Marquis de La Fayette : biographie courte du héros de l'indépendance américaine

Marquis de La Fayette : biographie courte du héros de l'indépendance américaine BIOGRAPHIE DE LA FAYETTE - Général français, le marquis de La Fayette participa à la guerre de l'Indépendance américaine et aux révolutions de 1789 et 1830.

Biographie courte du Marquis de La Fayette - Marie Joseph Gilbert Motier, dit le Marquis de La Fayette, né le 6 septembre 1757 à Chavaniac en Auvergne et mort le 20 mai 1834 à Paris, se distingue comme une grande figure militaire française dont le destin est incontestablement lié à celui de l'Amérique. Il descend d'une famille noble de haut rang, introduite auprès de la Cour de Versailles. Il s'illustre durant la guerre d'Indépendance américaine aux côtés des colons et participe à la Révolution française. Il meurt, dans sa 77e année, d'une pneumonie aiguë et reste un héros pour les Etats-Unis.  

Origines et jeunesse

Issu d'une ancienne famille de la noblesse d'Auvergne, le marquis de La Fayette est élevé par ses tantes et par sa grand-mère à Chavaniac, où il passe une enfance libre. Alors qu'il n'a que deux ans, son père meurt tué par un boulet de canon au cours d'une bataille. Sa mère meurt en 1770. A l'âge de 12 ans, La Fayette se retrouve orphelin. Il est le seul héritier de la fortune de son grand-père maternel, le marquis de La Rivière. Il devient alors un des hommes les plus riches de France.

Son arrière-grand-père le fait venir à Paris pour son éducation. Il étudie au collège du Plessis jusqu'en 1771. Parallèlement, il suit une formation d'élève-officier à la compagnie des mousquetaires Noirs du Roi, ainsi que les cours de l'Académie militaire de Versailles. A 16 ans, il épouse Marie Adrienne de Noailles, fille du duc d'Ayen et petite-fille du duc de Noailles, une des familles les plus influentes du royaume. De ce mariage arrangé naîtront quatre enfants, un fils et trois filles. Grâce à cette union, La Fayette est présenté à la Cour de France. Il refuse une charge à la Cour qui lui aurait assuré une vie confortable. Il préfère orienter son destin vers une carrière militaire. Attaché à ses libertés, il quitte donc la Cour pour rejoindre le régiment de Noailles.

Château du marquis de La Fayette

Le château de Chavaniac, situé au sud-est de Clermont-Ferrand, est la maison natale du marquis de La Fayette. Construit au XIVe siècle, le château a été en partie détruit par un incendie en 1701. La Fayette y a grandi et s'y est marié.

Guerre d'Indépendance américaine 

Après avoir servi dans l'armée française de 1771 à 1776, La Fayette obtient le grade de capitaine. Apprenant qu'il y a une guerre pour l'indépendance américaine contre les Britanniques, l'ennemi de la France, il part combattre en Amérique. La Fayette arrive à Georgetown le 13 juin 1777 et aide les colonies américaines aux côtés de George Washington. Il poursuit l'objectif d'apporter son expérience à ce pays et reçoit le poste de général de division dans l'armée continentale. Sur place, il aide les insurgés et se lie d'amitié avec Benjamin Franklin. Entre 1777 et 1782, La Fayette participe à de nombreuses batailles.

A son retour en France, il insiste auprès du gouvernement français pour participer à la guerre d'Indépendance. Sensibilisé par la révolte des colons américains, il se rend en Amérique sur le bateau L'Hermione, malgré l'interdiction du roi. Arrivé sur place, il bat aux côtés des colons. Le 19 octobre 1781, avec l'aide des soldats français, les Américains gagnent la bataille de Yorktown face aux Britanniques commandés par Lord Cornwallis. Cette victoire marque la fin de la guerre d'Indépendance américaine.

Siège de Yorktown pendant l'Indépendance américaine
Siège de Yorktown pendant l'Indépendance américaine © E.R.L./SIPA

A la fin de 1781, La Fayette rentre en France et tente d'appliquer les théories d'indépendance américaine à la société française. Voyant que cela ne fonctionne pas, il repart pour l'Amérique en 1784. Il fait un grand tour des provinces où il est acclamé par la foule.

La Fayette révolutionnaire 

En 1787, La Fayette revient en France, où il est accueilli en héros et s'engage dans une carrière politique. Il adhère au parti des francs-maçons qui mettent en cause la monarchie absolue et les privilèges. La même année, il intègre l'Assemblée des Notables où il fait voter la suppression de la gabelle (impôt royal), réclame l'abolition des lettres de cachet. Par ailleurs, il souhaite convoquer les Etats généraux qu'il juge comme le seul remède efficace contre la situation actuelle du pays.

Puis en 1789, La Fayette est élu député de la noblesse d'Auvergne aux Etats généraux. Il entend devenir un artisan de la Révolution française. Il souhaite réconcilier le peuple avec le pouvoir royal. La Fayette fait également partie des hommes qui ont contribué à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789, d'Indépendance américaine.

Le 11 juillet 1789, il débute sa carrière parlementaire en présentant le projet de Déclaration des droits de l'homme et du citoyen à l'Assemblée constituante, déclaration calquée sur le modèle de la déclaration d'indépendance des Etats-Unis.

Après la prise de la Bastille, La Fayette devient commandant de la Garde nationale. Par la suite, il suggère à Louis XVI de mettre la cocarde tricolore à son chapeau. Il protège aussi la famille royale lors des journées d'émeutes des 5 et 6 octobre 1789. La Fayette organise la fête de la Fédération le 14 juillet 1790, qui symbolise la réconciliation du roi avec la révolution. Sur le Champs de Mars, il prête serment de fidélité au roi.

Une carrière politique en demi-teinte

Après la fuite du roi, il est définitivement discrédité auprès du peuple lorsque le 17 juillet 1791, il donne l'ordre de tirer sur les manifestants du Champ de Mars venus demander l'arrestation de Louis XVI. Cet événement entraîne une crise politique. Déclaré traître à la patrie et menacé d'arrestation, il s'exile en Autriche. Le marquis de La Fayette est incarcéré par les Autrichiens pendant cinq ans. Lorsqu'il est libéré, il prend une retraite dans son château d'Auvergne et fait un dernier voyage aux Etats-Unis.

Après cet épisode, sa carrière est ralentie, mais sa popularité ne faiblit pas, ce qui lui permet de revenir sur le devant de la scène où il milite pour l'abdication de Napoléon 1er. Son dernier combat militaire s'exprime dans la révolution de 1830 où il est commandant de la Garde nationale. En juillet 1830, il accueille le duc Louis-Philippe d'Orléans à Paris et le montre comme le roi des Français.

Gravure du marquis de La Fayette © NAMUR-LALANCE/SIPA

La mort de La Fayette

Le marquis de La Fayette meurt le 20 mai 1834 d'une pneumonie aiguë. Aujourd'hui encore, il est perçu comme un héros aux Etats-Unis. Un square porte son nom et il est déclaré citoyen d'honneur en 2002, à titre posthume. A noter qu'en 1917, lorsque les Etats-Unis sont entrés en guerre aux côtés des Alliés, le colonel de l'Armée, Stanton a prononcé un discours se terminant par ces mots : "Lafayette, we are here !" ("La Fayette, nous voilà!").

Marquis de La Fayette : dates clés

19 octobre 1781 : Cornwallis capitule face aux indépendantistes américains
Les 7500 soldats anglais de la base de Yorktown en Virginie se rendent aux insurgents. Coupé de la mer par la flotte française du comte de Grasse, le général Charles Cornwallis accepte la défaite face aux 16 000 Français et Américains de George Washington, de Lafayette et de Rochambeau qui encerclent la ville de Yorktown. Cette ultime bataille marque la fin de la guerre d’indépendance américaine. Deux ans plus tard, les treize colonies d'Amérique du Nord seront définitivement libérées du joug britannique.
17 juillet 1791 : Fusillade du Champ-de-Mars
Suite à la l’évasion ratée de la famille royale, les démocrates et les républicains veulent la déchéance du souverain. Mais l’Assemblée constituante en décide autrement et le roi, qui avait été relevé de ses fonctions, retrouve ses droits mi-juillet. Les démocrates et les républicains se rassemblent alors au Champ-de-Mars, afin de faire signer une nouvelle pétition pour priver le roi de ses pouvoirs. Aussitôt, l’Assemblée réagit et, sous le commandement de La Fayette, la Garde nationale ouvre le feu. Environ cinquante personnes, de tout sexes et de tout âges sont tuées.
8 août 1829 : Martignac remplacé par Polignac
Après avoir tenté de gouverner un an et demi en proposant des compromis qui ne satisfaisaient personne, Martignac est relevé de ces fonctions par le roi. Mais Charles X, faute d’être un habile politicien, décide de résoudre la crise en passant outre les aspirations de la Chambre et du peuple. Il forme un gouvernement réactionnaire où sont rassemblés anciens chouans et symboles de la "Terreur blanche". A la tête de ce gouvernement, il place le prince de Polignac, émigré ultra (qui défend le caractère sacré de la royauté). Face à cette situation, l’opposition s’organise avec à sa tête La Fayette tandis que Thiers soutient le parti des Orléanistes.
3 août 1830 : Charles X abdique
Un nouveau régime se met en place avec un gouvernement provisoire constitué de cinq membres auxquels s’ajoute La Fayette à la tête de la Garde nationale. Retranché à Saint-Cloud depuis le 29 juillet, Charles X admet sa défaite. N’ayant pas fait les concessions qu’avait faites son frère Louis XVIII, Charles X paie son attachement à un régime et des conceptions politiques anachroniques.
  • "L'insurrection est le plus sacré des devoirs." Discours à l'Assemblée nationale, février 1790
  • "Aucun obstacle, aucun mécompte, aucun chagrin ne me détourne ou me ralentit dans le but unique de ma vie : le bien-être de tous, et la liberté partout." Mémoires, correspondance et manuscrit
  • "J'ai pu me tromper mais je n'ai jamais trompé personne." Marquis de La Fayette