Max Jacob : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE MAX JACOB - Poète surréaliste français, Max Jacob est né le 12 juillet 1876 à Quimper (France). Il est mort le 5 mars 1944 à Drancy (Allemagne). Il est notamment l'auteur de Le cornet à dés.

Biographie courte de Max Jacob - Max Jacob est né en 1876. Ses parents, installés à Quimper, sont juifs non pratiquants. Enfant, Max Jacob est attiré par le faste des cérémonies catholiques, qu'il observe de loin. Brillant élève, grand lecteur et passionné de musique et de peinture, il s'installe à Paris pour y passer ses examens de droit.

Cependant, sa passion pour l'art, et peut-être également son homosexualité cachée, l'éloignent de sa famille, qui espère pour lui une carrière professionnelle dans la justice. Le jeune homme commence à se lier avec les artistes du quartier Montmartre. Il fréquente BraqueApollinaireMatisseModigliani et Picasso. En 1909, il a une révélation, et se convertit au catholicisme. À cette période, il se met à écrire et dessiner avec frénésie. En 1911, sort "Saint Matorel", illustré par Picasso. En 1917, il publie son recueil de poésie le plus connu, "Le cornet à dés". Au cours des vingt années suivantes, il compose de très nombreuses oeuvres, et s'essaie à différents genres. Il écrit des poèmes en vers libres et en prose, des fantaisies dramatiques, des nouvelles et des contes, des romans, des essais, des lettres et un opéra-bouffe.

Parallèlement, il mène une carrière de peintre. Il réalise des gouaches inspirées des paysages bretons de son enfance et des scènes de cirque. Il est également inspiré par les fresques romanes. En accord avec ses nouvelles convictions religieuses, il se retire dans une abbaye. En 1944, à l'âge de 68 ans, il est arrêté par la Gestapo et déporté à DrancyJean Cocteau et Sacha Guitry tentent en vain des démarches pour le faire libérer. Très affaibli, il meurt deux semaines seulement après son arrestation. En 1960, il est inscrit au rang des "poètes morts pour la France".

Max Jacob : dates clés

11 juillet 1876 : Max Jacob naît en Bretagne
Le poète français Max Jabob vient au monde à Quimper (Bretagne). De confession juive, il traversa une profonde crise spirituelle (1909) qui mit fin à sa vie de bohême à Montmartre, où il côtoya Picasso et Carco : sa conversion tardive au catholicisme le mena à se retirer dans l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (1921), jusqu'à son arrestation par la gestapo (1944), plus de vint ans plus tard. Transféré à Drancy, il y mourut (1944). Marquée par le surréalisme (Le Cornet à dés, 1917) mais toujours fantaisiste, sa poésie, que l'on rapprocha de celle d'Apollinaire, chante et enroule la délicatesse du mot, se teinte d'humour et d'un mysticisme sincère, prenant parfois la forme de la chanson populaire ou de la prière
5 mars 1944 : Décès de Max Jacob
Romancier, poète, essayiste et peintre français, Max Jacob est né le 12 juillet 1876 à Quimper. Juif de naissance, il se convertit en 1915 au catholicisme. Ami de Picasso, Braque, Apollinaire et Modigliani, il est une figure du quartier de Montmartre, très prisé des artistes de l'époque. Arrêté par la Gestapo dans une abbaye bénédictine en 1944, il est décédé le 5 mars en déportation au camp de Drancy.

Contemporain