Guerre de 1870 : la première guerre franco-allemande

Guerre de 1870 : la première guerre franco-allemande La guerre franco-allemande de 1870 est un conflit entre la France dirigée par Napoléon III et la Prusse dirigée par Guillaume Ier. Elle se solde par une lourde défaite de la France. Résumé.

Résumé de la guerre de 1870  - La guerre franco-allemande de 1870 a opposé, de juillet 1870 à janvier 1871, la France à la Prusse et aux Etats allemands. C'est ce conflit armé qui fit perdre à la France le territoire de l'Alsace-Lorraine. Bien que particulièrement brève, la guerre franco-allemande de 1870 aura des conséquences importantes, tant pour l'Allemagne que pour la France et le reste de l'Europe. Suite à la défaite de la France, c'est la fin du Second Empire dans notre pays et le début de la IIIe République. C'est également de ce conflit que naîtront les deux grandes guerres mondiales du 20e siècle, avec les conséquences dramatiques que l'on connaît aujourd'hui.

Quelles sont les causes de la guerre de 1870 ?

C'est le coup politique du chancelier Bismarck, qui représente alors le royaume de Prusse, qui a déclenché la guerre franco-allemande de 1870. Pour provoquer les Français, Bismarck pousse le cousin du roi de Prusse, Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, à se porter candidat au trône d'Espagne. S'il était élu, la France serait cernée par une coalition hostile, ce qu'elle veut éviter à tout prix. Elle s'oppose à cette candidature et envoie son ambassadeur à la cour de Guillaume Ier de Prusse pour demander à ce qu'aucun prince de la maison Hohenzollern ne prétende au trône d'Espagne.

Le prince retire sa candidature et Guillaume Ier rassure l'ambassadeur de France. Mais le chancelier Bismarck envoie une dépêche aux chancelleries, dans laquelle il fait croire que l'ambassadeur de France a été congédié de manière humiliante par le roi de Prusse. Il espère ainsi que les Français se sentent outragés et déclarent la guerre à la Prusse, sachant que l'armée française n'est pas prête. Le stratagème fonctionne et la France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870. La guerre franco-prussienne oppose le chancelier allemand, Otto von Bismarck à l'empereur Napoléon III.

Les soldats de la guerre de 1870

Les soldats français étaient équipés de fusils Chassepot avec munitions de 11 mm offrant une portée de 600 mètres. Ce sont à ces fusils, particulièrement puissants, que la France doit plus de 80 % des pertes ennemies. L'armée prussienne et allemande, quant à elle, était munie de fusils Dreyse, moins puissants et moins précis. Toutefois, leurs 16 corps d'armées, regroupés en 40 divisions de cavalerie et d'infanterie, mieux organisés et mieux entraînés, ont permis la victoire de la Prusse et de l'Allemagne malgré un armement plus faible.  

Quelles sont les principales étapes de la guerre de 1870 ?

La guerre de 1870 s'est déroulée autour d'étapes clés, avec notamment des batailles et des combats majeurs, comme les combats de Sarrebruck et la bataille de Wissembourg (début août) ; la bataille de Sedan (septembre) ; la bataille de Ladonchamps de Bellevue et des Tappes, et la première bataille du Bourget (octobre) ; la bataille de Coulmiers (novembre) et la deuxième bataille de Dijon (décembre). La bataille de Buzenval en janvier fait partie des derniers combats majeurs de la guerre de 1870.

"Francais et Allemands, histoire anecdotique de la guerre de 1870-1871", 1888, illustration de Georges Hardouin (1846-1893), dit aussi Dick de Lonlay : Infanterie Bavaroise embusquée a la lisière de la forêt de Bienwald, près de Wissembourg, le 3 août 1870. Collection privée. © Leemage via AFP

Que s'est-il passé lors de la bataille de Sedan ?

Le 1er septembre 1870 marque un tournant décisif dans la guerre de 1870. Au total, ce sont 120 000 soldats français et 200 000 soldats prussiens qui s'affrontent le temps d'un combat violent. Après la capitulation de la France le 2 septembre au petit matin, la victoire de la Prusse est proclamée, et près de 80 000 hommes sont enfermés dans un camp sur la presqu'île d'Iges, dans des conditions effroyables. Cette victoire conduit à la déchéance de l'empereur, et à la proclamation de la République le 4 septembre.

Que s'est-il passé lors du siège de Paris ?

Le siège de Paris, qui dure du 20 septembre 1870 jusqu'à la fin de la guerre, représente un épisode phare de la guerre de 1870. Près de deux millions de Parisiens se voient alors pris au piège, timidement défendus par quelques dizaines de milliers de soldats. Au fil des mois, l'hiver s'annonçant des plus rudes, les habitants font face à une importante disette, et se voient contraints de manger les animaux du Jardin des Plantes et les rats. Le siège de Paris s'achève le 28 janvier 1871 avec la signature de l'Armistice.

Pendant le siège de Paris. La garde nationale de Paris défendant les remparts. © PHOTO12 VIA AFP

Pourquoi la France a-t-elle perdu la guerre de 1870 ?

La défaite de la France lors de la guerre de 1870 peut s'expliquer par différents facteurs. Le premier et le plus important concerne la situation de l'armée française au début du conflit, largement affaiblie par des expéditions jugées inutiles (notamment au Mexique), et l'excès de confiance dans la Marine française, nouvellement équipée. Le manque d'organisation et le déséquilibre des forces militaires présentes, notamment lors de la bataille de Sedan, ont également mené la France vers une défaite inévitable.

Quelles sont les conséquences de la guerre de 1870 ?

Les conséquences de la guerre de 1870 sont nombreuses. La France a en effet subi les effets dramatiques de sa défaite en perdant l'Alsace et une partie de la Lorraine (qui correspond aujourd'hui au département de la Moselle), en versant la somme de 5 milliards de francs en dette de guerre, et en faisant subir à ses habitants une violente répression afin de régler son dû. Mais les conséquences vont au-delà de ces aspects "matériels", puisque c'est cette guerre qui entraîne la chute du Premier Empire et la mise en place de la Troisième République. D'autre part, ce conflit aggrave l'animosité entre Français et Allemands, menant indirectement aux deux grands conflits mondiaux du 20e siècle.  

Les dates clés de la guerre de 1870

13 juillet 1870 - Fâcheuse dépêche d'Ems
Le 13 juillet 1870, un télégramme officiel est envoyé aux ambassades par le chancelier Bismarck. S'adressant à l'ambassadeur de France, il y déclare qu'il retire son soutien au cousin du roi de Prusse pour le trône d'Espagne. C'est cet imbroglio politique qui servira de prétexte à la déclaration de guerre entre la France et la Prusse.
19 juillet 1870 - La guerre de 1870 éclate
Le 19 juillet 1870, alors qu'elle est en proie à une épidémie de variole sans précédent, la France tombe dans le piège lancé par le chancelier Bismarck, et déclare la guerre à la Prusse, alors soutenue par la coalition de 24 états allemands. Napoléon III forme alors l'armée du Rhin, composée de sept corps. 
2 septembre 1870 - Napoléon III vaincu à Sedan
Ce jour-là, Napoléon III essuie une défaite qui marque un tournant décisif dans la guerre de 1870. Vers 8 h du matin, la fin de la bataille de Sedan est déclarée lorsque la France capitule. Deux jours plus tard, Léon Gambetta annonce la déchéance de l'empereur et proclame la République.
19 septembre 1870 - Début du siège de Paris par les Prussiens
Les Prussiens s'installent à Paris et s'emparent de la capitale. Près de deux millions d'habitants sont alors enfermés, et doivent faire face à des conditions effroyables, l'hiver se montrant des plus rudes. Le siège de Paris ne prendra fin qu'à la signature de l'Armistice le 28 janvier 1871.
7 octobre 1870 - Gambetta quitte Paris en ballon
Léon Gambetta, alors ministre de l'Intérieur, fuit la capitale à bord d'un ballon. Son moyen de transport inhabituel, poussé par les vents du nord, le mène jusqu'à Beauvais, où il sera recueilli par des paysans. Le ministre rejoindra ensuite Tours puis Bordeaux, d'où il dirigera la reprise des combats loin du siège de Paris.
27 octobre 1870 - Bazaine défait à Metz
Cette date marque un nouveau tournant décisif dans l'issue de la guerre de 1870. Avec son armée de près de 200 000 hommes, le maréchal François Achille Bazaine se rend à Metz afin de capituler, refusant de se rallier au gouvernement. Condamné à mort puis gracié, il fuira finalement à l'étranger.
4 novembre 1870 - Début du siège de Belfort
Le maréchal prussien Moltke, à la tête de 40 000 hommes, établit un siège à Belfort. La ville est gouvernée par le colonel français Denfert-Rochereau, qui va la défendre pendant 104 jours. Belfort ne se rendra qu'après la capitulation française et sur ordre du gouvernement, le 18 février 1871.
18 janvier 1871 - Proclamation de l'Empire allemand
Alors que la guerre franco-prussienne n'est pas encore achevée, les représentants des Etats allemands se réunissent dans la galerie des Glaces du château de Versailles et proclament l'Empire allemand, le IIème Reich. Le roi de Prusse, Guillaume, devient le nouvel empereur sous le nom de Guillaume Ier. L'empire germanique se compose de la Prusse, de la Bavière, du Wurtemberg et de la Saxe. L'unité politique de l'Allemagne est acquise. L'Armistice sera signé 10 jours plus tard au même endroit.
19 janvier 1871 - Trochu échoue à Buzenval
Ce jour-là, les troupes françaises tentent de mettre fin au siège de Paris. Accompagné de près de 150 000 soldats et gardes nationaux, le général Trochu lance l'offensive, avant de battre en retraite quelques minutes plus tard. Les pertes françaises sont conséquentes, et la France capitule une nouvelle fois.
28 janvier 1871 - Paris capitule
Cette date correspond à la fin de la guerre de 1870. Le 25 janvier, affaibli par la défaite de Buzenval, le gouvernement français accepte les conditions de l'Armistice. Cette dernière est officiellement annoncée le 28 janvier dans le Journal officiel, et les clauses sont énoncées le 29 janvier. La campagne électorale débute alors.
17 février 1871 - Thiers à la tête du gouvernement
Ce jour-là ont lieu les premières élections depuis la chute de l'empereur Napoléon III. C'est Adolphe Thiers qui devient chef du pouvoir exécutif et qui conclut la paix avec la Prusse, en échange d'une dette de guerre énorme et de la perte de l'Alsace-Lorraine. Il quittera le pouvoir deux ans plus tard.
17 février 1871 - Denfert-Rochereau évacue Belfort
La garnison de Belfort au sud de l'Alsace, ultime bastion français à résister à l'invasion prussienne, se rend. Assiégé depuis le 3 novembre 1870, le gouverneur de la ville Pierre Denfert-Rochereau accepte de jeter les armes alors que Paris a déjà capitulé le 28 janvier. Le président du gouvernement de défense nationale, Adolphe Thiers, obtient de la Prusse que le territoire de Belfort reste français. En échange, la France doit céder à l'occupant une partie supplémentaire de la Lorraine et accepter que les troupes ennemies défilent dans Paris. Belfort, pour sa conduite héroïque face aux assiégeants, deviendra un département français.
10 mai 1871 - Signature du traité de Francfort
Le traité de Francfort met officiellement fin à la guerre opposant la France à l'Allemagne. C'est Adolphe Thiers, fraîchement élu, qui le signe au prix d'importants sacrifices. Le texte stipule notamment une dette de 5 milliards de francs, et la perte de l'Alsace-Lorraine.
16 septembre 1873 - Fin de la guerre de 1870
L'évacuation de Verdun par les troupes allemandes marque la fin de l'occupation militaire qui a suivi la défaite de 1871. Le territoire français, amputé de l'Alsace et de la Lorraine, retrouve sa complète autonomie. 

XIXe siècle