de l'actrice Carole Bouquet.

Cinéma français