Jean Genet : biographie courte du metteur en scène des Bonnes

Jean Genet : biographie courte du metteur en scène des Bonnes BIOGRAPHIE DE JEAN GENET - Poète et écrivain français, Jean Genet a marqué la littérature du XXe siècle par son style sulfureux. Dramaturge, ses pièces de théâtre ont rencontrées un grand succès, comme la pièce les Bonnes.

Biographie courte de Jean Genet - Considéré comme un des auteurs marquants du XXe siècle, Jean Genet dépeint d'une écriture poétique et recherchée la perversion, l'érotisme et l'homosexualité. Jean Genet voit le jour le 19 décembre 1910. De père inconnu, il est abandonné par sa mère quelques mois après sa naissance et connaît une enfance difficile. Jean Genet devient un enfant de l'assistance publique. Placé dans une famille du Morvan qui lui offre une éducation communale, il passe une enfance heureuse. L'écrivain en devenir est bon élève, mais extrêmement réservé. Ses premiers émois masculins remontent à cette époque, avec un certain Lou Culafroy (qu'il fera plus tard devenir le héros travesti du roman Notre-Dame-des-Fleurs). À 10 ans, il est accusé de vol et est placé en maison de correction. Cet événement va opérer un immense bouleversement dans la vie du jeune Jean. Il revendique alors une existence antisociale, plonge dans la délinquance, et enchaîne d'innombrables fugues.

"Le Condamné à mort" de Jean Genet

À 13 ans, Jean Genet est placé d'office hors de sa famille d'accueil. À force de fugues, il est placé par les tribunaux à La Paternelle, la colonie pénitentiaire agricole de Mettray. À 18 ans, pour quitter Mettray, il s'engage dans la Légion étrangère. Il découvre alors l'Afrique, continent qui ne cessera de le hanter. Il déserte l'armée le 18 juin 1936, et entame un périple à travers l'Europe pour échapper aux autorités militaires. Il rentre ensuite à Paris, où il est arrêté pour flagrant délit de vol, le 16 septembre 1937. Condamnés à de multiples reprises, principalement pour vols, il passe près de quatre ans en prison, en grande partie à la Santé et à la maison d'arrêt de Fresnes. C'est là-bas, en 1942, qu'il écrit son premier roman : Le Condamné à mort, véritable hommage érotique à Maurice Pilorge, jeune assassin guillotiné à Rennes en 1939. Publié par ses soins, ce poème va forcer la rencontre entre Genet et Jean Cocteau.

Jean Genet écrit l'ébauche de ses oeuvres en prison

La même année, toujours derrière les barreaux de Fresnes, Genet décide de se consacrer à l'écriture et entame la rédaction de son premier roman : Notre-Dames-des-Fleurs. Cet ouvrage, qui paraît en 1943, met en scène un travesti surnommé Divine, et dépeint les nuits homosexuelles du Paris d'avant-guerre. En 1943, on fait lire à Jean Cocteau son poème Le Condamné à mort. Subjugué, Cocteau souhaite rencontrer Genet, et ils sont présentés le 15 février 1943. Fin mai, Genet est encore surpris à voler, et risque d'être envoyé au bagne à perpétuité. Cocteau lui fournit alors un avocat, Maurice Garçon, et grâce à sa plaidoirie, Jean Genet n'écope que de trois mois de prison. Il commence alors la rédaction de son deuxième roman, Le Miracle de la Rose. Son premier roman, Notre-Dames-des-Fleurs, a beau être censuré, les premières éditions commencent à circuler sous le manteau.

Jean Genet écrit Les Bonnes

Encensé par Cocteau, Jean Genet est introduit dans les milieux artistiques parisiens, où il rencontre Jean-Paul Sartre. Vivant une vie mondaine, Genet goûte à la célébrité, mais ne cède pas à l'oisiveté. Très productif entre 1942 et 1948, il termine Le Miracle de la rose (1946) et écrit trois autres romans (Pompes funèbres, Querelle de Brest et Le Journal du voleur). Genet devient même dramaturge, et écrit deux pièces de théâtre : Haute Surveillance, et Les Bonnes. Cette dernière est jouée dès 1947, et rencontre un franc succès. Après avoir obtenu la grâce présidentielle, mettant définitivement un terme à ses allers-retours en prison, Jean Genet traverse une passe improductive. La publication de Saint Genet, comédien et martyr, écrit par Jean-Paul Sartre, déprime Genet qui n'écrit plus. Il ne se remet à l'écriture qu'en 1956, pour la pièce Le Balcon.

Le mouvement littéraire de Jean Genet

Jean Genet est souvent considéré comme l'un des précurseurs du Théâtre de l'absurde, un style de théâtre apparu aux abords de la Seconde Guerre mondiale, en totale rupture avec ce qui se fait à l'époque. Un genre qui enfante des pièces traitant de l'absurdité de l'Homme et de la vie. Jean Genet en est un des pionniers, ces pièces Haute Surveillance et Les Bonnes s'inscrivant dans ce mouvement. Au fil des ans, Genet devient de plus en plus engagé et militant. Ses pièces suivantes, Les Nègres (1958) et Les Paravents (1961), sont très virulentes envers le colonialisme français. En 1964, son compagnon Abdallah se suicide à Paris. Dévasté, Genet dit alors renoncer à la littérature. Grand défenseur de la cause palestinienne, il combat en faveur de l'homosexualité et des anticolonialistes. En 1970, il va à la rencontre des Black Panthers aux États-Unis. En novembre de la même année, il entre en contact avec Yasser Arafat au Moyen-Orient.

Dernières années et mort de Jean Genet

En 1979, Jean Genet apprend qu'il est atteint d'un cancer de la gorge. En 1982, il s'installe au Maroc. En septembre, il se trouve à Beyrouth avec Layla Shahid. Témoin du massacre du camp palestinien de Chatila, il rédige l'un des articles politiques majeur de l'époque : Quatres heures à Chatila.  En 1983, il commence la rédaction d'Un captif amoureux, qui parait quelques mois après sa mort. Rongé par le cancer, Jean Genet, poète fasciné par le Mal, meurt d'une chute, seul dans une chambre d'hôtel, le 15 avril 1986. Il est enterré au sein du vieux cimetière espagnol de la ville de Larache, au nord du Maroc.

Jean Genet : dates clés

19 décembre 1910 : Naissance de Jean Genet
Jean Genet est né à Paris le 19 décembre 1910. Enfant de l'Assistance publique, fils d'un père inconnu et d'une mère qui l'a abandonné, son parcours est chaotique, fait de mauvaises rencontres, de délinquance et de prison.

1921 : Première accusation de vol

À 10 ans, le jeune Jean Genet, élève brillant mais réservé, est accusé de vol. Il est alors placé en maison de correction. Cet événement provoque un tel bouleversement chez le jeune Jean qu'il décide de devenir ce qu'on l'accuse d'être : un voleur. Ce bouleversement sera le prélude de ce qui fera de lui l'écrivain faisant l'apologie du Mal.

1942 : Premier poème : Le Condamné à mort

Jean Genet, alors retenu à la maison d'arrêt de Fresnes, écrit son premier poème, "Le Condamné à mort". Inspiré par l'exécution de Maurice Pilorge, jeune assassin guillotiné le 4 février 1939 à Rennes, le poème est une ode érotique à ce compagnon fantasmé par Genet.

15 février 1943 : Rencontre avec Jean Cocteau

Subjugué après avoir lu "Le Condamné à mort", Jean Cocteau rencontre Genet, et lui évite le bagne en lui fournissant un avocat. Il l'introduit ensuite dans le milieu littéraire et mondain.

12 août 1949 : Genet obtient la grâce présidentielle

Condamné en 1946 à deux ans de prison pour une affaire remontant à 1940, l'affaire entraîne une réaction immédiate du monde littéraire. Une demande de grâce est adressée au président de la République française Vincent Auriol sous forme de lettre ouverte. Les signataires de cette lettre sont nombreux, et prestigieux : Prévert, Picasso, Gallimard, Mauriac … Après un an d'enquête, le président accède au recours de grâce le 12 août 1949.

1950 : Genet s'essaie au cinéma

Jean Genet s'essaie au cinéma en 1950, et réalise son seul et unique film : Un chant d'amour. Traitant d'une relation homosexuelle entre deux prisonniers, le film est censuré et ne sera pas distribué avant 1975.

1956 : Jean Genet, dramaturge à succès

De retour à l'écriture après un long passage à vide, Jean Genet écrit les pièces Le Balcon (1956, entre au répertoire de la Comédie Française en 1985), Les Nègres (1958) et Les Paravents (1961), toutes deux très engagées, et virulente envers le colonialisme.

1970 : Jean Genet l'engagé

Jean Genet s'engage de plus en plus dans la lutte contre l'oppression. En 1970, il part rencontrer les Black Panthers aux Etats-Unis, et entre clandestinement sur le sol américain. En novembre, il rencontre Yasser Arafat au Moyen-Orient, qui l'engage à témoigner du drame palestinien.

5 avril 1986 : Décès de Jean Genet

Après avoir appris qu'il souffre d'un cancer de la gorge en 1979, il s'installe au Maroc, tout en continuant à voyager et à écrire. Il décède, seul dans une chambre d'hôtel parisienne, le 15 avril 1986.

Contemporain

Jean Genet : biographie courte du metteur en scène des Bonnes
Jean Genet : biographie courte du metteur en scène des Bonnes

Sommaire Biographie de Jean Genet Le Condamné à mort de Genet Jean Genet écrit en prison Jean Genet écrit Les Bonnes Mouvement littéraire de Genet Mort de Jean Genet Jean Genet : dates clés Citations de Jean Genet ...