Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : le résumé

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : le résumé Rédigée en 1789, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est un texte qui énonce les droits naturels et inaliénables des individus. Héritage de la Révolution française, il fait toujours partie de la Constitution française. Date, analyse et résumé.

Résumé de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen - La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est un texte rédigé par l'Assemblée nationale constituante, adopté le 26 août 1789. La prise de la Bastille, le 14 juillet, fait l'effet d'un séisme dans toutes les cours d'Europe et marque le début de la fin pour la monarchie française. Le même été, les représentants du peuple se réunissent pour établir une nouvelle constitution. Sous l'impulsion de La Fayette, l'Assemblée nationale constituante rédige un texte qui octroie à l'être humain des droits naturels, inaliénables et sacrés. Ce document, qui concrétise les idées philosophiques du "siècle des Lumières", entérine l'abolition de l'ancien régime et laisse un héritage immense ! 

Quelle est la définition de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ?

Après la prise de la Bastille, l'Assemblée nationale se réunit à Versailles pour rédiger une nouvelle constitution pour la France. S'inspirant de la Déclaration d'indépendance américaine de 1776, elle décide d'y ajouter un texte énonçant les libertés fondamentales de l'homme. La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen définit, de manière solennelle, les droits naturels et sacrés qui s'appliquent à tous. Elle est adoptée le 26 août 1789 par les députés et signée par Louis XVI le 5 octobre 1789.

Quand a été publiée la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ?

Elle est officiellement promulguée le 3 novembre 1789.

Qui a rédigé la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ?

À la fin de l'année 1788, la France est criblée de dettes. Pour trouver une solution, Louis XVI convoque les États généraux : une assemblée réunissant la noblesse, le clergé et le tiers état. En juin 1789, ils changent de forme et deviennent l'Assemblée nationale constituante. En août, les 1 154 députés, parmi lesquels Mirabeau et La Fayette, rédigent la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Une fois adoptée, cette dernière est alors incorporée au texte qui instaure en France une monarchie constitutionnelle.

Texte de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen

Composé d'un préambule et de dix-sept articles, le document instaure les droits "naturels, inaliénables et sacrés de l'homme". Il reconnaît à l'être humain des prérogatives innées et imprescriptibles, en énonçant que "les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits". Il établit que la souveraineté appartient dorénavant à la Nation et réaffirme l'obligation de la séparation des pouvoirs. Enfin, il introduit le droit de propriété, la liberté d'opinion et de culte, la liberté de la presse et la présomption d'innocence.

Olympe de Gouges a pour sa part rédigé une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne :

Quelle analyse peut-on faire de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ?

Événement majeur de la Révolution française, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen concrétise les idéaux du "siècle des Lumières". Elle vise notamment l'instauration d'un État de droit, mais est malheureusement imparfaite en omettant de parler des femmes ou des esclaves des colonies. Malgré tout, elle inspire de nombreux pays à travers le monde dans leur quête de liberté et d'égalité. En 1948, elle sert même de base à la Déclaration universelle des droits de l'homme de l'Assemblée générale des Nations unies !

Comment analyser le tableau de Le Barbier ?

En 1789, Le Barbier réalise une peinture de la Déclaration évoquant les Tables de la Loi de Moïse. Il donne ainsi à sa représentation un caractère sacré ! Beaucoup de symboles y figurent, dont deux femmes personnalisant la monarchie délivrée de l'absolutisme et la liberté. Apparaissent aussi l'œil du Dieu créateur et la pique des sans-culottes, représentant l'unité nationale, surmontée du bonnet phrygien. Enfin, la guirlande de laurier, exprimant la gloire, et le serpent se mordant la queue, symbole d'éternité, complètent le tableau.   

Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen, 1789. Tableau attribué à Jean Jacques François Le Barbier, dit "Le Barbier l’Aîné" (1738-1826). Paris, Musée Carnavalet. © Leemage via AFP

Que dit l'article 35 ?

Le 24 juin 1793, la Première République se dote d'une nouvelle Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Ce texte met à l'écrit certains principes révolutionnaires et des droits inédits font leur apparition, comme celui à la résistance contre l'oppression. L'article 35 affirme ainsi que la révolte populaire, contre un pouvoir totalitaire, est un droit et même un devoir du citoyen. Il énonce : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est […] le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

Quelle valeur a la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793 ?

Adoptée quelques semaines seulement avant la proclamation de la Terreur, la nouvelle Déclaration propose une approche plus égalitaire que celle de 1789. Cependant, malgré une portée symbolique très forte, elle n'acquiert pas de valeur juridique. En effet, le texte est tout d'abord suspendu l'année de son adoption par le gouvernement révolutionnaire et abrogé en 1795, date à laquelle une nouvelle déclaration est rédigée. Par la suite, le document de 1793 est souvent cité, mais jamais reconnu. De nos jours, c'est encore la déclaration de 1789 qui sert de fondement à la Ve République. La déclaration de 1795 a quant à elle introduit les notions de séparation des pouvoirs et d'armée de réserve, toujours en vigueur aujourd'hui.

Temps modernes