DLC, DDM, DLUO : comment lire la date de péremption sur l'étiquette des produits ?

DLC, DDM, DLUO : comment lire la date de péremption sur l'étiquette des produits ? La date de péremption des produits alimentaires est généralement indiquée sur l'étiquette qui figure sur l'emballage produit. Il existe néanmoins différents sigles : comment les interpréter ?

Lorsque nous achetons des produits alimentaires en grande et moyenne surface, la première chose à prendre en compte, outre leur nature, est bien leur date de péremption. Pour éviter les mauvaises surprises, il convient de tenir compte du délai imparti pour consommer chaque aliment acheté.

Quelles sont les différences entre DLC, DDM et DLUO ?

  • La DLC (date limite de consommation) est la première catégorie de date limite en ce qui concerne les produits alimentaires. Etablie par le fabricant, elle comporte les mentions "à consommer avant" ou "à consommer jusqu’au". Il est important de respecter cette date après laquelle la consommation du produit peut être néfaste pour l’organisme et la santé.
  • La DDM (date de durabilité minimale) remplace la DLUO (date limite d’utilisation optimale) : l’expression "à consommer de préférence avant" indique que le produit ne sera pas dangereux pour la santé après cette date. En revanche, sa qualité en sera diminuée.

Quels sont les produits concernés par une DLC ?

Différents types de produits peuvent être concernés par une date limite de consommation. En plus de bien respecter cette date, le consommateur doit aussi tenir compte des conditions de conservation du produit. Les produits éligibles à une DLC peuvent être :

  • les viandes préalablement découpées (il s’agit donc de la viande fraîche) ;
  • la charcuterie (saucisson, saucisses, jambon, bacon…) ;
  • les plats cuisinés réfrigérés ;
  • les yaourts ou les laits frais ;
  • la crème fraîche ;
  • le poisson.

Quels sont les produits concernés par une DDM ?

A l’instar de la date limite de consommation, il existe aussi différentes sortes de produits qui sont concernés par une date de durabilité minimale (anciennement date limite d’utilisation optimale) :

  • les produits secs (gâteaux secs, fruits secs…) ;
  • les jus de fruits ;
  • le lait (attention, pour les laits frais, c'est une DLC à ne pas dépasser) ;
  • le café ;
  • le chocolat en poudre ;
  • les boîtes de conserve.

La qualité du produit sera altérée, mais sans danger pour la santé en cas de dépassement de la DDM. Les fruits et légumes frais, le sel ou encore le vin ne doivent pas obligatoirement mentionner la DDM.

Quels produits peut-on consommer sans danger après la date de péremption ?

Les produits consommables sans danger après la date de péremption seront donc tous les produits estampillés DDM (et non les produits DLC). Pour tous ces produits, on notera une baisse des qualités gustatives et nutritives du produit après que la DDM a été dépassée, mais sans répercussion aucune sur la santé du consommateur :

  • le café, le chocolat en poudre ;
  • le lait (attention, pour les laits frais, c'est une DLC à ne pas dépasser) ;
  • les gâteaux, biscuits et confiseries ;
  • les boîtes de conserve ;
  • les fruits secs ;
  • les sodas et jus de fruits ;
  • l’eau plate ;
  • l’eau gazeuse.