Marie Curie : biographie courte de la femme aux deux prix Nobel

Marie Curie : biographie courte de la femme aux deux prix Nobel BIOGRAPHIE DE MARIE CURIE - Ayant découvert le polonium et le radium, Marie Curie a reçu maintes récompenses, dont deux prix Nobel. Ses travaux ont ouvert les portes de la physique nucléaire et de la radiothérapie.

Biographie courte de Marie Curie - Marie Curie, de son vrai nom Maria Sklodowska, naît à Varsovie le 7 novembre 1867 au sein d'une famille d'enseignants. Les années passent tandis que l'occupation russe se fait de plus en plus oppressante pour les Polonais. Aussi, la famille Sklodowska doit faire face à des problèmes financiers de plus en plus graves, auxquels vont bientôt s'ajouter un terrible deuil : la sœur et la mère de Maria meurent prématurément. Cette douloureuse enfance fait naître en elle une détermination et une force considérable, qui la poussent à briller dans les études. Elle entretient alors une passion des sciences, rêvant secrètement à une grande carrière dans le domaine. Proche de sa famille, elle n'hésite toutefois pas à aider sa sœur, Bronia, qui désire plus que tout devenir médecin à Paris. Pour subvenir à ses besoins, Maria occupe un poste d'institutrice pendant plusieurs années. Lorsque Bronia acquiert son indépendance financière, elle invite aussitôt Maria à venir la rejoindre en France et se propose, à son tour, de l'aider à réaliser son rêve.  

Les premières recherches de Marie Curie sur l'uranium

Maria Sklodowska pose le pied à Paris en 1891. Assoiffée de connaissances, elle entre aussitôt à la Sorbonne et obtient sa licence de physique en 1893, puis une licence de mathématiques l'année suivante. Malgré sa timidité, elle se fait un réseau de connaissances dans le milieu scientifique. C'est ainsi qu'elle croise la route d'un certain Pierre Curie, enseignant à l'École de physique et de chimie industrielle de Paris. Tous deux se marient en 1895, un heureux événement qui ne détourne pas la jeune Maria, devenue Marie Curie, de ses objectifs. Soutenue par son mari qui partage sa passion, elle poursuit ses études, est reçue première à l'agrégation de physiqueHenri Becquerel vient alors de découvrir le rayonnement naturel de l'uranium. C'est là un sujet parfait pour sa thèse. 

Marie Curie reçoit deux prix Nobel

Marie Curie ne tarde donc pas à se pencher sur ce phénomène de rayonnement. Elle utilise pour la première fois le terme "radioactif" pour le désigner. Manipulant la pechblende, un minerai riche en uranium, elle tente d'y découvrir l'origine précise des radiations. Bientôt, les époux Curie consacrent une grande partie de leur temps à leurs travaux, dans un petit hangar à peine chauffé transformé en laboratoire. Le labeur finit par payer. En 1898, tous deux annoncent la découverte de deux éléments radioactifs alors inconnus : le polonium et le radium. Mais ne disposant d'aucune subvention et refusant de déposer un brevet, le couple poursuit ses recherches dans les mêmes conditions difficiles. En 1903, Marie Curie présente sa thèse sur les substances radioactives et reçoit, en même temps que son mari et Henri Becquerel, le prix Nobel de physique. Elle est la première femme à recevoir un tel prix. 

Le 19 avril 1906, Pierre Curie meurt renversé par une voiture à cheval. Marie Curie reste seule pour élever ses deux filles, Irène et Éve. Son courage et sa détermination prennent rapidement le pas sur son désespoir. Quelques mois après le drame, elle prend le poste d'enseignant de son défunt mari à la Sorbonne, devenant la première femme à y obtenir une chaire. Parallèlement, elle poursuit ses recherches sur le radium, pour lesquelles elle obtient le prix Nobel de Chimie en 1911. Marie Curie est la seule personne à avoir reçu deux fois cette prestigieuse récompense. En 1914, son désir de consacrer un laboratoire d'études de la radioactivité est concrétisé par la fondation de l'Institut du Radium. Elle y dirige alors la section physique, chimie. Travaillant en collaboration avec Claudius Regaud, Marie Curie souhaite surtout mettre ses recherches au service de la santé. C'est donc naturellement qu'elle organise, durant la Première Guerre mondiale, un service de radiologie mobile pour soigner les blessés. Les rayons X permettent alors d'améliorer les conditions d'opérations chirurgicales. 

La mort de Marie Curie

Une fois la guerre terminée, elle travaille et enseigne à l'Institut du radium et finit de transmettre sa passion à sa fille aînée, Irène (qui en 1935 se verra elle aussi décerner le prix Nobel de Chimie avec son mari Frédéric Joliot). Elle se rend à New York en 1921, où la journaliste Marie Meloney l'attend pour lui offrir, grâce à une souscription féminine, suffisamment d'argent pour acheter un gramme d'uranium. Sa renommée devient internationale. Déjà membre du Comité de physique Solvay, elle participe, dès 1922, à la Commission internationale de la coopération intellectuelle de la Société des Nations. Après avoir consacré sa vie entière à la science, Marie Curie s'éteint en 1934, des suites d'une leucémie à laquelle les manipulations d'éléments radioactifs ne sont pas étrangères.

Marie Curie au Panthéon

Grâce à son travail acharné et à ses découvertes, Marie Curie a permis de formidables avancées scientifiques et reste l'une des plus grandes figures féminines de l'histoire des sciences. C'est pour toutes ces raisons qu'en 1995, le président François Mitterrand fait transférer les restes de Marie et Pierre Curie de leur caveau familial de Sceaux au Panthéon de Paris. La cérémonie a eu lieu en présence de Lech Wałęsa, président de la Pologne. Mais pour la sécurité des visiteurs, son corps conservant des traces de radioactivité, son cercueil a été complété d'une couche de plomb isolante.

Marie Curie : dates clés

7 novembre 1867 : Naissance à Varsovie de Maria Sklodowska
Maria Sklodowska, future Marie Curie, naît à Varsovie, en Pologne. Son père et sa mère sont tous les deux enseignants. L’enfance de Marie Curie restera marquée par les problèmes financiers et les décès de sa sœur et de sa mère.
9 mai 1878 : Maria Sklodowska perd sa mère
Peu de temps après la mort de l’une de ses sœurs, Maria Sklodowska perd sa mère, emportée par la tuberculose.
1891 : Maria Sklodowska s’installe à Paris
Depuis plusieurs années, Maria Sklodowska occupe un poste d’enseignante en Pologne, afin de financer les études de médecine de sa sœur, Bronia. Désormais mariée, cette dernière invite Maria à la rejoindre à Paris, afin de l’aider à son tour. À peine Maria a-t-elle posé le pied dans la capitale française qu’elle s’inscrit à la Sorbonne.
juillet 1893 : Elle est reçue première à sa licence de physique
juillet 1894 : Elle obtient une licence de mathématiques
25 juillet 1895 : Marie Sklodowska épouse Pierre Curie
Maria Sklodowska porte désormais le nom de Marie Curie. Elle avait rencontré son mari l’année précédente. Tous deux avaient immédiatement partagé leur passion des sciences, et plus précisément de la physique. En effet, Pierre Curie, alors enseignant à l’École de physique et de chimie industrielle de Paris, avait réalisé d’importants travaux sur la cristallographie et le magnétisme.
12 septembre 1897 : Naissance de Irène Curie
Marie Curie donne naissance à son premier enfant, Irène. Elle lui transmettra sa passion des sciences et travaillera avec elle sur les phénomènes radioactifs, notamment à l’Institut du radium. Plus tard, en compagnie de son mari Frédéric Joliot, Irène Joliot-Curie marchera sur les traces de ses parents en découvrant la radioactivité artificielle, en 1934. Elle recevra, comme sa mère, le prix Nobel de chimie en 1935.
18 juillet 1898 : Pierre et Marie Curie découvrent le polonium
Effectuant des recherches sur un minerai riche en uranium appelé Pechblende, le couple parvient à en extraire un premier élément radioactif : le polonium, nommé ainsi par Marie Curie en hommage à son pays natal, la Pologne. En décembre, ils annonceront la découverte d’un autre élément, encore plus radioactif : le radium.
26 décembre 1898 : Pierre et Marie Curie découvrent le radium
Devant l'auditoire de l'Académie des Sciences, Pierre et Marie Curie, en collaboration avec Gustave Bémont, annoncent qu'ils ont réussi à extraire un élément radioactif dans une pechblende : le radium. Ils soulignent que la radioactivité dégagée par le radium est nettement supérieure à celle du polonium, qu’ils avaient également découvert en juillet. Les époux Curie recevront le Prix Nobel de physique avec Henri Becquerel en 1903 pour leurs études sur les rayonnements émis spontanément par les sels d'uranium et pour la découverte des minéraux actifs. Toutefois, ce n’est qu’en 1910 que Marie Curie parviendra à isoler cette substance à l’état pur.
25 juin 1903 : Marie Curie soutient sa thèse sur la radioactivité
Après plusieurs années de travail et des découvertes très importantes, Marie Curie soutient sa thèse, intitulée "Recherches sur les substances radioactives". Elle avait choisi ce thème lors de la découverte des rayonnements naturels de l’uranium par Henri Becquerel.
10 décembre 1903 : Pierre et Marie Curie reçoivent le prix Nobel de Physique
Les époux Curie, associés à Henri Becquerel, reçoivent le prix Nobel de Physique pour leurs recherches sur les phénomènes radioactifs.
19 avril 1906 : Mort de Pierre Curie
Pierre Curie est accidentellement renversé par une voiture à cheval. Marie Curie se retrouve seule avec ses deux filles, Irène et Ève, alors âgée d’à peine deux ans.
5 novembre 1906 : Marie Curie devient professeur à la Sorbonne
A 39 ans, la physicienne française d'origine polonaise Marie Curie devient la première femme professeur à la Sorbonne. Marie Curie succède en fait à son mari, Pierre Curie, mort prématurément au mois d'avril, à la chaire de physique. Elle enseignera tout en continuant ses recherches et recevra son deuxième prix Nobel en 1911.
5 septembre 1910 : Elle isole le radium
Conjointement avec André Debierne, Marie Curie annonce qu’elle est parvenue à isoler le radium métallique à l’état pur. Elle a ainsi pu en déterminer la masse atomique et recevra, pour ses travaux, le prix Nobel de Chimie en 1911.
23 janvier 1911 : Marie Curie n’est pas acceptée à l’Académie des Sciences
Alors qu’elle est parvenue à isoler le radium quelques mois auparavant, l’Académie des Sciences rejette l’adhésion de Marie Curie. C’est Édouard Branly qui lui est préféré. Elle reçoit pourtant un second prix Nobel, celui de Chimie, à la fin de l’année.
10 décembre 1911 : Elle reçoit le prix Nobel de Chimie pour l’isolement du radium
1914 : Marie Curie crée le premier service radiologique mobile
Pendant la Première Guerre mondiale, Marie Curie souhaite mettre ses travaux sur la radioactivité et ses effets en médecine au service des blessés. C’est pourquoi elle organise le premier service de radiologie mobile. Secondée par sa fille Irène, elle fait équiper dix-huit voitures surnommées "petites Curie" et forme elle-même une centaine de manipulatrices de radiologie.
1914 : Fondation de l’Institut du radium
Créé afin de concilier les avancées scientifiques en matières de radioactivité et la médecine, l’Institut est achevé à la veille de la Première Guerre mondiale. Sa construction est alors financée par l’Université de Paris et l’Institut Pasteur. Il est composé de deux sections : le pavillon Pasteur, dirigé par Claudius Regaud et le laboratoire Curie, dirigée par Marie Curie. Au lendemain de la guerre, Claudius Regaud concentrera ses activités sur la lutte contre le cancer par rayonnement. L’Institut du radium fusionnera avec la Fondation Curie en 1970, donnant naissance à l’Institut Curie.
20 mai 1921 : Marie Curie se rend à New York
Après une campagne de sensibilisation auprès des riches femmes américaines, la journaliste Marie Meloney parvient à récolter suffisamment d’argent pour obtenir un gramme de radium. Elle souhaite alors en faire don à Marie Curie, afin de lui permettre de poursuivre ses recherches sur la radioactivité et la radiothérapie. C’est ainsi que Marie Curie arrive à New York avec ses deux filles. La renommée de la physicienne est internationale.
4 juillet 1934 : Marie Curie meurt d’une leucémie
Provoquée par une exposition trop longue et trop intense aux rayonnements, un cancer des cellules sanguines emporte Marie Curie, alors âgée de 67 ans. Elle laisse le flambeau à sa fille aînée, Irène Joliot-Curie, aussi déterminée et acharnée que sa mère.

Physique

Marie Curie : biographie courte de la femme aux deux prix Nobel
Marie Curie : biographie courte de la femme aux deux prix Nobel

Sommaire Biographie courte de Marie Curie Marie Curie et l'uranium Deux prix Nobel pour Marie Curie La mort de Marie Curie Marie Curie au Panthéon Marie Curie : dates clés Citations de Marie Curie Biographie...