Conférence de Yalta : résumé de ces accords décisifs

Conférence de Yalta : résumé de ces accords décisifs Signés en février 1945 par les Alliés de la Seconde Guerre mondiale, les accords de la conférence de Yalta prévoient, à l'aube de la Guerre froide, le retour de la paix ainsi que la création de l'ONU.

Résumé - Du 4 au 11 février 1945, les principaux dirigeants en guerre contre le IIIe Reich se réunissent dans la station balnéaire de Yalta en Crimée, pour préparer un nouvel ordre mondial, face à la défaite prochaine de l'Allemagne. Parmi les participants se trouvent les principaux représentants des grandes puissances mondiales : Joseph Staline pour l'URSS, Winston Churchill pour le Royaume-Uni, et Franklin D. Roosevelt pour les États-Unis.

Durant de longues journées de négociations, ils vont tenter d'adopter une stratégie commune pour déterminer les accords, qui caractériseront cette réunion historique. Il s'agira non seulement de précipiter la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi de reconstruire une Europe libérée du régime nazi ; pour enfin poser les premières bases solides d'un rétablissement durable de la paix. C'est à l'issue de cette rencontre que l'Organisation des Nations Unies (ONU), chargée d'assurer le maintien de la paix à l'échelle internationale, verra le jour.

Dans quel contexte historique la conférence de Yalta s'est-elle tenue ?

Conférence Yalta
Les trois grands vainqueurs de la Deuxième Guerre mondiale, Churchill, Roosevelt et Staline (de gauche à droite), lors de la Conférence de Yalta. © AP/SIPA

En février 1945, la conférence de Yalta réunit Joseph Staline, Winston Churchill et Franklin D. Roosevelt, les trois grands vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale débutée en septembre 1939. Le but premier de cette conférence est de régler les difficultés posées par la défaite imminente de l'Allemagne nazie. Si cette conférence, historique et capitale, porte sur les modalités de la capitulation allemande, elle marque également le début d'un long processus de négociations entre les vainqueurs de cette guerre sanglante, afin d'établir un nouvel ordre mondial.

Quels sont les dates et le lieu de la conférence de Yalta ?

Événement historique du second conflit mondial, cette conférence s'est tenue du 4 au 11 février 1945, à Yalta. Située au nord de Livadia, au bord de la mer Noire, la ville de Yalta est une station balnéaire localisée en Crimée. Le palais de Livadia, résidence d'été du dernier empereur de Russie, Nicolas II, a été choisi pour accueillir les participants à la conférence.

Quel est le but de la conférence de Yalta ?

La fin de la Seconde Guerre mondiale semble imminente, une capitulation allemande apparaît comme inévitable. Les principaux dirigeants, en guerre depuis près de six ans contre l'Allemagne nazie, se réunissent à Yalta pour définir un nouvel ordre mondial. Ainsi, à l'issue de la défaite d'Adolf Hitler, les différents objectifs de cette conférence emblématique furent les suivants :

  • L'adoption d'une stratégie commune pour précipiter la fin du conflit, notamment grâce à l'engagement de l'URSS dans la guerre contre le Japon.
  • L'établissement des modalités de reconstruction d'une Europe libérée de l'Allemagne de Hitler et du joug nazi.
  • La création de l'ONU, une organisation internationale capable et chargée d'assurer la paix à l'échelle internationale.

Pourquoi la France n'était-elle pas présente à la conférence de Yalta ?

Conférence Yalta
Winston Churchill et le Général de Gaulle, pour le défilé des services alliés en 1944, à Paris. © AP/SIPA

La conférence de Yalta, réunissant les puissances alliées, est donc une rencontre au sommet des trois grands vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Si, en octobre 1944, le Gouvernement provisoire de la République française dirigé par le général de Gaulle est enfin reconnu par les Alliés, celui-ci ne fut pas convié à Yalta pour autant. De manière symbolique, la France ne fut donc pas considérée comme un État vainqueur de la Seconde Guerre mondiale. Cette absence d'invitation à participer à la conférence est alors ressentie par le représentant français comme une nouvelle humiliation, après la fin de quatre années d'occupation subies par la population française.

Mais pourquoi une telle exclusion de la France ?

La France doit son absence de Yalta à de nombreux facteurs. Premièrement, les Américains, et plus largement Franklin Roosevelt, se méfient du général de Gaulle. Ils le considèrent comme un "apprenti dictateur". Les Soviétiques, quant à eux, ne semblent pas convaincus par la politique du contrepoids continental proposée par le général. Enfin, en ce qui concerne les Britanniques, Churchill semble le seul à vouloir ménager la France, sans pour autant l'intégrer aux discussions. En effet, le Premier ministre anglais souhaite en faire un allié continental de poids, face à Staline. 

Quelles décisions sont prises à la conférence de Yalta ?

Après de longs jours de discussions et de négociations, les Alliés de la Grande Guerre rédigent les accords de Yalta, qui prévoient :
  • La création de gouvernements démocratiques par la voie d'élections libres, dans les États européens libérés.
  • La création officielle de l'ONU, grâce à l'organisation de la conférence de San Francisco, prévue les 25 avril et 26 juin 1945, et la signature de la charte des Nations Unies.
  • L'entrée en guerre de l'URSS contre le Japon.
  • L'anéantissement du militarisme et de l'armement allemand.
  • La division de l'Allemagne en trois zones occupées par chacun des trois vainqueurs : États-Unis, URSS, Royaume-Uni. Grâce à l'appui de Churchill et la mobilisation du Général de Gaulle, la France obtiendra, plus tard, une quatrième zone d'occupation.
  • L'établissement de nouvelles frontières soviétiques par le déplacement de la Pologne vers l'Ouest. Le pays a cédé une partie de son territoire à l'URSS, et récupéré des territoires enlevés à l'Allemagne.
  • La création et le fonctionnement de l'ONU, comme garantie de la paix et de la sécurité dans le monde. Le Conseil de Sécurité reposera sur l'entente commune des cinq membres permanents, les États-Unis, l'URSS, le Royaume-Uni, mais aussi la France et la Chine ; qui disposeront chacun d'un droit de veto.

Quelles sont les conséquences de la conférence de Yalta ?

Conférence Yalta
Sculpture à Yalta, représentant Churchill, Roosevelt et Staline lors de la conférence, inaugurée en 2015. © Alexander Polegenko/AP/SIPA

En février 1945, la conférence de Yalta apparaît comme historique. Elle semble l'unique moyen de renforcer les liens de confiance et de coopération, qui unissent les grands Alliés et vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, face à la défaite prochaine de l'Allemagne nazie. Ensemble, ils décident la démilitarisation de l'Allemagne et sa division en trois zones d'occupation. La France obtiendra une quatrième zone plus tard. Quant aux autres pays européens, ces derniers pourront choisir leur sort, via l'instauration d'élections libres.

Pourtant, de ces enjeux de coopération et de paix, d'autres revendications vont naître, et plusieurs des différentes ambitions des puissances alliées vont se faire connaître. Staline apparaît ainsi comme le grand vainqueur des accords de Yalta. En effet, malgré ses promesses et ses engagements en faveur de la paix, l'ensemble des pays d'Europe de l'Est se voit à la merci de l'hégémonie soviétique. Très vite, le continent se retrouve finalement séparé en deux par le rideau de fer, au sein duquel deux idéologies diamétralement opposées s'affronteront durant près de cinquante ans. Le début de la seconde moitié du XXe siècle verra l'émergence d'un autre conflit majeur, sans affrontement armé direct, la Guerre froide.

Seconde Guerre mondiale