FFL : Forces françaises libres de la Seconde Guerre mondiale

FFL : Forces françaises libres de la Seconde Guerre mondiale Les Forces françaises libres (FFL) ont été créées durant la Seconde Guerre mondiale. Organisées autour du général de Gaulle, elles ont participé activement à la libération de la France.

Définition des FFL - Le 14 juin 1940, les Allemands entrent dans Paris et prennent le contrôle de la capitale en seulement quelques jours. Cet épisode qui clôture la Blitzkrieg (guerre éclair) s'achève par la reddition de la France qui est contrainte de concéder sa défaite. Le 17 juin, le maréchal Pétain appelle la France à collaborer avec l'occupant. Parti à Londres, le général de Gaulle s'exprime à la BBC, radio britannique, pour appeler à la résistance. C'est le célèbre discours du 18 juin. Il exhorte les Français à résister et à le rejoindre pour organiser la résistance armée. Le 1er juillet 1940, les Forces françaises libres (FFL) sont officialisées. Elles seront amenées à effectuer de nombreuses opérations durant la Seconde Guerre mondiale pour affaiblir les forces allemandes et participer à la libération du pays. Les FFL sont ainsi reconnues comme une armée régulière par les puissances alliées. Aux côtés des Britanniques, elles participeront à de nombreuses batailles et opérations armées à travers le monde, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. Elles jouent également un rôle actif dans les différents débarquements, y compris ceux qui auront lieu en Corse et en Normandie. 

Qui est à l'origine de la création des FFL ?

Les Forces françaises libres se sont constituées autour du général de Gaulle durant l'été 1940. Elles ont été officiellement reconnues comme armée régulière par les Alliés le 1er juillet 1940. Elles ont été formées peu après l'appel du 18 juin 1940 par le général de Gaulle. Elle réunit de nombreux soldats et gradés de l'armée française et de l'empire colonial français, qui ont refusé de répondre favorablement à l'appel à la collaboration du maréchal Pétain et qui contestent l'instauration du régime de Vichy.

Quels sont les symboles des FFL ?

Les FFL sont représentées par plusieurs insignes très symboliques. Les premiers volontaires portent l'insigne du glaive ailé, symbole de la victoire, encerclé d'une couronne de laurier, synonyme de souveraineté et de liberté. Il reprend les trois couleurs du drapeau français. Ils se réunissent tous sous le drapeau de la France Libre, qui est le drapeau bleu-blanc-rouge siglé d'une croix de Lorraine, devenue symbole de la Résistance. Cette croix, proposée par Muselier, originaire d'Alsace, avait pour but de s'opposer à la croix gammée nazie. Elle rappelait en effet le glaive ailé par sa disposition, mais surtout le département où se sont organisés les premiers mouvements de résistance à l'invasion allemande.

Quelles sont les forces qui composent les FFL ?

Comme n'importe quelle armée, les FFL s'organisent en différentes composantes, au nombre de trois.

  • D'abord, les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL), dont les principales missions consistent à participer aux opérations aériennes aux côtés de la Royal Air Force britannique.
  • Les Forces Navales Françaises Libres (FNFL) sont la deuxième composante. Dirigées d'abord par le vice-amiral Emile Muselier, elles jouent un rôle crucial notamment au Moyen-Orient et en Afrique. Surtout, elles participent activement au débarquement dans les DOM-TOM, comme à Saint-Pierre-et-Miquelon.
  • Enfin, on compte les Forces Terrestres de Libération, qui ont participé à des missions de sabotage en France, mais surtout aux différents débarquements. Les FFL ont été dirigées également par Georges Catroux, général d'armée, ou encore le général de brigade de Paul Legentilhomme.
Forces navales françaises libres
Le général de Gaulle et l'amiral Muselier inspecte un navire des FFL © Northcliffe Collection/ANL/REX/S

Quelle est la différence entre les FFL et les FFI ?

Les FFL sont les forces françaises coalisées autour du général de Gaulle à Londres. Leurs actions s'organisent un peu partout dans le monde aux côtés de la couronne britannique et sont considérées comme une armée régulière. Les FFI (Forces Françaises Intérieures) sont à l'inverse des armées non-régulières, bien que pilotées depuis Londres par le général Koenig. Elles se constituent de partisans, francs-tireurs, et armées secrètes, au sein de la résistance en Métropole. Leur implication sera décisive dans la progression des Alliés au moment des différents débarquements dans l'hexagone en 1944, notamment par leurs différents sabotages et leur connaissance précise du terrain.

Combien de soldats composent les FFL ?

Les effectifs qui composent les FFL varient dans le temps et gonflent de manière significative au fil des ans. En 1942, un rapport de l'état-major londonien établissait à près de 61 700 le nombre de soldats des FFL. En 1943, de nombreux soldats de l'empire colonial français rejoignent les rangs des FFL. On estime alors que près de 73 000 soldats composent les FFL.

Quelles sont les batailles dans lesquelles les FFL se sont illustrées ?

Les FFL s'engagent dans de nombreuses opérations à travers le monde aux côtés des autres puissances alliées. Parmi les plus illustres, on compte notamment la campagne de Syrie en 1941. Les FFL participent au débarquement des troupes alliées dans les empires coloniaux et s'installent durablement, jusqu'à libérer la quasi-totalité du Moyen-Orient. Lors de la bataille de Bir Hakeim en 1942, les FFL réitèrent leur exploit. Cette bataille fut un tournant important dans le conflit mondial. L'intervention des FFL permit notamment aux forces britanniques de se replier face à la charge motorisée des armées italienne et allemande. Ce repli salvateur permit de contre-attaquer puissamment et de remporter la bataille d'El Alamein, qui affaiblira grandement l'emprise des puissances de l'Axe en Afrique et au Moyen-Orient.

Quel est le rôle joué par les FFL dans la libération de la France ? 

En 1943, les FFL fusionnent avec l'Armée d'Afrique pour réunifier l'armée française : c'est l'Armée Française de Libération. Cette nouvelle armée régulière va activement participer aux différents débarquements en Métropole, à commencer par celui en Corse en 1943. Le commando Kieffer est notamment célèbre pour être le premier commando français à débarquer en Normandie en 1944. En tout, ce ne sont pas moins de 250 000 Français qui participent aux différents débarquements et à la libération de la France. Plus encore, l'AFL repoussera l'armée allemande jusqu'à Berlin et occupera le pays jusqu'en 1955 et sa démilitarisation totale.

Les dates clés des FFL

18 juin 1940 - L'appel du 18 juin
Le lendemain du discours de Pétain appelant les Français à collaborer avec l'occupant allemand, le général de Gaulle s'exprime à la BBC depuis Londres. Il appelle les Français à résister face à l'oppresseur. Il exhorte en outre tous les militaires restés en Métropole à le rejoindre pour constituer l'armée de la France libre.
7 août 1940 - Churchill reconnaît la légitimité de de Gaulle
Malgré des relations souvent houleuses entre de Gaulle et Churchill, le premier ministre britannique reconnaît le 7 août 1940 la légitimité du général français. Il devient ainsi, aux yeux des puissances alliées, le représentant de l'Etat français. Cette décision est néanmoins critiquée par l'entourage de Churchill, mais également par le président américain de l'époque, Roosevelt.
26 août 1940 - Le Tchad se rallie à la France libre
Félix Eboué, alors gouverneur du Tchad, fait partie des premières figures de l'empire colonial français à répondre favorablement à l'appel du général de Gaulle. L'implication du Tchad permit notamment de faciliter la création d'un couloir terrestre entre la France et le Congo pour armer les forces françaises dans l'empire colonial, et organiser des opérations stratégiques et décisives en Afrique-Equatoriale.
septembre 1940 - Attaque anglo-gaulliste à Dakar
Du 23 au 25 septembre 1940, l'opération "Menace" est déclenchée à Dakar. Elle réunit les forces britanniques et les FFL du général de Gaulle face aux troupes françaises vichystes dirigées par le gouverneur Pierre Boisson. Cette première bataille se conclut par un échec de la France libre, ce qui affectera durablement de Gaulle et l'affaiblira diplomatiquement. Néanmoins, l'armée vichyste en ressort suffisamment affaiblie pour permettre aux Alliés de remporter plusieurs batailles ultérieures décisives en Afrique du Nord.
21 décembre 1940 - Le sous-marin Narval est coulé
Le 21 décembre 1940, les FFL reçoivent un nouveau coup dur en perdant l'un de leurs plus puissants sous-marins : le Narval. Alors qu'il avait participé activement à la contre-offensive française en Méditerranée, le submersible percute une mine au large des îles Kerkennah, près des côtes tunisiennes. La totalité de l'équipage est décimée dans l'explosion, tandis que l'intégralité du matériel militaire qu'il transportait est détruite.
14 juillet 1941 – Armistice au Liban et en Syrie
Le 14 juillet 1941 marque un tournant au Moyen-Orient. La campagne de Syrie signe le succès des forces britanniques et des FFL. Après plusieurs batailles décisives, les armées anglo-gaullistes parviennent à débarquer et à faire fuir l'armée vichyste. Si bien que l'armistice est signé au Liban et en Syrie. Ces deux territoires stratégiques permettent aux puissances alliées de constituer de futures opérations stratégiques qui permettront de prendre en tenaille les forces de l'Axe dans de futures batailles. L'indépendance du Liban est accordée en 1943.