Titien : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE TITIEN - Peintre vénitien, Titien est né le 1 janvier 1488 à Pieve di Cadore (Italie). Il est mort le 27 août 1576 à Venise (Italie).

Biographie courte de Titien - Formidable peintre du Cinquecento vénitien, Tiziano Vecellio, dit Titien, s’est illustré au travers d’œuvres toujours innovantes. Doté d’un talent reconnu dans l’Europe entière, il s’est attaché à la réalisation de toiles religieuses et mythologiques qui ont suscité l’admiration de tous ses commanditaires. Mais Titien apparaît surtout comme l’un des plus grands portraitistes de son temps. Au cours de sa longue carrière, il s’est mis au service de nombreux personnages illustres, parmi lesquels figurent empereurs, reines, doges ou papes.

L’apprentissage de son art

Né à Pieve de Cadore, dans une noble famille, Titien suit très jeune une formation artistique. En effet, à peine âgé de dix ans, il part à Venise pour apprendre l’art de la mosaïque dans l’atelier de Sebastiano Zuccato. Au bout de quelques années, Titien s’oriente vers la peinture et entre dans l’atelier de Gentile Bellini, puis apprend auprès de son frère, Giovanni, grand peintre de l’époque. C’est ce dernier qui lui inculque l’importance de la couleur par rapport à la technique.

Au cours de cet apprentissage, Titien fait la connaissance de Giorgione, grande figure de la peinture vénitienne qui va beaucoup influencer ses premières œuvres, notamment au niveau thématique. Dès 1508, le jeune homme entre à son service et participe, en sa compagnie, à la décoration du Fondaco dei Tedeschi. Il commence aussi à réaliser des toiles de qualité, telles que le Concert champêtre (1509). Mais dès l’année suivante, Giorgione est emporté par la peste. Déjà reconnu dans le milieu artistique, Titien poursuit seul sa carrière. Il aurait d’ailleurs lui-même terminé les toiles du défunt.

Les grandes compositions

Titien passe quelques années à expérimenter la peinture pour trouver le style lui correspondant le mieux. À Padoue à partir de 1511, il compose les fresques de la Scuola del Santo, intitulées les Miracles de saint Antoine. Titien cherche avant tout à enrichir un style qu’il a hérité de Bellini et de Giorgione, bien que l’Amour sacré et l’amour profane (1514) se rapproche encore beaucoup des techniques du second.

Rentré à Venise depuis 1513, l’artiste a largement fait ses preuves dans le milieu. En 1516, date à laquelle il est nommé peintre officiel de la république de Venise, il reçoit une commande pour l’église Santa Maria dei Frari. Il se lance alors dans la réalisation de l’impressionnant retable de l’Assomption (1515-1518) et lorsqu’il présente son œuvre, en 1518, celle-ci suscite l’admiration de tous. Dès lors, les commandes affluent.

Fidèle aux thématiques de la Renaissance, Titien se consacre également à la mythologie et répond favorablement à la commande d’Alphonse d’Este de Ferrare. De son pinceau naissent ainsi trois élégantes bacchanales intitulées l’Offrande à Vénus, la Bacchanale et Bacchus et Ariane (1518-1523). À travers ses toiles, le peintre semble se détacher davantage des thèmes giorgionesques pour favoriser une composition moins rangée, où le mouvement  et la couleur prédominent.

Un grand portraitiste

Outre ses grandes compositions, Titien s’illustre à merveille dans l’art du portrait. C’est dans ce domaine qu’il apporte le plus d’innovations, de profondeur et de raffinement. Vers 1530, il réalise le premier Portrait de Charles Quint à Bologne. Artiste à la renommée européenne, Titien est alors nommé comte de Palatin par l’empereur. Il reçoit par la suite de nombreuses commandes et dépeint les plus grands personnages de l’époque, tels que le Cardinal Hippolyte de Médicis, Isabella d’Este, le Duc d’Urbino, le doge Andrea Gritti ou encore François Ier. Dans chacun de ses portraits, Titien parvient toujours à illustrer à la perfection la personnalité de ses modèles au travers de leurs expressions.

Parallèlement, Titien continue à exprimer son art au travers d’œuvres religieuses et de compositions féminines. Le décès de sa femme, en 1530 semble avoir bouleversé sa conception du corps féminin. Celui-ci apparaît en effet plus fin et svelte. C’est dans cette optique qu’il peint la Vénus d’Urbino (1538), une réalisation inspirée de la Vénus endormie de Giorgione et dans laquelle se mêlent le naturalisme du peintre, la sensualité et la séduction.

Après avoir peint le Portrait de Paul III Farnèse, Titien est invité par le pape lui-même à se rendre à Rome, en 1545. Il y réalise un autre portrait remarquable de son hôte, cette fois en compagnie de ses neveux. Durant son séjour, il rencontre également le grand peintre Michel-Ange, puis décide de rejoindre Venise l’année suivante. Mais l’homme est un peintre très demandé et, dès 1548, il travaille à la cour de Charles Quint. Quant aux commandes officielles, elles ne cessent de se multiplier.

Un changement de style dans les dernières années

Après son retour à Venise, il travaille au service de Philippe II d’Espagne et peint, sous son mécénat, une série mythologique dans laquelle figure Danaé (1553). À cet instant, Titien aspire à une nouvelle forme d’art, où les formes se font moins fluides, moins précises, et les textures plus marquées, comme s’il se libérait des contraintes de la Renaissance. Il travaille la matière picturale, jouant avec les coups de pinceau, les teintes et la luminosité, pour donner plus de vie et de profondeur à ses toiles. Parfois sombres et violents, ses travaux sont souvent emprunts d’humanité et de compassion (Couronnement d’épines, 1570 ; le Supplice de Marsyas, 1570-1576).

Innovant dans un style qui se détache de l’art Renaissance, Titien entreprend la réalisation de la Pietà, destinée à parer sa propre tombe. Mais l’artiste n’aura pas le temps de l’achever. Il s’éteint le 27 août 1576, à Venise.

Auteur d’une œuvre conséquente où les techniques plastiques sont remarquables, Titien restera l’un des plus grands artistes de la Renaissance. Ses grandes compositions, au même titre que ses nombreux portraits, joueront un rôle essentiel dans le développement de l’école vénitienne du Cinquecento. Véritable mythe aux œuvres universelles, Titien influencera considérablement l’art européen des siècles à venir.

A lire également : Notre dossier "A la rencontre du peintre vénitien"

Titien : dates clés

1488 : Naissance de Titien
Tiziano Vecellio voit le jour à Pieve di Cadore, en Italie. Issu d’une famille de la noblesse, il sera poussé très tôt vers le domaine des arts. Enfant, il est en effet envoyé à Venise avec son frère pour y suivre une formation de mosaïste dans l’atelier de Sebastiano Zuccato.
1508 : La peinture auprès de Giorgione
Après avoir étudié la peinture auprès du grand peintre vénitien Giovanni Bellini, Titien travaille auprès de Giorgione, illustre figure de la Haute Renaissance. C’est à ses côtés qu’il prend part à la décoration extérieure du Fondaco dei Tedeschi en réalisant de grandes fresques murales pour le compte de la ville. Les premières œuvres de Titien seront grandement influencées par ses deux maîtres. "Le Concert champêtre", qu’il composera en 1509, s’inscrit dans la lignée des œuvres de Giorgione. Pendant des siècles, on pensera même qu’il s’agit de l’une des compositions de Titien.
1516 : Titien peintre officiel de Venise
Après la mort de Giovanni Bellini, Titien est nommé à sa suite peintre officiel de la république de Venise. Il devient ainsi le principal peintre de toute la région et reçoit de plus en plus de commandes. Il réalise durant cette même année "l’Assomption" pour la Santa Maria dei Frari.
1518 : Une commande du duc de Ferrare
Titien entreprend la réalisation de trois bacchanales destinées à décorer l’appartement privé d’Aphonso d’Este, duc de Ferrare. Ainsi, de 1518 à 1523, il composera "l’Offrande à Vénus", "la Bacchanale" et "Bacchus et Ariane". Au travers de cette série mythologique, Titien s’éloigne des thèmes giorgionesques de l’idylle au profit de la "débauche" dionysiaque.
1523 : Titien rencontre le marquis de Mantoue
Peintre illustre de Venise, Titien côtoie la noble famille de Mantoue. Frédéric II, marquis de Mantoue, lui commande plusieurs œuvres religieuses, dont "la Madone au lapin" (1530). Grâce à ses relations avec son commanditaire, Titien fera la connaissance de l’empereur du Saint Empire Germanique, Charles Quint.
1530 : Rencontre avec Charles Quint
Titien est présenté à Charles Quint pendant l’un de ses séjours en Italie. Il peint alors son premier portrait de l’empereur. Cette rencontre marque un tournant dans la carrière artistique du peintre. C’est en effet à cette période qu’il va se consacrer à la réalisation de nombreux portraits, avec beaucoup d’innovation et de talent. Il aura également l’immense honneur d’être nommé comte palatin et chevalier de l’Eperon d’or par l’empereur.
1530 : Titien perd sa femme
Titien perd sa femme, Cecilia Soldano, qu’il avait épousée cinq ans plus tôt. Il semblerait que ce décès bouleverse les canons féminins du peintre. En effet, cette période est marquée par la réalisation de toiles représentant des femmes aux corps plus fins et sveltes, à la sensualité débordante. C’est le cas, par exemple, de "Marie-Madeleine" (1533) et de "la Vénus d’Urbino" (1538), peinte pour la famille della Rovere.
1545 : Le pape Paul III invite Titien à Rome
Ayant peint un remarquable portrait du pape Paul III de Farnèse, Titien est invité par celui-ci à se rendre à Rome. Il y demeure le temps de composer un nouveau portrait de son hôte en compagnie de ses neveux. Cette œuvre témoigne de la capacité du peintre à illustrer à la perfection la psychologie de ses personnages. Durant son séjour, Titien fera également la rencontre du grand Michel-Ange, dont l’influence sera difficilement identifiable dans les compositions futures.
1548 : Titien invité par l’empereur
L’empereur du Saint Empire germanique invite Titien à Augsbourg. Le peintre demeure quelques temps à la cour et réalise une nouvelle série de portraits de l’empereur. Parmi eux figurent "Charles Quint à la bataille de Mühlberg" et "Charles Quint assis". Titien peint également le portrait de l’impératrice Isabelle de Portugal.
1553 : Titien sous le mécénat de Philippe II d’Espagne
À partir de 1553, Titien entreprend la réalisation d’une série de toiles mythologiques pour le fils de Charles Quint, Philippe II d’Espagne. La première d’entre elles s’intitule "Danaé". À cette période, l’artiste tend à renouveler ses techniques picturales par la dissolution de la forme et du contour. Les toiles qu’il réalisera jusqu’à la fin de sa vie porteront ces caractéristiques très novatrices pour l’époque. Très vite, la couleur va primer sur cet aspect technique et c’est elle qui donnera toute l’intensité et la profondeur à ses œuvres.
1573 : Titien commence la Pietà
Jouant toujours sur les textures, le maniement du pinceau et les teintes, Titien entreprend la réalisation d’une toile intitulée "la Pietà". La toile illustre un style particulier de la Renaissance où l’obscurité domine les formes, la matière et les contours. L’œuvre est en fait destinée à décorer la chapelle funéraire du peintre. Malheureusement, il meurt avant de pouvoir l’achever.
27 août 1576 : Mort de Titien
Au terme d’une longue et riche carrière, le peintre Titien s’éteint à Venise, âgé de près de 90 ans. Certains diront qu’il a été emporté par la peste, et d’autres qu’il est simplement mort de vieillesse. Peintre à la renommée européenne, il a placé ses talents au service des plus grands noms de l’époque. Les maisons d’Este, de Gonzague et de Ferrare, mais aussi Charles Quint, le pape Paul III ou encore Philippe II d’Espagne lui ont passé commande. Des siècles après sa mort, ce formidable portraitiste et artiste de la Haute Renaissance apparaîtra comme le maître du Cinquecento vénitien.

Peintre