Régime de Vichy : résumé, dates, composition du régime de collaboration

Régime de Vichy : résumé, dates, composition du régime de collaboration Le régime de Vichy est un régime politique mis en place en France au lendemain de la défaite face à l'Allemagne de 1940. Mené par Philippe Pétain, ce régime de collaboration avec le Troisième Reich prend fin avec la victoire des Alliés.

Résumé du régime de Vichy - Instauré le 10 juillet 1940 suite à la défaite de la France face à l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, le régime de Vichy fait suite à la IIIe République. Les pleins pouvoirs sont alors donnés au maréchal Pétain, qui proclame l'instauration de l'"État français" et s'installe dans la ville de Vichy, en zone libre, avec son gouvernement. Le maréchal apparaît alors comme "l'homme providentiel", héros de la Première Guerre mondiale, qui permettra à la France de se remettre de la défaite face à l'Allemagne qui a pris possession de la moitié nord et ouest du pays. Le maréchal profite de ses pleins pouvoirs pour mettre en œuvre de nouvelles valeurs et doit traiter quotidiennement avec les Allemands : c'est la collaboration. Le régime de Vichy prend fin le 20 août 1944, lorsque les Allemands quittent la France avec l'arrivée des Alliés et que le général de Gaulle prend la présidence du Gouvernement provisoire de la République française.

Comment le régime de Vichy a collaboré avec l'Allemagne ?

Philippe Pétain et Pierre Laval
Philippe Pétain et Pierre Laval © COLLECTION YLI/SIPA

Si le régime de Vichy, également connu sous le nom d'"État français", est souverain en principe ; il est dans les faits étroitement lié à l'occupant allemand qui lui laisse l'administration de la France. La collaboration est officiellement prônée par Philippe Pétain dans un discours fin octobre 1940. Hitler rencontre d'ailleurs le maréchal à Montoire-sur-le-Loir le 24 octobre 1940. La collaboration devient encore plus marquée à partir du 11 novembre 1942, lorsque les Allemands envahissent la zone libre. Le régime de Vichy sert l'idéologie allemande dans différents domaines : prêt de main-d'œuvre (STO), renforcement de la répression contre les opposants, création du SOL, puis de la Milice française, mesures économiques en faveur de l'Allemagne, etc. Des mesures anti-juives sont également imposées : lois antisémites (port de l'étoile jaune, confiscation des biens...), création d'un Commissariat général aux questions juives (CGQJ) et rafle de Juifs comme celle du Vel' d'Hiv'.

Le régime de Vichy était-il un régime antirépublicain ?

Le régime de Vichy était antirépublicain dans la mesure où le maréchal Pétain cumulait plusieurs pouvoirs (législatif et exécutif) et qu'il a fait supprimer le Parlement. Il s'agissait donc d'un régime autoritaire, où les décisions étaient prises par un seul homme, sans vote préalable. La création en 1943 d'une milice, destinée à lutter contre les résistants et à arrêter les Juifs, renforce encore le caractère antirépublicain du régime. La mention "République française" disparaît d'ailleurs rapidement des documents officiels.

Quelle était la composition du gouvernement de Vichy ?

Régime de Vichy
La nouvelle devise "Travail, Famille, Patrie" © NAMUR-LALANCE/SIPA

Devenu chef de l'État français, Philippe Pétain est accompagné par les membres d'un gouvernement appelés "ministres secrétaires d'État". Pierre Laval est d'abord nommé vice-président du Conseil avant de laisser la place à Pierre-Étienne Flandin, puis à François Darlan. En avril 1942, Pierre Laval obtient le titre de chef du Gouvernement qu'il cumule avec trois fonctions : ministre de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de l'Information de la France de Vichy. Yves Bouthillier est ministre des Finances, Pierre Cathala lui succède. D'autres personnalités comme Pierre Pucheu (ministre de l'Intérieur) ou Paul Baudouin (ministre des Affaires étrangères, puis de l'Information) se succèdent à des postes clés. Le domaine militaire est ensuite divisé entre trois ministres secrétaires d'État pour l'Aviation, la Marine et la Guerre.

Quels sont les symboles du régime de Vichy ?

Plusieurs symboles caractérisent le régime de Vichy, son idéologie de "révolution nationale" et son nouvel ordre moral, à commencer par la devise "Travail, Famille, Patrie" qui remplace celle de la République française (Liberté, Égalité, Fraternité). Vient ensuite la francisque qui sert d'emblème national. Il s'agit d'une hache de guerre à double tranchant parée des couleurs de la France (bleu, blanc, rouge) qui ont été conservées. Elle orne tous les papiers officiels, affiches et récompenses d'État. Quant au chant "Maréchal, nous voilà !", il devient l'hymne officieux de la France de Vichy, chanté par tous les écoliers de l'époque.

Les dates clés de la France de Vichy

5 avril 1939 - Albert Lebrun est réélu président de la République
Elu président de la République française pour un second mandat, Albert Lebrun s'opposera à l'armistice avec l'Allemagne d'Adolf Hitler. Il sera contraint de passer la main au maréchal Pétain qui deviendra président du Conseil. Ecarté du gouvernement, Albert Lebrun est finalement arrêté et retenu prisonnier dans le Tyrol autrichien.
16 juin 1940 - Pétain président du Conseil
Avant de devenir chef de l'État français (régime de Vichy), Pétain devient président du Conseil de la IIIe République. Il succède au gouvernement de Paul Reynaud, qui a démissionné le jour même. Cette transition se fait dans le respect des règles constitutionnelles. On parle alors de gouvernement Pétain. Le maréchal a déjà 84 ans. Philippe Pétain prône l'armistice, qu'il signe le 22 juin 1940 avant de mettre en place un nouveau gouvernement à Vichy.
22 juin 1940 - La France signe l'armistice
Philippe Pétain, président du Conseil, signe un armistice avec l'Allemagne. La France est coupée en deux avec au Nord et à l'Ouest la zone occupée par les Allemands et au Sud, la zone libre. Une ligne de démarcation sépare les deux parties. Le maréchal choisit d'établir un nouveau gouvernement à Vichy dans la partie Sud.
2 juillet 1940 - Le gouvernement Pétain s'installe à Vichy
Le gouvernement Pétain choisit de se baser à Vichy, en zone libre. C'est une décision stratégique car la ville est bien connectée avec Paris par le train et située près de la ligne de démarcation avec la zone occupée. En outre, les infrastructures hôtelières permettent d'accueillir facilement les membres du gouvernement. C'est parce que le gouvernement a choisi cette ville pour s'y établir qu'on parle aujourd'hui de régime de Vichy.
10 juillet 1940 - Pétain instaure l'Etat Français
Cette date marque le début de l'"État Français". Les députés et sénateurs confèrent en effet les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, marquant ainsi la fin de la IIIe République. La décision est prise au Grand Casino de Vichy, qui tient lieu d'Assemblée. Le maréchal obtient 569 voix contre 80 et on compte également 19 abstentions. Une nouvelle constitution est promulguée afin d'entériner la création de l'"État français", que l'on nomme aujourd'hui, le régime de Vichy. La nouvelle devise de la France est "Travail, Famille, Patrie".
12 juillet 1940 - Pierre Laval vice-président du Conseil
Le 12 juillet, Philippe Pétain désigne Pierre Laval comme vice-président du Conseil et successeur. L'"Etat Français" disparaitra à la libération en août 1944.
7 août 1940 - Churchill reconnaît la légitimité de de Gaulle
Sa reconnaissance officielle par Churchill permet au général de Gaulle de gagner les moyens d'agir. Les accords qu'il signe en effet avec Churchill ce jour-là donnent naissance aux Forces Françaises Libres (FFL), auxquelles la Grande-Bretagne reconnaît l'indépendance. Ces accords garantissent en outre que les possessions françaises seront rendues lorsque le pays sera libéré, et assurent l'argent nécessaire à l'action des FFL.
15 septembre 1940 - Arrestation de Léon Blum
Président du Conseil des ministres du Front populaire en 1936, à l'origine de grandes lois sociales, Léon Blum a voté contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Juif et socialiste, il est arrêté le 15 septembre par le régime de Vichy et emprisonné à Chazeron, d'où il tente d'organiser la résistance. Accusé d'avoir conduit la France à la défaite lors du procès de Riom, il est finalement confié aux Allemands qui le déportent à Buchenwald.
3 octobre 1940 - Statut des juifs en zone libre
Sans avoir reçu aucune pression de la part du régime nazi, le gouvernement de Vichy promulgue une nouvelle loi sur le statut des juifs. L'article premier stipule : "Est regardé comme juif […] toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race, si son conjoint lui-même est juif." Cette mesure est la première d'une série qui iront en s'aggravant. De nombreuses professions seront interdites aux juifs. La collaboration, présidée par le maréchal Pétain, entraînera la déportation de 75 721 personnes, dont 6 012 enfants.
24 octobre 1940 - Poignée de main entre Pétain et Hitler
Immortalisée par une photo, cette poignée de main a lieu durant l'entrevue de Montoire. Elle symbolise alors la collaboration entre l'Allemagne nazie et le régime de Vichy. Pétain et Hitler débattent ensuite dans le wagon personnel de Hitler, l'entrevue ayant lieu à la gare. Dans son discours du 30 octobre où il appelle les Français à la "collaboration", Pétain explique qu'il a tenté d'alléger le sort de la France auprès du vainqueur de la guerre.
13 décembre 1940 : Pierre Laval est renvoyé
Accusé d'être trop impliqué avec l'Allemagne, Pierre Laval est démis de ses fonctions de vice-président du Conseil par Philippe Pétain et assigné à résidence. Adolf Hitler n'admet pas ce changement à la tête du gouvernement de Vichy et fait libérer Laval. En avril 1942, Pierre Laval reviendra sur le devant de la scène en accumulant les pouvoirs : chef du gouvernement, ministre des Affaires étrangères, ministre de l'Intérieur et ministre de l'Information.
4 octobre 1941 - Interdiction de faire grève en France
La loi du 4 octobre 1941 dite "Charte du travail", est votée par le régime de Vichy. Elle interdit la grève et pose le principe des syndicats uniques et obligatoires.
19 février 1942 - Ouverture du procès de Riom
Dans le but de prouver la responsabilité des hommes politiques de la IIIe République dans la défaite de 1940, le régime de Vichy ouvre le procès de Riom le 19 février 1942. Plusieurs personnalités comme Léon Blum et Édouard Daladier sont accusées. Mais la défense des inculpés est sans faille et démontre qu'il s'agit bien d'une défaite militaire et non d'une erreur politique. Le procès ne se dirigeant pas comme prévu vers une inculpation, il est suspendu. Le maréchal Pétain se chargera lui-même de condamner les accusés en vertu de ses nouveaux pouvoirs.
22 février 1942 - Création du Service d'Ordre Légionnaire
Le Service d'ordre légionnaire (SOL) a été fondé par Joseph Darnand le 22 février 1942. Il s'agissait d'une organisation militaire du régime de Vichy. Cette armée ouvertement collaborationniste, entièrement dévouée au régime nazi, faisait jurer à ses membres de "lutter contre la démocratie et la lèpre juive". Au début rallié au régime de Vichy, le Service d'ordre légionnaire a ensuite pris son indépendance par rapport aux autres régimes collaborationnistes, dont les positions étaient moins extrêmes. En 1943, le SOL devient la Milice française avec toujours Joseph Darnand à sa tête.
17 juillet 1942 - Rafle du Vel' d'Hiv'
Plus de 13 000 juifs dont environ 4 100 enfants sont arrêtés dans la nuit en région parisienne. L'ordre vient du gouvernement de Vichy et est exécuté par René Bousquet secrétaire général de la police française. Les prisonniers sont entassés pendant plusieurs jours au Vélodrome d'Hiver, d'où le nom de cet évènement : la rafle du Vel' d'Hiv'. Ils sont ensuite conduits à Drancy, puis déportés à Auschwitz.
11 novembre 1942 - Entrée de l'Allemagne en zone libre
En réponse au débarquement des alliés en Afrique du Nord le 8 novembre, Adolf Hitler lance sur la France l'opération "Attila". Les Allemands envahissent le sud du pays considéré comme une "zone libre". Le gouvernement de Vichy est placé sous le contrôle et l'influence directe de l'Allemagne.
16 février 1943 - Institution du STO
Les systèmes de "relève" et de volontariat ne suffisant pas à satisfaire la demande allemande de main d'oeuvre, la France de Vichy fait voter une loi instaurant le Service du Travail Obligatoire. Tous les hommes de 21 à 23 ans sont ainsi envoyés en Allemagne pendant deux ans pour travailler. Mais certains jeunes gens refusent d'obtempérer. Les réfractaires au STO rejoignent alors le maquis
26 avril 1945 - Pétain se constitue prisonnier
Poursuivi pour "intelligence avec l'ennemi" et "haute trahison", Philippe Pétain choisit de se constituer prisonnier depuis la Suisse où il avait été déplacé. Quelques mois plus tard, le résultat de son procès ne laisse plus planer le doute : il est condamné à mort. Le général de Gaulle transformera sa peine en prison à perpétuité.
23 juillet 1945 - Ouverture du procès de Philippe Pétain
Le 23 juillet 1945, le procès du maréchal Pétain, héros de la Première Guerre mondiale, s'ouvre devant la Haute Cour de justice. Muet durant son procès, le doute s'installe quant à sa collaboration et ses motivations pour épargner la France. Il est finalement déclaré coupable et condamné à mort. L'intervention du général de Gaulle commuera sa peine en réclusion à perpétuité.
4 octobre 1945 : Ouverture du procès de Pierre Laval
Inconscient de son impopularité, Pierre Laval découvre la haine qui lui est vouée lors de son procès qui se déroule sous les huées et les insultes. Expédiée en toute hâte, l'audience se solde par une condamnation pour haute trahison et complot contre la sûreté intérieure de l'État. Pierre Laval est donc condamné à mort. Il est fusillé le 15 octobre suivant à la prison de Fresnes.

XXe siècle