Ligue de Délos : comment Athènes prend le pouvoir en Grèce ?

Ligue de Délos : comment Athènes prend le pouvoir en Grèce ? En 478 av. J.-C., la Ligue de Délos est une alliance militaire qui unit près de 250 cités grecques contre la menace perse. Athènes ne tarde pas à en prendre la tête sous la houlette de Périclès.

Définition de la Ligue de Délos - La Ligue de Délos, aussi appelée Première Confédération athénienne, réunit durant plus de 70 ans de nombreuses cités grecques, afin de tenir tête à l'Empire perse. Ce puissant empire ne cesse en effet de menacer les petites cités-États. Ce sont les guerres médiques, dont la répétition et l'ampleur poussent les Grecs à s'unir. Preuve de leur collaboration et de leur implication à égalité, les cités mettent leur trésor en sécurité à Délos, une île des Cyclades, qui abrite un temple d'Apollon, unanimement vénéré dans le monde grec. Mais Athènes ne tarde pas à s'imposer comme cheffe de la Ligue, abritant le trésor confédéral, percevant un tribut, imposant ses colonies… Ce comportement entraîne quelques révoltes. Cependant, Athènes parvient à maintenir sa suprématie, en dépit de la paix de Callias de -449 qui rend l'existence de la Ligue inutile, jusqu'à ce que Sparte parvienne à conquérir la ville, qui passe alors sous le joug des Trente Tyrans.

Qui a créé la Ligue de Délos ?

Ligue Delos
Aristide, dit le Juste, archonte d'Athènes. © COLLECTION YLI/SIPA

La constitution de la Ligue de Délos est une initiative des dirigeants athéniens Thémistocle et Aristide. Le premier fut à l'origine des premiers aménagements du Port de Pirée, et commanda la flotte athénienne lors de la bataille de Salamine, offrant à la Grèce une victoire importante contre les Perses. Le second fut stratège lors de la bataille de Marathon, où eut lieu la victoire majeure des Grecs contre les Perses en 490 av. J.-C. C'est dans ce contexte des guerres médiques que la Ligue de Délos voit le jour en 478 av. J.-C. L'objectif est de se prémunir contre une éventuelle nouvelle guerre menée par les Perses, en mettant des ressources en commun : bateaux, équipage, finances... Pour éviter tout conflit ou prise de pouvoir d'une cité sur les autres, l'argent de la confédération est rassemblé sur l'île de Délos, où est érigé un temple à Apollon, et où surtout nul n'est autorisé à s'installer, car l'ensemble constitue un sanctuaire panhellénique. C'est ainsi que la Ligue prend le nom de cette île qui abrite le trésor grec.

Quelles cités sont membres de la Ligue de Délos ?

La Ligue de Délos rassemble près de 250 cités grecques. Elles sont principalement situées dans l'Ionie, la Carie, l'Hellespont, la Thrace, et dans les îles. Autrement dit, la Ligue concerne essentiellement la mer Egée et les côtes d'Asie Mineure. Une cité majeure ne fait cependant pas partie de l'alliance : il s'agit de Sparte, l'un des plus grands adversaires d'Athènes, qui conduira d'ailleurs à la dislocation de la Ligue de Délos. Certaines cités telles que les îles de Chios, Lesbos, Thasos et Samos, étaient suffisamment puissantes pour fournir à la Ligue des bateaux de guerre. Pour la plupart, les autres fournissaient un tribut en nature et en monnaie. Bien qu'unies contre les Perses, les cités de la Ligue de Délos ne sont pas profondément alliées, et des révoltes éclatent parfois, à l'image de Thasos et Samos, ou encore de plusieurs villes d'Ionie dans les années 490 av. J.-C. En -469, c'est Skyros qui se soulève, ainsi que Naxos. Les rebelles sont écrasés sans ménagement.

Comment Athènes prend le contrôle de la Ligue de Délos ?

Ligue Delos
Périclès prononçant une oraison funèbre sur les corps des soldats qui ont donné leur vie pour Athènes. © MARY EVANS/SIPA

Plusieurs raisons poussent Athènes à dominer la Ligue de Délos, malgré le désir d'égalité à l'origine du projet. Le premier argument en sa faveur est l'importance de sa flotte de guerre, qui fait d'elle le commandant naturel des bateaux et des frais associés. En effet, quelques années plus tôt, Athènes a dédié une grande partie des gains tirés de ses mines d'argent du Laurion à la fabrication de vaisseaux de guerre. Cependant, d'autres cités grecques, telles que Thasos et Samos, disposent également d'une flotte importante. Elle est toutefois détruite lors de la révolte de ces cités qui, comme bien d'autres, estimèrent le tribut exigé par Athènes bien trop important, surtout depuis l'année -425, où la ville décida de le doubler. Athènes est donc largement laissée maître dans le domaine naval. Par ailleurs, Périclès prend pour prétexte la menace perse pour faire déplacer le trésor de Délos à Athènes en -454. La cité a alors d'importants fonds à disposition, qui renforcent sa suprématie. Périclès ne se gêne d'ailleurs pas pour les utiliser pour faire reconstruire l'Acropole, qui avait souffert de l'invasion perse en -480.

Comment Périclès justifie-t-il l'évolution de la Ligue de Délos ?

Pour justifier la prise de contrôle par Athènes, Périclès ne manque pas d'arguments. Aux cités qui s'insurgent, il répond qu'Athènes étant la principale cité à assurer la défense, notamment maritime, face aux Perses, elle mérite certaines compensations, comme l'installation du trésor en son sein. En effet, Périclès multiplie les initiatives qui font d'Athènes la cité principale de la Ligue de Délos : il porte secours (vainement) aux Egyptiens attaqués par les Perses, il mène lui-même des troupes en direction de Corinthe où gronde la rébellion… En outre, Périclès assure que nul ne peut trouver à protester tant qu'Athènes continue de garantir la sécurité des membres de la Ligue. Périclès laisse d'ailleurs chacun libre de ne pas payer le tribut, s'il est capable d'empêcher les Perses d'attaquer.

Comment fonctionne la Ligue de Délos ?

Ligue Delos
La terrasse des lions (naxiens) sur le site archéologique de l'île "sacrée" de Délos. © YiannisMantas - stock.adobe.com

D'après Thucydide, dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse, la Ligue de Délos est d'abord fondée sur des décisions communes, prises après discussions au sanctuaire de l'île de Délos. C'est également là que chaque cité membre verse annuellement son tribut. Avec l'affirmation de l'hégémonie d'Athènes, les choses changent quelque peu. Les décisions se prennent à Athènes. C'est également là qu'est entreposé le trésor à partir de -454, et ce sont des Athéniens qui se chargent de le percevoir ainsi que d'en déterminer le montant. Ce dernier varie entre autres, selon le degré de coopération dont fait preuve chaque cité. Un décret finit par imposer aux cités l'utilisation des étalons athéniens en termes de poids et de mesures, afin d'éviter tout risque de faux-monnayage. On assiste ainsi à une véritable centralisation du fonctionnement de la Ligue. Par ailleurs, la réfection de l'Acropole sur les fonds de la Ligue de Délos contribue à l'hégémonie culturelle et religieuse d'Athènes. En -440, la ville impose aux alliés de fournir une bête en sacrifice lors des Panathénées. Cinq ans plus tard, les alliés défilent à ces jeux en tant que colonies athéniennes. En outre, des magistrats athéniens sont déployés dans chaque cité membre pour s'assurer qu'elles s'acquittent bien de leurs devoirs.

Comment a été dissoute la Ligue de Délos ?

La Ligue de Délos prend fin avec la chute d'Athènes, lors de la guerre du Péloponnèse, face à Sparte, cité hostile à l'hégémonie athénienne dès la fondation de la Ligue. Sparte rassemble ses propres alliés dans la ligue du Péloponnèse, qui compte notamment Thèbes et des cités de Béotie. Sparte ne cesse de s'affronter avec Athènes, mettant à profit les différentes révoltes des membres de la Ligue de Délos. C'est finalement grâce au soutien financier perse que Sparte parviendra à soumettre Athènes en 404 av. J.-C., après un long siège.

les dates clés de la Ligue de Delos

-478 : Formation de la Ligue de Délos
La Ligue de Délos est fondée sous l'impulsion des Athéniens, Thémistocle et Aristide, afin d'opposer une force de résistance plus importante face aux Perses. Les guerres médiques viennent de prendre fin, mais la menace persiste. Près de 250 cités grecques s'associent et s'engagent à verser un tribut, d'abord placé dans le sanctuaire de l'île de Délos puis à Athènes.
-471 : Ostracisme de Thémistocle
Malgré le prestige qu'il a pu obtenir lors de la bataille de Salamine, Thémistocle a subi dans les années -470 un déclin politique qui va de pair avec la montée en puissance de Cimon. Face à leur conflit de point de vue en politique extérieure, Cimon obtient l'ostracisme de Thémistocle, c'est-à-dire un exil de la cité pendant dix ans pour aspiration à la tyrannie. Ce dernier considère en effet que l'ennemi véritable d'Athènes est Sparte, tandis que Cimon craint avant tout les Perses. L'ostracisme est alors un acte qui touche couramment les stratèges grecs, magistrats les plus importants d'Athènes.
-464 : Sparte victime d'un séisme et d'une révolte
Sparte est déstabilisée par un séisme qui détruit et désorganise une partie de la ville. La cité des "Égaux" subira dans la foulée une révolte de ses serfs, les hilotes. Le soulèvement, qui profite certainement de la faiblesse contextuelle de la cité, se poursuivra un certain temps, et engendrera une rupture diplomatique avec Athènes. La proposition d'aide de cette dernière se heurtera, en effet, à une fin de non recevoir de la part des Lacédémoniens.
-461 : Révolte des hilotes à Sparte
Après un tremblement de terre qui affecte profondément la ville de Sparte, les hilotes de la cité, dont le rôle s'apparente aux serfs du Moyen Âge, méprisés et humiliés par les Spartiates, s'enfuient et se révoltent. Athènes propose son aide à Sparte, qui la décline. Humiliés, les Athéniens y voient l'occasion de rompre la trêve avec Sparte.
-454 : Le trésor de la ligue de Délos est transféré au Parthénon
Athènes franchit le pas symbolique qui entérine son hégémonie en mer d'Egée : elle transfère le trésor de la ligue de Délos au Parthénon. Après plusieurs guerres destinées à maintenir de force des cités dans l'union, la ligue devient un empire, une "hégémonie" d'Athènes, sans pour autant être un État. En fait, la domination est avant tout financière, Athènes décidant du tribu à apporter à la ligue et se l'attribuant en partie.
-451 : Réformes politiques à Athènes
Élu en 443 av. J.-C., Périclès introduit de nombreux changements dans la vie politique athénienne. Les citoyens de troisième classe peuvent désormais devenir archontes. Le pouvoir de l'aréopage est limité. Des indemnités sont accordées aux différents types de magistrats, afin que les citoyens n'hésitent pas à se présenter pour des questions d'argent. Enfin, seuls les enfants issus de deux parents citoyens athéniens peuvent être citoyens à leur tour (contre un seul auparavant).
-449 : Périclès fait construire le Parthénon
Symbole athénien par excellence, le Parthénon est un temple de l'acropole d'Athènes érigé à l'initiative de Périclès sur les fonds de la Ligue de Délos, dont le trésor a été rapporté à Athènes. C'est dans ce temple que le trésor était conservé, ainsi que celui propre à la ville. Projet pharaonique, il contribue à propager la culture et la religion athéniennes.
-443 : Périclès stratège
En -443, Périclès est élu pour la première fois au rang de stratège. Il le sera quinze fois d'affilée ou presque. Ses initiatives conduisent Athènes à détenir la suprématie sur la Ligue de Délos. Favorisant la démocratie athénienne par de nombreuses réformes civiques, il mène aussi des troupes lors des guerres du Péloponnèse. Il est le grand dirigeant de l'empire athénien durant la Ligue de Délos.
mai -431 : Sparte envahit l'Attique
Menée par Archidamos II, Sparte et ses alliés de la ligue du Péloponnèse se lancent dans diverses incursions dans l'Attique. En dépit des ravages causés, Périclès préfère ne pas intervenir. C'est le début d'une série d'invasions et de représailles, qui contribueront à répandre le typhus et qui marquent le début de la guerre du Péloponnèse.
septembre -429 : Mort de Périclès
Après avoir dirigé Athènes presque en continu entre -443 et -429, Périclès meurt de la peste d'Athènes (maladie inconnue), quelques mois après avoir été réélu stratège. Il succombe ainsi à la grande épidémie, qui toucha Athènes à cette époque, et qui emporta également ses deux fils ainsi que des milliers de citoyens. À 66 ans, il laisse Athènes au seuil de l'important conflit que sera la guerre du Péloponnèse.
août -425 : Victoire athénienne à Sphactérie
Les Athéniens prennent le dessus sur l'armée spartiate à Sphactérie, et capturent alors environ 400 hoplites. Parmi ces soldats, au moins cent sont Spartiates, la victoire est alors également psychologique : ces armées, dans lesquelles combattaient des "égaux", étaient réputées pour leur invincibilité. Toutefois, au cours des dix années de conflits qui précèdent la Paix de Nicias, les victoires ou défaites des deux camps s'équilibreront.
mars -421 : Paix de Nicias
Athènes et Sparte mettent un terme à dix années de conflit, en signant un accord instaurant une paix de cinquante ans. La paix de Nicias permet une pause dans la guerre du Péloponnèse. Née d'une rivalité entre la démocratie athénienne, qui cherchait à répandre (voire à imposer) son modèle à travers la ligue de Délos, et le régime oligarchique de Sparte qui souhaitait conserver sa prédominance, cette guerre aboutit finalement au statu quo. Mais tandis que les alliés de Sparte refusent d'approuver cet accord, Athènes est exsangue et la ligue de Délos en pleine déliquescence.
mai -414 : Scandale des hermai
Le stratège athénien Alcibiade est atteint par une affaire de profanation de statues d'Hermès, les hermai. La crise qui s'ensuit est majeure dans la cité, qui craint un complot. Prêt à affronter les accusations, Alcibiade, alors commandant de l'expédition en préparation pour Syracuse, veut un jugement avant son départ. Finalement on le laisse partir, mais ce disciple de Socrate et membre de la famille de Périclès sera rappelé à Athènes : risquant la peine de mort, il optera pour la trahison. Il rejoindra ainsi Sparte et convaincra les Lacédémoniens de défendre Syracuse tout en attaquant Athènes.
août -414 : Rupture de la paix de Nicias entre Athènes et Sparte
Face aux conflits qui se poursuivent entre les cités grecques, et à l'expédition d'Athènes en Sicile contre Syracuse, Sparte annonce qu'elle rompt la paix de Nicias. Prévue pour durer cinquante ans, cette paix atteint péniblement les sept ans. La guerre du Péloponnèse, qui a pour belligérants de nombreuses cités grecques, reprend alors de la vigueur.
16 novembre -414 : Désastre de l'Assinaros
Le stratège Nicias, qui conduit un des deux contingents de l'armée athénienne présente en Sicile, ne parvient pas à traverser l'Assinaros, et se fait prendre au piège par l'armée de Syracuse. Ses troupes sont massacrées et lui exécuté. Quant à Démosthène, à la tête de l'autre contingent, il s'est fait encercler : exécuté lui aussi, ses soldats sont, quant à eux, enfermés dans des carrières, les Latomies. Les conditions de captivité sont extrêmes et les survivants seront vendus comme esclaves. L'expédition à Syracuse est un désastre sur toute la ligne pour Athènes : la cité a perdu des milliers d'hommes, des dizaines de trières tandis que Sparte reprenait les armes et occupait à nouveau l'Attique.
juin -411 : Instauration du régime des 400
Après l'échec de l'expédition de Sicile, Athènes subit une grave crise politique et financière. La démocratie est alors renversée pour être remplacée par un système oligarchique : le régime des Quatre cents. Mais l'armée qui s'est reconstituée à Samos n'est pas prête à l'accepter. De surcroît le régime échoue dans ses négociations de paix avec Sparte. Il sera remplacé par le régime des Cinq milles dès le mois de juin. Mais le peuple et l'armée le mettront en échec, et la démocratie sera restaurée. Ces événements permettent à Alcibiade de faire son retour.
mars -410 : Victoire d'Athènes à Cyzique
Profitant des difficultés de politique intérieure à Athènes, Alcibiade achève de se racheter aux yeux de ses concitoyens en multipliant les victoires militaires. Conduisant la flotte, il est victorieux à Cyzique. Cette troisième victoire consécutive face à Sparte met Athènes en position de force. Durant l'été, les Lacédémoniens feront donc des propositions de paix, mais c'est au tour d'Athènes de refuser.
août -406 : Condamnation à mort des stratèges des Arginuses
De retour à Athènes, les stratèges victorieux lors de la bataille des Arginuses sont jugés et condamnés à mort. La victoire sur Sparte ne pardonne pas, aux yeux des Athéniens, l'abandon des naufragés en pleine mer suite à une tempête. Pour Athènes, cette victoire au cours de la guerre du Péloponnèse est la dernière. Alcibiade, condamné après une défaite, s'est exilé depuis un an.
septembre -405 : Lysandre détruit la flotte athénienne
Lysandre, à la tête d'une flotte de 180 navires spartiates, attaque par surprise et inflige une sévère défaite à la flotte athénienne, postée à Aigos-Potamos. Constituée de 170 trirèmes et dirigée par Conon, cette flotte avait pour but de garantir le ravitaillement en blé d'Athènes. La cité se retrouve donc dans une situation intenable. Privée à la fois de sa puissance militaire et de sa capacité de ravitaillement, tout siège peut la mettre à genoux rapidement, et c'est ce qu'entreprendra Sparte.
22 avril -404 : Chute d'Athènes
Assiégée, affamée et dénuée de ressources militaires navales, Athènes capitule et est contrainte d'accepter les conditions imposées par Sparte. Les longs murs qui l'entouraient, symbole de sa puissance, sont détruits tandis que l'Empire, existant à travers la ligue de Délos, est dissout. Mais surtout, la démocratie est remplacée par un régime oligarchique : le conseil des Trente. Sparte imposera ensuite à toutes les démocraties construites sur le modèle athénien des décarchies, oligarchies gouvernées par dix personnes. Ces régimes, autoritaires et violents, seront perçus comme une régression, notamment à Athènes qui l'interprète comme un retour à la tyrannie. Or Athènes s'est construite contre la tyrannie et le pouvoir d'un seul : cette courte expérience traumatisante sera perçue comme un régime de trente tyrans.