Guerres puniques : résumé des trois guerres entre Rome et Carthage

Guerres puniques : résumé des trois guerres entre Rome et Carthage GUERRES PUNIQUES - Au nombre de trois, les guerres puniques ont opposé, entre 264 et 149 avant JC, deux grandes cités en expansion : Carthage, ancienne colonie phénicienne, et Rome qui débute sa colonisation.

Qu'est-ce que les guerres puniques ? - Le domaine des Carthaginois, les habitants de Carthage (ville antique de la Tunisie actuelle) aussi appelés les Puniques, s'étend de l'Afrique du Nord à la Sicile, tandis qu'au Nord, Rome finit de conquérir le sud de la péninsule italique. Les deux grandes puissances se font face et le premier conflit qui les oppose débute en Sicile. Chacune des trois guerres puniques qui vont se succéder entre 264 et 149 avant J.-C. et qui vont opposer Rome à Carthage s'est soldée par une victoire romaine. Il faut attendre la destruction totale de Carthage, en 146 avant J.-C. pour que les guerres puniques prennent définitivement fin. Plus que de simples affrontements territoriaux, les guerres puniques vont considérablement bouleverser les paysages sociaux et politiques des populations impliquées. En outre, elles sonnent le début de la conquête impérialiste de Rome sur tout le monde antique.

La première punique : la conquête de la Sicile (de -264 à -241)

Carthage s'étend sur une partie de la Sicile, Rome jusqu'au détroit de Messine après la prise de Tarente, en 272 avant J.-C. Irrémédiablement, les deux cités en expansion finissent par se heurter. Le premier conflit éclate lorsque les Mamertins, mercenaires de Campanie dominant la ville de Messine, sont assiégés par le roi de Syracuse, Hiéron. En difficulté, ils appellent Carthage à l'aide, puis se tournent vers Rome. Les troupes romaines répondent aussitôt à l'appel et débarquent en Sicile en 264 avant J.-C. Rome profite de la situation pour déclarer la guerre aux Carthaginois, dans l'espoir de s'emparer de l'intégralité de l'île. La première guerre punique est lancée et se poursuit avec la prise d'Agrigente en -262, puis avec de nombreuses batailles navales. En effet, c'est en 260 avant J.-C. que Rome construit sa première grande flotte de guerre. Toutefois, avant -241, les affrontements sporadiques entre les deux belligérants ne débouchent sur aucune victoire décisive. Même le débarquement du consul romain Regulus en Afrique du Nord, en -256, n'a aucune conséquence concrète. Il est d'ailleurs fait prisonnier par les Carthaginois. Il faut donc attendre -241, date à laquelle la flotte romaine inflige de lourdes pertes aux Carthaginois, au large des îles Égates, pour que la guerre prenne fin. Dans l'incapacité de reconstituer ses forces navales, Carthage se soumet. Elle doit alors céder la Sicile et payer de fortes indemnités de guerre à son ennemie.

Carte des guerres puniques
Les territoires de Rome et de Carthage au début de la seconde guerre punique © Svitlana Drutska - 123RF

La deuxième guerre punique : la revanche d'Hannibal (de -218 à -202)

Carthage a conservé ses territoires d'Afrique, mais sort ruinée du conflit, au point de ne pas pouvoir tenir ses engagements envers les mercenaires recrutés en Numidie ou en Libye. Ceux-ci se révoltent alors violemment contre le régime oligarchique en place, qui, par son avarice et sa dureté, tient sa part de responsabilité dans la défaite. Rome profite aussitôt de ces vives tensions pour s'emparer de la Corse et de la Sardaigne, en 237 avant J.-C. Pour la puissante famille carthaginoise des Barcides, il n'est pas question de renoncer à la grandeur de la cité. Aussi, Hamilcar Barca, qui s'était illustré durant le premier conflit, écrase la révolte et entreprend de reconstituer les forces armées. Il se lance à la conquête de l'Espagne, source de revenus, mais aussi de guerriers. Son fils, Hannibal Barca, s'engage sur la même voie et s'empare de Sagonte en 219 avant J.-C. La prise de cette ville espagnole alliée de Rome déclenche aussitôt la seconde guerre punique.

Pour vaincre son ennemi, Hannibal tente de détruire la confédération italique et de séparer Rome de ses alliés. À la tête d'une armée de guerriers et d'éléphants, il franchit les Pyrénées, traverse la Gaule, où il trouve le soutien des Celtes cisalpins, passe les Alpes et pénètre en Italie. Les victoires se succèdent, au Tessin, à la Trébie, au lac Trasimène (-217) et à Cannes (-216). Toutefois, par manque de moyens, il n'est pas en mesure de tenir un siège à Rome et se trouve de plus en plus isolé (Rome parvient même à rompre l'alliance qu'il avait obtenu avec Philippe V de Macédoine). Il se retire à Capoue où selon la tradition ses troupes succombent aux délices de Capoue. Pendant ce temps, le général romain Scipion réplique en infligeant de cuisantes défaites aux Carthaginois en Espagne avant de débarquer en Afrique du Nord, en -204. Là-bas, les Carthaginois affaiblis rappellent Hannibal auprès d'eux. Toutefois, le retour du victorieux général ne suffit pas à leur faire prendre l'avantage, d'autant plus que le roi de Numidie, Massinissa, s'est allié à Scipion l'Africain. La terrible défaite d'Hannibal lors de la bataille de Zama en 202 avant J.-C. met fin à la seconde guerre punique et fait de Rome le première puissance méditerranéenne occidentale.

La troisième guerre punique : la destruction de Carthage (de -149 à -146)

Carthage, qui doit céder l'Espagne, devient un État vassal de Rome, mais parvient peu à peu à retrouver son éclat économique. Elle peut à nouveau représenter un danger pour Rome qui s'efforce, depuis la fin du second conflit, d'affirmer sa suprématie en Macédoine (-200) et de lutter contre Antiochos III, ami d'Hannibal. Par ailleurs, aux alentours de 150 avant J.-C., il se développe dans la cité un mouvement politique démocratique fortement opposé au roi de Namibie et susceptible de déclencher d'importantes révoltes. Rome s'inquiète et le censeur Caton l'Ancien ne manque pas de proclamer partout qu'il faut anéantir Carthage. Mais face à l'offensive romaine du consul Scipion Émilien, lancée en -149, la population carthaginoise n'est pas prête à se soumettre. C'est la raison pour laquelle le siège de la ville de Carthage se prolonge durant trois ans. En effet, ce n'est qu'en -146 que Scipion Émilien parvient à forcer les portes de la cité. Il ordonne aussitôt de la raser intégralement, après l'avoir pillée. Les habitants qui survivent sont vendus comme esclaves.

Les conséquences des guerres puniques

Les guerres puniques s'achèvent avec la destruction de Carthage. Après des années de conflits, le paysage méditerranéen est littéralement bouleversé. Rome a poussé ses frontières jusqu'en Espagne, a conquis la Macédoine et a fait de la Sicile, de la Sardaigne (-227), de Carthage et de la Grèce (-146) des provinces romaines. Nées de la nécessité de défendre ou d'acquérir des territoires stratégiques, les guerres puniques ne sont pas l'expression d'une volonté impérialiste romaine dans les premières années. Ce n'est qu'au lendemain du second conflit que la République à bout de souffle entreprend de réprimer les alliés de Carthage et de ce fait, étend ses frontières. Les guerres puniques ont fait de Rome la plus grande puissance méditerranéenne et lance la cité-État sur la voie de l'impérialisme.

Chronologie des guerres puniques
Chronologie des guerres puniques © Linternaute

Guerres puniques : dates clés

-264 - Début de la première guerre punique
Une armée romaine se porte au secours des Mamertins, maîtres de Messine, confrontés aux attaques de Hiéron de Syracuse. Ce dernier souhaite en effet les chasser de Sicile afin de mettre un terme à leurs exactions contre les cités voisines. Assiégés, les Mamertins ont d'abord appelé les Carthaginois à l'aide, avant de se tourner vers Rome. L'arrivée des troupes romaines provoque l'alliance de Hiéron et des Carthaginois, mais ceux-ci sont défaits. Cette victoire romaine signe le début de la première guerre punique.
-262 - Prise d'Agrigente par les Romains
Après une première victoire contre Syracuse et Carthage deux ans plus tôt, les Romains s'inquiètent de la concentration de forces armées à Agrigente. Pour éviter que leurs ennemis ne se vengent, ils décident de s'emparer des lieux. Après cette nouvelle victoire, nombreuses sont les villes siciliennes à rejoindre le camp de Rome. La première guerre punique est véritablement lancée.
-260 - La flotte romaine victorieuse à Mylae
Après avoir lancé leurs premières offensives terrestres contre Carthage, les Romains ont constitué leur première grande flotte de guerre en s'inspirant d'un bâtiment carthaginois échoué. Sous le commandement du consul Caius Duilis, ils ne rencontrent guère de difficultés à écraser leurs ennemis au large de Mylae, ville située sur la côte nord de la Sicile. Toutefois, cette victoire ne leur permet pas de prendre l'île.
-259 - Rome envahit la Corse
Dans la lutte qui l'oppose à Carthage lors des guerres puniques, Rome n'oublie pas la Corse qu'elle envahit en 259 avant J.-C. Cependant, s'ils n'éprouvent pas de difficultés à s'emparer de l'île, les Romains se heurtent à une population locale hostile et résistante. Il faudra un siècle et pas moins de dix expéditions à la puissante République Romaine pour pacifier la Corse.
-256 - La guerre punique s'étend en Afrique
Le consul romain Atilius Regulus décide de porter la guerre jusqu'en Afrique, espérant ainsi surprendre les Carthaginois. Le conflit, qui dure depuis déjà 8 ans ne donne aucun résultat, d'un côté comme de l'autre. Aussi, cette attaque pourrait certainement faire pencher la balance. Regulus débarque avec ses troupes au cap Bon, une riche région carthaginoise d'Afrique. Malgré les lourdes pertes essuyées par les Puniques, le consul romain est finalement arrêté et fait prisonnier par ses ennemis.
-254 - Prise de Palerme
Les Romains parviennent à s'emparer de Palerme, capitale du territoire carthaginois en Sicile.
-249 - Les Carthaginois victorieux à Drepanum
Les Carthaginois sortent victorieux d'une bataille navale au large de Drepanum (aujourd'hui Trapani), dans la partie occidentale de la Sicile.
-241 - Fin de la première guerre punique
Après 23 ans de conflit, la Sicile tombe aux mains des Romains. Malgré l'énergie du jeune général Hamilcar Barca, les Carthaginois sont en effet contraint de céder le territoire à leur ennemi, après l'attaque navale du consul Lutatius Catulus aux îles Égates. En plus de cette perte territoriale, Carthage devra verser de lourdes indemnités aux Romains.
-219 - Prise de Sagonte par Hannibal
À la tête de l'armée carthaginoise, Hannibal, fils d'Hamilcar Barca, prend la ville espagnole de Sagonte, acquise aux Romains. Hannibal poursuit ainsi l'œuvre de son père, qui consistait à reconstruire la puissance carthaginoise afin de préparer une vengeance contre Rome. Il espère en fait détruire les alliances des autres cités avec Rome. Il s'apprête ainsi à attaquer l'Italie en passant par l'Espagne et la Gaule méridionale. La prise de Sagonte conduira à la deuxième guerre punique.
-218 - Hannibal lance la deuxième guerre punique
À la tête de son armée carthaginoise composée de mercenaires et d'éléphants, Hannibal franchit les Alpes et pénètre en Italie. Il inflige ainsi de lourdes pertes à l'armée romaine à Trébie. Les deux années suivantes seront marquées par deux grandes victoires : celle du lac Trasimène et de Cannes.
23 juin -217 - Victoire d'Hannibal au lac Trasimène
Déjà parvenu à traverser les Alpes avec son armée carthaginoise de guerriers et d'éléphants, Hannibal se dirige vers le sud de l'Italie pour attaquer Rome. Le consul Flaminius prend alors la décision de le poursuivre, mais Hannibal s'en aperçoit. Il tend aussitôt un piège à son ennemie sur les collines surplombant le lac Trasimène. Pris par surprise, l'armée de Flaminius est décimée. Ceux qui survivent et tentent de s'enfuir son arrêtés, massacrés ou faits prisonniers. Toutefois, Hannibal renonce à poursuivre sa route en direction de Rome ; il n'est pas encore prêt pour un siège.
2 août -216 - La bataille de Cannes
En battant les consuls Paul Émile et Varron, Hannibal Barca et ses Carthaginois obtiennent une importante victoire contre les Romains à Cannes, ville de l'Italie du Sud. Environ 50 000 Romains trouvent la mort lors de cette bataille et 10 000 sont faits prisonniers. Cette succession de victoires poussent certaines cités à abandonner leur alliance avec Rome, telles que Capoue, Syracuse ou Tarente.
19 octobre -202 - Fin de la deuxième guerre punique
La seconde guerre punique prend une autre tournure avec les victoires du général romain Scipion en Espagne. Il poursuit sa route et accoste en Afrique du Nord en -204. En Italie, Hannibal se trouve dans l'incapacité d'attaquer Rome. Avec l'arrivée du général romain, Carthage prend la menace au sérieux et décide de rappeler Hannibal en Afrique. Cependant, Scipion a contracté une alliance avec Massinissa, le roi Numide. La bataille de Zama en -202 et l'écrasante victoire des Romains met fin à la deuxième guerre punique. Carthage se soumet. Elle doit payer un lourd tribu à Rome et lui céder ses territoires en Espagne et en Méditerranée. Lors de son retour glorieux à Rome, le général romain est surnommé Scipion l'Africain. Hannibal, quant à lui, choisira l'exil. Il se suicide en 183 avant J.-C. pour échapper aux Romains.
-149 - Scipion Émilien amorce la troisième guerre punique
Depuis la seconde guerre punique, Carthage a retrouvé son rayonnement économique et suscite la méfiance de Rome. Aussi, Scipion Émilien entreprend de détruire définitivement la ville, lançant la troisième guerre punique. Il parviendra à forcer les portes de Carthage après un siège de trois ans. Les principales raisons qui peuvent expliquer ce troisième conflit sont la montée d'une politique démocratique influente qui dérangeait Rome, et les relations conflictuelles entre Carthage et le roi numide, Massinissa. Aussi, Rome aurait prétexté le non-respect d'un traité signé auparavant entre les belligérants pour lancer l'offensive.
-146 - Destruction de Carthage
Après trois ans de siège, le Romain Scipion Émilien parvient à pénétrer dans la ville de Carthage. La cité entière est rasée et les survivants sont vendus comme esclaves. Les territoires carthaginois formeront la province romaine d'Afrique. Ainsi s'achève la troisième et dernière guerre punique.