Abraham Lincoln : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE ABRAHAM LINCOLN - Homme politique américain, Abraham Lincoln est né le 12 février 1809 à Hardin County (Etats-Unis, Kentucky). Il est mort le 14 avril 1865 à Washington (Etats-Unis). Il fut Président des États-Unis à partir de 1860 et fut assassiné cinq ans plus tard. Il a aboli l'esclavage en 1863.

Biographie courte de Abraham Lincoln - Abraham Lincoln naît d'un père pionnier qui lui fait mener une enfance difficile à travers l'Indianna sauvage. Il multiplie les métiers avant de combattre les Indiens puis de s'occuper seul de son éducation.

Grâce à ses capacités intellectuelles, il devient avocat. Il s'intéresse à la cause des Noirs et s'oppose au compromis du Kansas-Nebraska contre Stephen Douglas. Malgré sa défaite contre ce dernier, il est élu Président des Etats-Unis en 1860, provoquant la sécession des états du sud. Son seul objectif demeure alors le maintient de l'Union.

En 1863, il proclame l'abolition de l'esclavage et tente de rassurer ses adversaires par des démarches non-répressives. Il est réélu en 1864, confiant l'armée à Grant et luttant toujours pour la paix au sein de son pays. Son assassinat en 1865 affecte davantage la situation du Sud.

Dossier : Histoire de la guerre de Sécession aux Etats-Unis

Abraham Lincoln : dates clés

6 novembre 1860 : Abraham Lincoln est élu président des Etats-Unis
Candidat appartenant au Parti républicain, Abraham Lincoln remporte la majorité des voix aux élections présidentielles. Depuis sa création en 1854, son parti lutte ardemment pour l’abolition de l’esclavage, encore en vigueur dans les États du Sud. Ces derniers ne tarderont donc pas à réagir en faisant sécession.
20 décembre 1860 : La Caroline du Sud fait sécession
Suite à l'élection d'Abraham Lincoln à la présidence des Etats-Unis, la Caroline du Sud, farouchement opposée à l'abolition de l'esclavage, est le premier Etat des Etats-Unis à se rebeller contre le pouvoir fédéral et à se retirer de l'Union. Bientôt la Géorgie, l'Alabama, la Floride, le Mississipi, la Louisiane et le Texas rejoindront le mouvement sécessionniste et formeront les Etats confédérés. Le pays divisé entre les nordistes, partisans de l'abolition de l'esclavage et les sudistes, qui craignent que la libération des Noirs entraîne la ruine de l'économie, sombrera dans la guerre civile en avril 1861.
12 avril 1861 : Les confédérés attaquent fort Sumter
Élu à la présidence des Etats-Unis l’année précédente, Abraham Lincoln n’accepte pas l’indépendance des États confédérés d’Amérique. Pour cette raison, il refuse d’accéder à la demande du président des Confédérés, Jefferson Davis, qui demande le retrait des garnisons fédérales installées au Sud. Mais les troupes de fort Sumter, situées près de la baie de Charleston, commencent à manquer de vivres. Après maintes hésitations, Lincoln accepte finalement d’envoyer une expédition de ravitaillement vers le fort, ce qui n’est pas sans déplaire à Davis. Les troupes confédérées, stationnées depuis un moment autour du fort s’empressent d’ouvrir le feu, avant que la flotte ne parvienne dans la baie. Les hostilités sont lancées et la guerre de Sécession est amorcée. Mécontents, la Caroline du Nord, l’Arkansas, la Virginie et le Tennessee rejoindront les confédérés.
21 juillet 1861 : Première bataille organisée à Bull Run
Les troupes nordistes et sudistes s’affrontent à Bull Run pour ce qui semble être la dernière bataille de la guerre de Sécession. Confiants en leurs forces armées, les nordistes sont en effet convaincus de leur victoire. Mais ils sous-estiment les troupes du Sud, certes minoritaires mais composées de soldats aguerris. La bataille éclate et les nordistes parviennent à briser la ligne de front ennemie mais ne peuvent faire face aux renforts sudistes, qui ne tardent pas à intervenir sous le commandement de Beauregard. La défaite du Nord, aussi rapide que surprenante, ne manque pas de faire naître la confusion au sein du gouvernement de Lincoln mais aussi dans celui de Davis, qui ne s’attendait pas à une telle victoire. La guerre de Sécession est donc loin de se terminer.
1 janvier 1862 : Blocus maritime lancé par Lincoln
Dans le but d’empêcher le ravitaillement des États du Sud, le président américain Abraham Lincoln établit un blocus de tous les ports sudistes. Face à cette décision, les sudistes cherchent des moyens de ripostes. Ils construiront alors un cuirassé suffisamment puissant pour détruire la flotte nordiste. Les unionistes répliqueront en mettant à l’eau le Monitor. C’est la fin des navires en bois.
22 septembre 1862 : Lincoln proclame l'émancipation des esclaves du sud
En pleine guerre de Sécession, au lendemain de la victoire nordiste d'Antietam, le président américain prononce la proclamation d’émancipation des esclaves noirs dans les états du Sud. Cette mesure symbolique montre bien que l'esclavage reste au centre du conflit. Lincoln, originaire du Nord des Etats-Unis, avait été batelier sur le Mississipi durant sa jeunesse. Le comportement des États esclavagistes du Sud l'avait alors révolté. L'esclavage était pour lui: "Un énorme crime national". L’émancipation est supposée prendre effet le 1er janvier 1863.
1 janvier 1863 : Proclamation d'émancipaiton d'Abraham Licoln
La proclamation d'émancipation est une décision prise par le président des Etats-Unis, Abraham Lincoln, sous forme de deux décrets publiés durant la guerre de Sécession. Le 22 septembre 1862, un texte déclare que tous les esclaves résidant en territoires sudistes sont libres. Le 1er janvier de l'année suivante arrive un second décret qui désigne les Etats en question. L'armée de l'Union s'ouvre aux Noirs, tandis que les esclaves qui combattent contre l'Union sont affranchis. L'abolition complète de l'esclavage sera garantie par le 13ème amendement mis en place en 1865.
12 juillet 1863 : Des émeutes éclatent à New York
Au cœur des tensions issues de la guerre de Sécession, la population new-yorkaise se révolte lorsque Lincoln appel à la conscription. Particulièrement violentes, elles prendront le nom de"Draft Riots". Depuis le début des affrontements, les troupes nordistes ont compté de lourdes pertes humaines. Elles ont, de plus, essuyé trois grandes défaites contre le général sudiste Robert Lee.
30 juin 1864 : La Yosemite valley protégée par Abraham Lincoln
Découvert dans les années 1830 et située dans l’Est de la Californie, la Yosemite Valley est le premier espace des Etats-Unis à bénéficier d’une protection officielle de son environnement. Le président Abraham Lincoln signe un décret protégeant la vallée et sa forêt de séquoias de l’exploitation privée. Toutefois, c’est Yellowstone qui sera le premier véritable parc national, Yosemite n’accédant à ce statut qu’en 1890.
31 janvier 1865 : Abolition de l'esclavage aux Etats-Unis
Le Congrès adopte le 13ème amendement de la Constitution. L'article Ier stipule : "Il n'existera dans les Etats-Unis, et dans toute localité soumise à leur juridiction, ni esclavage, ni servitude involontaire, si ce n'est à titre de peine d'un crime dont l'individu aurait été dûment déclaré coupable." Cette loi vient compléter la proclamation d'émancipation des esclaves faite par Abraham Lincoln en 1862. Le 13ème amendement sera ratifié le 6 décembre, abolissant définitivement et officiellement l'esclavage aux Etats-Unis.
14 avril 1865 : Abraham Lincoln est assassiné
Seulement une semaine après la capitulation du général sudiste Robert Lee, Abraham Lincoln est assassiné au Ford’s Theatre, à Washington. L’auteur du crime est un certain John Wilkes Booth, partisan dévoué des sudistes. Il tire à bout portant sur le président, lequel meurt de sa blessure le lendemain matin. Lincoln décède avant d’avoir pu assister à la ratification du 13e amendement de la Constitution américaine, lequel abolit l’esclavage aux Etats-Unis.

XIXème siècle