Les meilleures chansons de Dalida : la playlist

Les meilleures chansons de Dalida : la playlist PLAYLIST. Tout l'univers de Dalida dans ce top 10 des meilleures chansons de l'artiste. Chanteuse passionnée, les paroles cultes de la plupart de ses morceaux restent gravées dans nos mémoires et appartiennent désormais à la culture populaire.

Difficile de faire une sélection des meilleures chansons de Dalida, tant l'artiste a collectionné les tubes et enchaîné les succès au cours de ses 20 ans de carrière. Pourtant, c'est le défi que nous avons relevé, en nous basant sur ses chansons phares qui ont traversé les décennies et qui font désormais partie de notre patrimoine. Chanteuse disparue trop tôt, elle appartient à ces artistes écorchés vifs dont le destin tragique a alimenté un peu plus la légende. Chanteuse talentueuse avant tout, femme exaltée aussi, nous avons retracé à travers ce classement les différentes facettes de sa vie artistique. Les titres ont également été sélectionnés au regard de leur popularité sur les plateformes musicales et vidéo, à l'instar de Spotify et de YouTube. Voici notre playlist des meilleures chansons de Dalida :

Quelles sont les meilleures chansons de Dalida ?

  • Mourir sur scène
  • Bambino
  • Paroles, paroles

La playlist des meilleures chansons de Dalida

Le classement des plus belles chansons de Dalida

  1. Mourir sur scène
  2. Bambino
  3. Paroles, paroles
  4. Laissez-moi danser
  5. Il venait d'avoir 18 ans
  6. Gigi L'amoroso
  7. Bang bang
  8. Salma Ya Salama
  9. Love In Portofino
  10. Le temps des fleurs
  11. Histoire d'un amour
  12. Come Prima
  13. Les enfants du Pirée
  14. Itsi Bitsi Petit Bikini
  15. Parlez-moi de lui
  16. Milord
  17. Julien
  18. Les gitans
  19. Une vie
  20. A ma manière

Mourir sur scène

Diffusé en 1983, ce titre figure sur l’album Les P’tits Mots sorti la même année. Mourir sur scène fait partie des chansons les plus emblématiques de l’artiste. Paradoxalement, lorsque le titre est sorti, il n’était pas destiné à être un succès commercial et se trouvait même en face B du 45 tours Les P’tits Mots. Des années plus tard, portées par la fin tragique de la star, les paroles de ce tube, qui intègrent des morceaux de sa vie, sacraliseront encore plus la diva. Il deviendra l’un des titres les plus célèbres de son répertoire.

Les paroles : "Moi je veux mourir sur scène / Devant les projecteurs / Oui je veux mourir sur scène, le cœur ouvert tout en couleurs / Mourir sans la moindre peine / Au dernier rendez-vous / Moi je veux mourir sur scène en chantant jusqu'au bout / Mourir sans la moindre peine d'une mort bien orchestré / Moi je veux mourir sur scène c'est là que je suis née", ces paroles, tristement prémonitoires, collent à la peau de l’artiste, qui mit fin à ses jours quatre ans plus tard, en 1987.

Bambino

Sorti en 1956, Bambino est le titre qui a lancé Dalida. Du haut de ses 23 ans, la chanteuse a conquis le cœur des Français avec cette chanson d’origine italienne, dont les paroles françaises ont été écrites par Jacques Larue. Composée à la base pour Gloria Lasso, une star de l’époque, la chanson est finalement interprétée par Dalida. L'année de sa sortie, le titre s’écoulera à 300 000 exemplaires.

Les paroles : "Je sais bien que tu l'adores (bambino, bambino) / Et qu'elle a des jolis yeux (bambino, bambino) / Mais tu es trop jeune encore (bambino, bambino) / Pour jouer les amoureux", chante avec fraîcheur la jeune Dalida débarquée de son Égypte natale moins de deux ans plus tôt. Une idole est née.

Paroles, paroles

Paroles, paroles est un titre sorti en 1973, chanté en duo avec Alain Delon, son ami de longue date avec qui elle a entretenu une histoire passionnelle bien des années plus tôt. Le succès est immédiat, en France comme à l’étranger. Chanson phare de Dalida, elle appartient désormais au patrimoine culturel de la chanson française. Ses paroles emblématiques sont devenues une référence, notamment le fameux refrain "paroles, paroles" devenu une expression courante employée pour désigner ceux qui font des promesses sans les tenir.

Les paroles : "C'est étrange, je ne sais pas ce qui m'arrive ce soir / Je te regarde comme pour la première fois (Encore des mots toujours des mots, les mêmes mots) / Je ne sais plus comment te dire (Rien que des mots) / Mais tu es cette belle histoire d'amour que je ne cesserai jamais de lire", conversation croisée entre Alain Delon, qui joue le rôle d'un séducteur, et Dalida, qui ne croit pas à ces paroles vides, trop belles pour être vraies.

Laissez-moi danser

Laissez-moi danser (ou Voglio l'anima dans la version italienne originale) est sorti en 1979 et marque le tournant disco, genre musical très en vogue à l’époque, de Dalida. Ce titre fait partie des plus gros succès commerciaux de la diva, dépassant largement les frontières hexagonales. Repris et remixé de nombreuses fois depuis sa sortie initiale, le titre n’en finit pas de cartonner.

Les paroles : "Monday / Tuesday / Day after day life slips away / Monday, it's just another morning / Tuesday, I only feel like living / Dancing along with every songs / Moi je vis d'amour et de danse / Je vis comme si j'étais en vacances / Je vis comme si j'étais éternelle / Comme si les nouvelles étaient sans problèmes", chante la star sur un rythme entraînant qui invite forcément à danser !

Il venait d'avoir 18 ans

Extrait de l’album Dalida, ce titre est sorti en 1973 et a rencontré un succès phénoménal en France, en Europe et au Québec, où il s’est hissé en tête des ventes. La chanson, écrite par Pascal Sevran, fait écho à un épisode tragique de la vie de Dalida. Tombée amoureuse d’un jeune étudiant italien, elle connaît une grossesse non désirée et se fait avorter clandestinement, l’IVG étant interdite à l’époque. Cette intervention la rendra stérile et la star n’aura jamais d’enfants.

Les paroles : "Il venait d'avoir 18 ans / Ça le rendait presque insolent / De certitude / Et pendant qu'il se rhabillait / Déjà vaincue, je retrouvais / Ma solitude", avec ce titre, Dalida met en musique l’attirance que peuvent ressentir les femmes mûres envers des hommes plus jeunes, thème déjà abordé en littérature notamment, à l’instar du Blé en herbe de Colette.

Gigi L'amoroso

Gigi L’amoroso est sorti en 1974. Comme beaucoup de titres de Dalida, il connaît un énorme succès commercial. En plus d’être une chanson, c’est aussi une sorte de pièce de théâtre, italienne de surcroît, avec ses personnages simples et pittoresques à la fois. Avec une mise en scène comique, l’artiste a interprété cette chanson avec brio dans les émissions de variétés de l’époque.

Les paroles : "Gigi l'Amoroso / Croqueur d'amour, l'œil de velours / Comme une caresse / Gigi l'Amoroso / Toujours vainqueur, parfois sans cœur / Mais jamais sans tendresse / Partout, c'était la fête quand il chantait", chante Dalida sur un titre qui dure au total plus de 7 minutes… Une longueur rare pour un tube, qui n’a pas empêché la chanson d’embrasser le succès qu’on lui connaît !