Léopold II : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE LEOPOLD II - Roi de Belgique (1865-1909), Léopold II est né le 1 janvier 1835. Il est mort le 1 janvier 1909.

Biographie courte de Léopold II - Léopold Louis-Philippe Marie Victor devient Léopold II à la mort de son père, le roi Léopold Ier, en 1865. Il règne également sur l'État indépendant du Congo de 1884 à 1908. De nombreuses lois sociales voient le jour sous le règne de Léopold II qui souhaite amener son pays sur la voie du progrès et de la modernisation. Désormais, les syndicats sont légaux, l'âge travail des enfants est fixé à 12 ans, le repos dominical est mis en place, etc. Léopold II est le premier à vouloir une révision de la Constitution : le suffrage devient universel (tempéré par un vote plural), l'accès au Sénat est plus facile et les élections se basent sur un système proportionnel. Le roi est aussi à l'initiative d'une transformation significative des villes en Belgique, comme à Bruxelles ou Ostende. Il est même surnommé le "roi bâtisseur".

Léopold II et le Congo belge

Léopold II connaît le potentiel qu'une terre colonisée, avec ses richesses, signifierait pour le petit État belge coincé au milieu des puissances européennes. Avec l'explorateur Henry Morton Stanley, le roi belge se tourne vers le centre de l'Afrique encore épargné par la colonisation. Il veut relier le Haut et le Bas Congo, séparés par d'immenses chutes d'eau. Il crée l'Association Internationale Africaine (AIC) en 1876 pour commencer l'exploitation des richesses de l'Afrique centrale : le caoutchouc et l'ivoire. Stanley travaille pendant cinq ans à établir une route fluviale navigable, ainsi qu'à passer des "contrats" d'exploitation des terres pour la nouvelle association. Ces contrats, passés au nom de Léopold II, établissent les États libres du Congo et font de Léopold le propriétaire de 2,5 millions de km² ainsi que de la force de travail de ses habitants.

Lors de la conférence de Berlin (1884-1885), les nations européennes se partagent le "gâteau africain". 14 pays européens ainsi que les États-Unis reconnaissent à l'AIC, présidée par Léopold II, la souveraineté du nouvel État indépendant du Congo (EIC). Lorsque la question de la souveraineté de l'État Indépendant du Congo se pose, Léopold II en est toujours le propriétaire en tant que personne privée, grâce à l'AIC. Sous la pression des nations étrangères, l'annexion de l'EIC à la Belgique est votée par le Parlement en 1908. Le pays prend le nom de Congo belge, mais ce n'est qu'à la fin des années 1920 que ses frontières définitives sont fixées.

Le génocide et l'affaire des mains coupées

La concurrence coloniale entre les européens se fait de plus en plus forte. Le caoutchouc exploité par la Belgique au Congo est destiné aux nouvelles industries automobiles, dont la demande explose en quelques années. De nombreux témoignages font alors remonter les mauvais traitements, l'esclavage, la brutalité et l'exploitation inhumaine des populations locales. Ces récits provoquent l'indignation de la communauté internationale. En 1904, une commission d'enquête est envoyée dans l'EIC pour étudier l'affaire des mains coupées dont les photos ont été divulguées. L'armée censée éviter l'esclavagisme est ici accusée d'un massacre perpétré par des soldats mal encadrés. Le terme de génocide est employé puisque le chiffre de dix millions de morts est avancé par de nombreuses enquêtes. Cependant, les faits restent controversés et font toujours l'objet de recherches.

L'affaire du discours de Léopold II

Cette controverse refait surface dans les années 1970, lorsqu'un un texte dactylographié anonyme de deux à trois pages circule au Zaïre. Sous plusieurs versions et plusieurs appellations, le texte évoque les mêmes idées, dans la bouche du roi Léopold II s'adressant aux missionnaires catholiques envoyés sur place. Ces missionnaires auraient utilisé la Bible pour aliéner les Congolais et faciliter leur exploitation. Ce discours est cependant un faux, comme le démontre dans le journal jésuite Zaïre-Afrique, le prêtre et historien François Bontinck en 1984. Selon lui, ce texte qui continue de circuler, aurait été nourri par l'abondante littérature critique envers Léopold II et son projet colonial.

Les épouses de Léopold II

Léopold épouse à Bruxelles Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche et princesse palatine de Hongrie le 22 août 1853. L'archiduchesse est une femme décrite comme dynamique et indépendante, ce qui offre un contraste avec le timide et renfermé Léopold. Ils ont quatre enfants, dont un garçon qui meurt prématurément d'une pneumonie. Cette mort attriste le roi au plus haut point, puisque ses filles ne peuvent prétendre au trône. Léopold II, la soixantaine, se remarie en 1899 avec Blanche Delacroix, une jeune fille de dix-sept ans. Il la titre même baronne de Vaughan. Cette dernière lui donne deux fils, mais la paternité du roi n'est pas établie puisque Blanche est accusée d'adultère.

Léopold II : dates clés

9 avril 1835 : Naissance de Léopold II, deuxième roi de Belgique
Né le 9 avril 1835, Léopold II devint roi de Belgique en 1865 et créa l'Etat indépendant du Congo suite à la conférence de Berlin en 1885. Cette colonie, dont il fut le roi de 1885 à 1908, permit d'enrichir le pays et d'y entreprendre de nombreuses constructions. Leopold II fut aussi à l'origine de l'amélioration des conditions sociales en Belgique. Il mourut en 1909 après 44 ans de règne.
10 décembre 1865 : Décès de Léopold Ier
Léopold 1er décède au palais de Laeken en Belgique. Né le 16 décembre 1790 à Cobourg, il est le fils de François de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1750-1806) et de la princesse Augusta Reuss d'Ebersdorf. Après avoir refusé la couronne de Grèce, il est élu premier roi des Belges le 4 juin 1831. Il obtient la garantie de l'indépendance de la Belgique en 1839 avec la ratification par les Pays-Bas du traité des XXIV articles. A sa mort, il sera remplacé par son fils, Léopold II.
23 décembre 1909 : Intronisation d'Albert Ier de Belgique
Né en 1875, Albert Ier de Belgique épouse Elisabeth de Bavière en 1900. Ensemble, ils ont trois enfants, Léopold (futur roi Léopold III), Charles-Théodore et Marie-José.
Il accède au trône le 23 décembre 1909 en succédant à son oncle, le roi Léopold II, surnommé le Roi bâtisseur. Le règne d'Albert Ier est principalement marqué par la Première Guerre mondiale à laquelle il a personnellement participé et qui lui vaut le surnom de Roi soldat ou de Roi Chevalier. Passionné d'alpinisme, Albert Ier meurt d'une chute à la montagne le 17 février 1934.

Roi