Shoah / solution finale : résumé du génocide juif

Shoah / solution finale : résumé du génocide juif Décidée par les partisans du nazisme, la solution finale, ou Shoah, constitue l'un des faits marquants de la Seconde Guerre mondiale. Son objectif : l'extermination du peuple juif.

La Shoah, la solution finale, l'Holocauste ou encore le génocide juif, tous ces termes sont employés pour évoquer le même fait de l'Histoire : la volonté des partisans du nazisme d'exterminer, de façon systématique, le peuple juif. Sous la houlette d'Adolf Hitler et dans un contexte de Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne nazie se livre en effet à une entreprise d'extermination des Juifs. En quelques années seulement, entre cinq et six millions de Juifs disparaissent, dont une grande partie dans les camps de concentration et d'extermination.

Si beaucoup associent la Shoah à la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise d'extermination des Juifs par l'Allemagne nazie naît bien avant le début du conflit. L'arrivée progressive au pouvoir d'Adolf Hitler dès 1933 marque le début de ce qui constitue, encore aujourd'hui, le plus grand crime contre l'Humanité. Elle prend une tournure historique exceptionnelle dès 1939, et se poursuit jusqu'en 1945, date à laquelle le monde entier découvre et mesure l'ampleur de cette extermination industrielle du peuple juif.

Quelles sont les causes de la Shoah ?

De nombreuses décennies après le début de la Shoah, il est encore difficile d'en présenter les causes. L'aversion d'Adolf Hitler envers les Juifs peut être avancée comme en étant la principale. Depuis toujours, Adolf Hitler considère le peuple juif comme une "race inférieure". Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Führer met en application son idéologie nazie via "la solution finale", une entreprise d'extermination du peuple juif. On parle également d'Holocauste (au sens de massacre) ou de Shoah ("catastrophe" en hébreu).

Quelles sont les dates de la Shoah ?

Les dates de la Shoah diffèrent selon les historiens. Beaucoup considèrent que la Shoah débute en 1938, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, voire en même temps que le conflit international. D'autres estiment que l'entreprise d'extermination des Juifs est déjà mise en place dès l'arrivée d'Adolf Hitler au pouvoir, en 1933. Dans les deux cas, la Shoah se termine en 1945 avec ce que l'on a baptisé "les marches de la mort".

Qui sont les architectes de la solution finale ?

Shoah
Heinrich Himmler,  ministre de l'Intérieur du IIIe Reich, à partir de 1943. © AP/SIPA

Hitler n'a pas œuvré seul pour exterminer le peuple juif. La mise en place de la solution finale est soutenue et encadrée par d'autres dirigeants de l'Allemagne nazie, parmi lesquels Heinrich Himmler, chef de la SS, et Reinhard Heydrich, responsable de la sécurité du Reich. L'armée du IIIe Reich, la Wehrmacht, y prend également part. Avec des méthodes différentes, Himmler et Heydrich multiplient les traques. Respectivement suicidé en 1945 et tué en 1942 dans un acte de résistance, Himmler et Heydrich échappent à leurs responsabilités lors du procès de Nuremberg.

Comment s'est déroulée la Shoah entre 1939 et 1941 ?

En 1939, l'Allemagne nazie envahit la Pologne. Les Juifs polonais sont alors enfermés dans des ghettos, progressivement transformés en camps de concentration. Dès 1941, les unités mobiles de tuerie se lancent dans une vague d'assassinats de familles juives entières. Elles reproduisent le même schéma dès la fin de l'année 1941, et en 1942, avec "la deuxième vague". L'été 1942 marque par ailleurs un tournant dans la Shoah en France, avec l'arrestation et la déportation de près de 80 000 Juifs.

Que s'est-il passé dans les camps de concentration et d'extermination ?

Shoah
Entrée du camp de concentration et d'externalisation Auschwitz - Birkenau. © WITT/NICOLAS JOSE/SIPA

Du massacre des Juifs à l'Est, la Shoah s'exporte en Europe occidentale. Dès la fin de l'année 1941, les rafles et les convois de trains de la mort se multiplient. En Pologne, l'action Reinhard est lancée pour exterminer plus de 1,5 million de Juifs polonais entre mars 1942 et octobre 1943. Dans les camps de concentration, les Juifs sont contraints au travail forcé, dans des conditions de vie inhumaines. Dans les camps d'extermination comme à Auschwitz-Birkenau, c'est une mort à la chaîne qui les attend. En Hongrie, en 1944, plus de 430 000 Juifs sont déportés par les nazis. En Roumanie, la Shoah débute avant la guerre, nombreux sont les Juifs roumains qui quittent leur pays pour la Palestine. Les autres seront déportés par la suite. À la fin de la guerre, sont mises en place les "marches de la mort", lors desquelles les Juifs sont évacués et déportés en Allemagne. Ces marches sont ainsi qualifiées car un grand nombre de Juifs déjà affaiblis y perdaient la vie.

Quel est le but de la conférence de Wannsee ?

Le 20 janvier 1942 se tient, à la villa Marlier de Berlin, la conférence de Wannsee. Une quinzaine de hauts dirigeants du IIIe Reich se réunissent pour évoquer les contours techniques et administratifs de la "solution finale de la question juive", souhaitée par Adolf Hitler. En réalité, celle-ci a déjà commencé. La conférence, présidée par Reinhard Heydrich, ne sert qu'à conforter le contrôle de la SS dans l'entreprise d'extermination du peuple juif.

Quel était le comportement des Juifs pendant la Shoah ?

Survivre. Voilà quel était le mot d'ordre des Juifs pendant la Shoah. Victimes d'antisémitisme, de restrictions, d'aryanisation, les Juifs n'ont eu d'autres choix que de fuir ou de se cacher. Une partie d'entre eux a organisé une résistance juive, pour combattre les nazis. Un temps cantonnée au soutien spirituel, l'action des rabbins durant la Shoah bascule progressivement vers des actions de sauvetage.

Qu'est-ce que la Shoah par balles ?

La Shoah par balles désigne l'assassinat des Juifs par balles des unités de tueries mobiles (Einsatzgruppen), plutôt que dans les camps d'extermination. Ces massacres se produisent principalement entre 1941 et 1944, à l'Est de l'Europe, et prennent la forme d'une fusillade pure et simple. On estime à près d'un million et demi le nombre de Juifs assassinés par les nazis de cette façon.

Quelle était l'attitude des pays voisins durant la solution finale ?

En 1945, une partie du monde prend acte et s'étonne de l'horreur des camps d'extermination. Les archives laissent toutefois penser que les Alliés, et notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et l'URSS, étaient au courant de la solution finale dès 1942. D'autres pays comme l'Espagne, la Turquie ou encore la Suisse, se réfugient derrière leur statut de pays neutres. Après-guerre, le titre de "Juste parmi les nations" est décerné aux citoyens ayant apporté leur aide aux Juifs, durant la Shoah.

Quel est le nombre de victimes de la Shoah ?

Shoah
Le Président Jacques Chirac discourant lors du 53ème anniversaire de la Rafle du Vel' d'Hiv', en 1995. © WITT/SIPA

On estime à entre 5 et 6 millions le nombre de Juifs victimes de la Shoah, soit, à l'époque, près de 40 % des Juifs du monde. Par sa violence et son ampleur, la Shoah est à l'origine de la création du concept de "crime contre l'Humanité". L'antisémitisme devient un délit en Occident. Après-guerre, les démarches de reconnaissance et les tentatives de réparation se multiplient. En 1995, Jacques Chirac reconnaît la responsabilité du gouvernement français dans la déportation du peuple juif.

Qu'est-ce que la mémoire de la Shoah ?

Conserver une trace de l'horreur vécue par les Juifs, et la transmettre aux générations suivantes : voilà l'objectif de la mémoire de la Shoah. Longtemps restée sous silence au lendemain de la guerre (période d'occultation), la Shoah est progressivement reconnue, et érigée comme un événement de l'Histoire à ne pas oublier. Il s'agit, aussi, de lutter contre le négationnisme qui voudrait laisser croire que rien de tout cela n'a existé. Des édifices (monuments, mémorial de la Shoah, etc.) sont érigés et participent à cette mémoire.

Quelles sont les controverses et l'avenir de la mémoire de la Shoah ?

Un peu partout en Europe et dans le monde, des controverses apparaissent au sujet de la Shoah. Elles s'articulent autour de la responsabilité des uns et des autres, et sur la volonté, pour d'autres, de défendre leurs prises de position. Le silence du pape Pie XII, ou le temps mis par les États-Unis pour mesurer l'ampleur des déportations représentent quelques-unes de ces controverses. L'art s'est par ailleurs emparé de la Shoah, dans le but de faire perdurer sa mémoire. Les témoignages, comme celui d'Anne Frank, le permettent également. En musique, on retrouve par exemple des œuvres d'Arnold Schönberg ("A Survivor from Warsaw") ou de Darius Milhaud ("Le château du feu").

Quels sont les films sur la Shoah / solution finale ?

Shoah
Scène du film de Steven Spielberg "La Liste de Schindler", avec Liam Neeson et Ralph Fiennes. ©  /SIPA

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, de nombreux réalisateurs ont puisé dans les évènements de la Shoah et de la solution finale l'inspiration nécessaire à la création de films. Parmi les plus emblématiques sur la Shoah, on peut citer "La Liste de Schindler", "Le Pianiste", "La vie est belle" ou encore "Opération finale". En France, le film "La Rafle", sorti en 2010, revient plus particulièrement sur l'épisode de la rafle du Vel' d'Hiv', les 16 et 17 juillet 1942.

les dates clés de la Shoah

9 novembre 1938 - Tragique "Nuit de Cristal" en Allemagne
Le ministre allemand de la propagande, Joseph Goebbels, dénonce une alliance juive contre son pays. Les militants du IIIe Reich et partisans du nazisme sont alors invités à se soulever contre les Juifs. Dans la nuit, synagogues, magasins et maisons juives sont attaqués un peu partout en Allemagne. Les affrontements font 91 morts et plus de 10 000 prisonniers juifs.
7 décembre 1941 - Décret "Nuit et brouillard"
Le décret "Nacht und Nebel", ou "Nuit et brouillard", est signé par le Maréchal Keitel. Il prévoit la déportation de tout individu s'opposant au IIIe Reich. Toutes les personnes considérées comme étant dangereuses pour la sécurité de l'armée allemande, les "NN", et les ennemis du nazisme sont transférés vers des camps de déportation.
15 décembre 1941 - Massacre au Mont-Valérien
Ce jour-là, 75 otages juifs et communistes seront fusillés au Mont-Valérien. Parmi eux, on retrouve notamment Gabriel Péri, alors âgé de 39 ans, qui était un ancien journaliste de L'Humanité. Entre 1940 et 1944, un millier d'otages et de prisonniers seront fusillés par les Allemands au Mont-Valérien, devenu depuis un lieu emblématique de la résistance française face au nazisme.
20 janvier 1942 - Les nazis adoptent la solution finale
La conférence de Wannsee se tient dans une villa à proximité de Berlin. Elle réunit de hauts dirigeants nazis sous la présidence de Reinhard Heydrich. À l'ordre du jour : "la solution finale de la question juive". C'est le début (ou l'accélération) de la solution finale visant à exterminer le peuple juif, soit par les travaux forcés, soit par les camps d'extermination, comme à Belzec ou Auschwitz.
22 février 1942 - Création du Service d'Ordre Légionnaire
Le Service d'ordre légionnaire a été fondé par Joseph Darnand, le 22 février 1942. Il s'agissait d'une organisation militaire du régime de Vichy. Cette armée ouvertement collaborationniste, entièrement dévouée au régime nazi, faisait jurer à ses membres de "lutter contre la démocratie et la lèpre juive". Au début rallié au régime de Vichy, le Service d'ordre légionnaire a ensuite pris son indépendance par rapport aux autres régimes collaborationnistes, dont les positions étaient moins extrêmes.
17 juillet 1942 - Rafle du Vel' d'Hiv'
Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1942, 13 000 Juifs sont arrêtés par la police française dans la capitale et ses environs. Il s'agit d'une initiative du gouvernement de Vichy, qui ne répond en rien à une demande des autorités allemandes. Ces 13 000 Juifs, dont plus de 4 000 enfants, sont conduits au Vélodrome d'Hiver où ils resteront parqués plusieurs jours. Leur chemin se poursuivra jusqu'au camp d'extermination d'Auschwitz.
22 janvier 1943 - Rafle de Marseille
En novembre 1942, les troupes allemandes occupent Marseille. Plusieurs attentats sont alors perpétrés. En représailles, les autorités allemandes fouillent la ville maison par maison. Elles décident d'envoyer 2 000 personnes vers les camps de concentration et d'extermination. Aucune distinction n'est faite entre les coupables et les suspects.
19 avril 1943 - La révolte du ghetto de Varsovie
En Pologne, 60 000 Juifs survivants dans le ghetto de Varsovie décident de se soulever contre les SS nazis pour combattre l'ordre donné par Hitler de les exterminer. Le combat, déséquilibré, s'étale sur près d'un mois. Au total, 7 000 Juifs perdent leur vie en voulant la sauver. Les autres rejoindront les camps d'extermination.
24 mars 1944 - Massacre des Fosses ardéatines
Ce 24 mars 1944, 335 civils italiens sont exécutés par les Allemands en raison d'un attentat à la bombe qui s'est déroulé la veille, à Rome. Cet attentat a causé la mort d'une trentaine de SS. Les Italiens tués sont choisis à la prison de Regina Cœli et dans le ghetto où sont retenus des Juifs. Les victimes sont tuées aux Fosses ardéatines, dans le quartier d'Ardeatino.
6 avril 1944 - Rafle d'Izieu
Le 6 avril 1944, la Gestapo, dirigée par Klaus Barbie, procède à Lyon à l'arrestation de 44 enfants juifs recueillis à l'orphelinat d'Izieu dans l'Ain, et des 8 adultes reconnus "coupables de les avoir cachés". Les enfants d'Izieu et leurs professeurs seront déportés au camp de Drancy puis transférés à Auschwitz pour être envoyés dans les chambres à gaz. Seule une fillette survivra.
17 janvier 1945 - Libération de la Pologne
En Pologne, l'Armée Rouge fait son entrée dans Varsovie. Après cinq années d'occupation allemande, la capitale polonaise est libérée. Exterminés en masse, les Juifs, qui constituaient une grande partie de la population, ont laissé derrière eux une ville dépeuplée (Varsovie compte en 1945 dix fois moins d'habitants qu'en 1939).
27 janvier 1945 - Libération d'Auschwitz
Le 27 janvier 1945, l'Armée Rouge fait son entrée dans le camp d'extermination d'Auschwitz, abandonné par les dernières troupes allemandes, où se trouvent encore près de 7 500 survivants. L'Armée Rouge permet au monde de prendre conscience des horreurs perpétrées dans ces camps d'extermination. 1,5 million de personnes ont été exterminées dans le camp d'Auschwitz, entre 1942 et 1945. 
12 mars 1945 - À sa mort, Anne Frank laisse un journal
Arrêtées par des soldats allemands après deux ans à vivre cachés dans une annexe de l'entreprise familiale, Anne Frank et sa famille sont déportées vers les camps d'extermination. Anne Frank succombe quelques semaines plus tard d'une maladie, alors qu'elle se trouve dans le camp de Bergen-Belsen. L'adolescente laisse derrière elle un journal intime qui témoigne de son quotidien durant ses deux dernières années.
29 avril 1945 - Massacre de Dachau
Peu de temps avant de faire leur entrée dans le camp de concentration de Dachau, les forces américaines découvrent une quarantaine de wagons remplis de cadavres. Confrontées à l'horreur et aux conditions de vie épouvantables des survivants, elles assassinent une cinquantaine de soldats SS, dans ce qui constitue à la fois un crime de guerre et le massacre de Dachau.
29 avril 1945 - Libération du camp de Dachau
Le 29 avril 1945, le camp de Dachau est libéré par les forces américaines, qui y découvrent plus de 32 000 prisonniers encore entassés dans le camp. Ouvert dès 1933 par le chef des SS, Himmler, Dachau est le premier camp de concentration mis en place par l'Allemagne nazie. Plus de 200 000 personnes y ont été déportées. Plus de 32 000 d'entre elles y ont trouvé la mort.
20 novembre 1945 - Ouverture du procès de Nuremberg
Ce jour est marqué par l'ouverture du procès de Nuremberg. Dans le costume des juges, des représentants des États-Unis, de la France, de l'URSS et de l'Angleterre ont pour mission de juger les criminels de guerre nazis. Sur les 24 disciples d'Adolf Hitler, 11 seront condamnés à mort par pendaison.
2 avril 1947 - Condamnation à mort de Rudolf Höss, ancien commandant du camp de concentration d'Auschwitz
Le 2 avril 1947 marque la condamnation à mort de Rudolf Höss, haut dignitaire du parti nazi, tristement célèbre pour avoir été l'un des responsables du génocide des juifs en Europe. Il fut, en effet, le commandant du camp de concentration d'Auschwitz, entre 1940 et 1943, puis de mai à septembre 1944, périodes où l'extermination des juifs fut à son paroxysme. Rudolf Höss est exécuté le 16 avril 1947.