Napoléon Bonaparte : biographie de l'empereur et de son règne

Napoléon Bonaparte : biographie de l'empereur et de son règne BIOGRAPHIE DE NAPOLEON BONAPARTE - Son sacre d'empereur et son épopée, de sa naissance au tombeau, en passant par des détails plus insolites comme sa taille... Voici en résumé le parcours de Napoléon Ier.

Biographie courte de Napoléon Bonaparte - Né le 15 août 1769 à Ajaccio (France) et mort le 5 mai 1821 à Sainte-Hélène (Territoire britanique d'outre-mer), Napoléon dérange et fascine en sa qualité de figure historique et ambiguë. Premier Consul puis Empereur, génie militaire et bâtisseur, il a régné sur l'Europe en despote et a contribué à la modernisation des nations, la France en tête.

Naissance de Napoléon Bonaparte

Né à Ajaccio en Corse, Napoléon Bonaparte rejoint le continent pour suivre des études militaires. Après avoir fréquenté les écoles militaires de Brienne et de Paris, il entre dans l'infanterie et est affecté en 1787 à Valence. En 1789, la Révolution française éclate. Bonaparte y prend part et se fait remarquer en 1793 lors du siège de Toulon contre les Anglais. Sa sympathie pour la cause des Jacobins lui vaut un court séjour en prison à la chute de Robespierre en juillet 1794. A sa libération, il passe sous les ordres du commandant en chef de l'armée de l'intérieur Paul Barras. Il intervient pour réprimer une insurrection royaliste contre la Convention à Paris en 1795. Il a parmi les officiers sous ses ordres le jeune Joachim Murat qui épousera sa sœur : Caroline Bonaparte, et qui sera sacré roi de Naples en 1808.

Ses connaissances de la stratégie militaire, son habileté et son courage sur les champs de bataille lui permettent de monter en grade. Napoléon est nommé à la tête de l'armée d'Italie, qui est en piteux état. Malgré cela, il parvient à remporter avec elle plusieurs batailles contre les Autrichiens. L'Autriche abdique par la voix de son archiduc Charles, qui signe le traité de Campo-Formio le 18 octobre 1797. En mars 1796, il épouse Joséphine de Beauharnais. En 1797, Napoléon réussit par une habile manœuvre politique à écarter quelques royalistes du pouvoir et ainsi protéger la république jacobine.

Napoléon Bonaparte en Égypte

Inquiet devant la grande popularité du général Bonaparte, le Directoire cherche à l'éloigner de Paris. Il lui confie l'invasion de l’Égypte. Napoléon Bonaparte emmène avec lui une centaine de scientifiques qui ramèneront de cette campagne la pierre de Rosette. Juste avant la bataille des Pyramides, le 21 juillet 1798, Napoléon aura cette célèbre phrase : " Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ". Malgré la victoire qu'il remporte ce jour-là, la campagne d’Égypte est un désastre. Ses troupes sont défaites par l'amiral Wilson à Aboukir. Peu après, le reste des forces françaises subit de lourdes pertes à cause d'une épidémie de peste. Devant l'enlisement de ses troupes et ayant appris les difficultés du Directoire, Bonaparte nomme Kléber commandement en chef de l'armée d’Égypte et rentre en France.  

Napoléon Bonaparte Premier Consul

Le Directoire affaibli, c'est pour l'ambitieux Napoléon l'occasion idéale pour agir. Les 18-19 Brumaire (novembre) 1799, il s'empare du pouvoir et se fait nommer Consul provisoire. C'est le coup d'Etat du 18 Brumaire. Il fait ensuite adopter une nouvelle Constitution qui le place officiellement à la tête de la France, en tant que Premier Consul. En instaurant le Consulat, la Constitution de l'an VIII met un terme définitif à la Révolution. Napoléon ne tarde pas à se mettre au travail, fait de nombreuses réformes dans l'administration, le système judiciaire, l'éducation et la finance. Il crée entre autres la Banque de France en 1801 et le Code civil en 1804.

A partir de 1800, le général Bonaparte s'attaque de nouveau aux Autrichiens en Italie. Il veut reprendre le terrain perdu par les armées françaises alors qu'il était en Egypte. La campagne tourne à son avantage et la paix de Lunéville est signée le 9 février 1801. Le traité donne définitivement la rive gauche du Rhin à la France, et l'Autriche est évincée d'Italie. Au mois de mars 1802, ce sont les Britanniques qui signent la paix d'Amiens. Napoléon cherchait à instaurer la paix durable car les guerres qui duraient depuis près de dix ans essoufflaient économiquement les grandes puissances qui s'opposaient. La paix ne sera en fait qu'une trêve, car les Anglais lanceront un embargo contre les navires français dès mai 1803.

Le sacre de l'empereur Napoléon Ier

Le 24 décembre 1800, Napoléon échappe à un attentat rue Saint-Nicaise à Paris. L'attentat, qui fait une dizaine de morts, est attribué aux royalistes. Afin de mettre en garde tous ceux qui chercheraient à l'éliminer, Napoléon Bonaparte fait arrêter le 15 mars le duc d'Enghien. Condamné à mort par une commission spéciale, il est aussitôt fusillé. L'attentat soulève la question de l'avenir du Consulat si le Premier Consul venait à disparaître. Ses partisans lui suggèrent la création d'une dynastie afin de protéger les institutions de la République et de perpétuer son pouvoir de façon héréditaire. Le 2 août 1802, Napoléon Bonaparte, au faîte de sa popularité, se fait élire consul à vie. Le Sénat ratifie la Constitution de l'an X qui consacre la toute-puissance de Napoléon Bonaparte.

Le 18 mai 1804, Napoléon Bonaparte se fait proclamer empereur des Français et prend le nom de Napoléon Ier. Il est sacré le 2 décembre par le pape Pie VII en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le pape Pie VII avait rencontré Napoléon en 1801. Les deux hommes avaient signé le Concordat. Ce texte faisait de la religion catholique la "religion de la grande majorité des citoyens français" (et non la religion d'Etat), abolissait la loi de 1795 séparant l'Église de l'État, et déclarait que les évêques seraient désormais nommés par le Premier consul, Napoléon Bonaparte. Il mettait aussi un terme aux querelles entre la France et le Vatican.

Les guerres de Napoléon Ier

Napoléon est convaincu que la seule manière d'obtenir une paix durable est de mettre hors d'état de nuire les Anglais. Il échafaude un plan avec l'amiral Latouche Tréville pour envahir l'Angleterre. En août 1805, l'amiral de Villeneuve et sa flotte franco-espagnole se font surprendre par les Anglais au large de l'Espagne. Ils sont anéantis par les navires anglais à Trafalgar le 21 octobre 1805. A l'est, l'Autriche se rapproche de la Russie. Elle est rejointe par la Suède et Naples, donnant ainsi naissance à une troisième coalition contre Napoléon. L'Empereur délaisse ses ambitions d'invasion de la Grande-Bretagne et part avec la Grande Armée pour l'Autriche. Il remporte une grande victoire contre l'Autriche et la Russie à la bataille d'Austerlitz le 2 décembre 1805. Suite à cet éclatant triomphe, le Tribunat (assemblée créée en 1800 pour discuter les lois) soumet une proposition à l'Empereur pour que ce dernier se fasse désormais appeler "Le Grand". Napoléon Ier accepte et devient Napoléon le Grand. En 1806, Napoléon, après avoir vaincu les armées prussiennes, fait signer au tsar Alexandre Ier le traité de Tilsit, dans lequel les deux puissances se partagent l'Europe.

Pour répondre à l'embargo contre la flotte marchande française décrété par les Anglais, Napoléon Bonaparte décrète à son tour en 1806 un blocus continental interdisant tout commerce avec l'Angleterre. Les côtes étant une région stratégique, il demande au Portugal d'appliquer ce blocus. Le Portugal, fidèle allié des Britanniques, refuse. Napoléon demande au roi d'Espagne un droit de passage sur son territoire afin de pouvoir envoyer ses troupes au Portugal. Il profite ensuite d'un conflit entre le roi espagnol et son fils pour les éloigner du pouvoir. Il place alors son frère Joseph Bonaparte sur le trône. Les nationalistes, poussés par l'Eglise, se soulèvent contre l'imposition de ce roi. Les Britanniques viennent les aider à chasser les armées françaises en 1808. C'est la première grande défaite de l'Empire napoléonien.

Apprenant cette déroute, l'Autriche n'hésite pas à attaquer la Grande Armée présente en Allemagne. Les 5 et 6 juillet 1809, Napoléon remporte la bataille de Wagram. Il signe ensuite un armistice avec l'Autriche. L'Empire de Napoléon est à son apogée. Il  s'étend sur 750 000 km². Sur le plan personnel, l'empereur Napoléon Ier divorce de Joséphine, épousée 13 ans plus tôt, pour raison d'État (elle ne lui a pas donné de descendant). Le 2 avril 1810, il épouse Marie-Louise, 18 ans, fille de l'empereur d'Autriche François Ier et petite-nièce de la reine Marie-Antoinette. Napoléon Ier voit dans ce remariage une ardente nécessité : obtenir l'héritier que Joséphine, la première impératrice, ne lui a pas donné et unir sa dynastie naissante aux familles régnantes d'Europe.

La Bérézina de Napoléon Ier

En août 1811, le tsar Alexandre Ier, violant le traité de Tilsit, laisse les navires anglais entrer dans ses ports. Face à cette attitude, Napoléon considère la guerre inévitable et marche sur la Russie en 1812. Ses troupes, composées de Français, d'Italiens, d'Autrichiens et d'Allemands comptent près de 700 000 hommes. Elles gagnent de nombreuses victoires et pénètrent dans Moscou le 14 septembre. Les Russes incendient la ville pour déloger leurs occupants. Le rude hiver met à mal les soldats et les empêche de poursuivre les armées du tsar. La Grande Armée, battant en retraite par des régions isolées, est victime du froid.

Cinq semaines après avoir quitté Moscou, les troupes napoléoniennes, harcelées par les cosaques du maréchal Koutouzov, se retrouvent face à un obstacle de taille : la rivière Bérézina. Le seul pont permettant de la traversée a été détruit par les Russes. La Grande Armée construit des ouvrages de fortune et 500 000 hommes réussissent à échapper à l'ennemi. Mais les troupes sont déjà décimées par le froid et la faim. 300 000 soldats sur 700 000 rentreront en France. La retraite se transforme en déroute. C'est de cet événement que provient l'expression "C'est la Bérézina !". La Grande Armée presque totalement anéantie, les ennemis de Napoléon savent que l'Aigle est en position de faiblesse. Ils forment une sixième coalition.

Napoléon Bonaparte en exil

Après plusieurs batailles contre les armées russo-prussiennes tantôt favorables tantôt défavorables à l'Empereur, Napoléon Ier est vaincu à Leipzig le 19 octobre 1813 lors de la Bataille des nations. Il se replie en France. La Grande-Bretagne, la Russie, la Prusse et l'Autriche s'allient en 1814. Leurs armées coalisées envahissent la France. Napoléon, à la tête d'une jeune armée inexpérimentée, remporte quelques victoires mais ne peut empêcher les coalisés d'entrer dans Paris le 31 mars. Il est contraint d'abdiquer le 6 avril à Fontainebleau. Il tente de se suicider avec du poison mais survit. Il est envoyé en exil sur l'île d'Elbe avec quelques-uns de ses fidèles. Le roi Louis XVIII est installé par les Alliés sur le trône de France.

Les Cent-Jours de Napoléon Ier

Inquiet du sort de sa femme et surtout de son fils laissés aux mains des Autrichiens et devant le refus du roi de lui payer sa rente, Napoléon s'échappe de l'île d'Elbe pour rejoindre la France en mars 1815. L'armée censée l'arrêter se range sous le commandement de son ancien souverain. Napoléon monte à Paris. Louis XVIII ayant déjà fui la capitale, il s'empare du pouvoir sans aucune violence. C'est le début de la période des "Cent-Jours" (20 mars - 22 juin 1815). Les puissances européennes se constituent à nouveau en coalition. Leurs troupes, deux fois supérieures à l'armée napoléonienne, écrasent Napoléon à Waterloo le 18 juin 1815. Il doit abdiquer pour la seconde fois.

Mort de Napoléon Bonaparte

L'empereur Napoléon Bonaparte est alors exilé sur l'île Sainte-Hélène (territoire britannique). C'est là qu'il rédige ses mémoires, le Mémorial de Sainte-Hélène. Il y vit six années avant de mourir le 5 mai 1821, peut-être empoisonné. Dans son testament rédigé en 1821, Napoléon déclarait : "Je désire que mes cendres restent sur les bords de la Seine au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé".

Tombeau de Napoléon Bonaparte

A sa mort en 1821, Napoléon est enterré à Sainte-Hélène. C'est en 1840, sur la demande du roi Louis-Philippe, que le corps de l'ex-Empereur est rapatrié triomphalement et placé dans un tombeau aux Invalides à Paris. En 1800, Napoléon Ier avait décidé d'attribuer au Dôme des Invalides la fonction de "panthéon des gloires militaires". C'est ce même Dôme qui accueillera le tombeau impérial 40 ans plus tard, grâce à d'importants travaux d'excavation dans le bâtiment par l'architecte Visconti, précise le Musée de l'Armée des Invalides. Le corps de Napoléon Ier y est finalement déposé le 2 avril 1861.

Taille de Napoléon Bonaparte

Selon L'Obs, Napoléon Bonaparte mesurait 1,68 mètre. Connaissez-vous l'expression "le complexe de Napoléon" ? Celle-ci se réfère à la soi-disant soif de pouvoir de ceux qui sont petits et donc frustrés. La taille de Napoléon fait pourtant surtout l'objet de clichés : selon son valet de chambre, le grand homme mesurait "cinq pieds deux pouces trois lignes", soit le fameux 1,68 mètre. Une taille conforme à celle décrite par l'autopsie et se situant dans la moyenne de l'époque. La légende du "Nabot" pour désigner Napoléon proviendrait du fait que l'Empereur soit souvent aux côtés de sa Garde impériale, sélectionnée pour sa haute taille. Pour d'autres, il s'agit soit d'une erreur de conversion des tailles faite à l'époque, soit de calomnies de la "perfide Albion".

Napoléon Bonaparte : dates clés

15 août 1769 : Naissance de Napoléon
Celui qui va devenir Empereur de France voit le jour le 15 août 1769 à Ajaccio.
5 octobre 1795 : Première intervention de Bonaparte
Le commandant en chef de l'armée de l'intérieur, Paul Barras, fait appel au jeune et inconnu général Napoléon Bonaparte pour réprimer une insurrection royaliste à Paris. Mécontents des dispositions prises par la Convention "thermidorienne", qui visent à empêcher une restauration de la monarchie, les royalistes se révoltent. Une partie de la garde nationale et un groupe de sans-culottes prennent les armes. Mais la répression est trop forte ce 13 vendémiaire de l'an IV : Bonaparte mitraille les insurgés royalistes sur les marches de l'église Saint Roch, au coeur de Paris. Ce jour-là, l'action du futur empereur choisi par Barras sur les conseils de sa maîtresse, Joséphine de Beauharnais, lui vaudra la main de la belle Joséphine en mars 1796 et le commandement de l'armée d'Italie.
26 octobre 1795 : Début du Directoire
La Constitution de l'an III est votée par les thermidoriens. Elle met fin à la Convention et instaure le Directoire. Le nouveau pouvoir exécutif est composé de deux assemblées : les Cinq-cent et les Anciens. Cependant les deux tiers des députés sont choisis parmi les conventionnels. Le général Bonaparte prend la place de Barras et devient commandant en chef de l'armée de l'intérieur.
9 mars 1796 : Mariage de Napoléon Bonaparte
Le général Bonaparte épouse civilement Joséphine de Beauharnais à la mairie du IIème arrondissement de Paris. Joséphine est créole, elle a grandi en Martinique puis s'est mariée une première fois en métropole en 1779. Son défunt mari, le général Alexandre de Beauharnais, lui a donné deux enfants, Hortense et Eugène. Deux jours après son union, Napoléon Bonaparte partira rejoindre son commandement à Nice.
17 novembre 1796 : Bonaparte victorieux à Arcole
Bonaparte, commandant en chef de l'armée d'Italie, vainc les Autrichiens commandés par le maréchal Alvinczy à Arcole (Italie). Après deux jours de combats indécis, Bonaparte entraîne ses troupes et franchit le pont d'Arcole sous une grêle de balles. La campagne d'Italie s'achèvera avec la capitulation de l'armée autrichienne à Mantoue (2 février 1797) et le traité de Campoformio entre la France et l'Autriche (18 octobre 1797).
18 octobre 1797 : Signature du traité de Campo-Formio
La France impose à l'Autriche de signer le traité de Campo-Formio. Il met fin à la campagne d'Italie menée par le jeune général Bonaparte et partage la république de Venise entre les deux puissances européennes. Cet accord a aussi le mérite d'apporter la paix à un continent en guerre depuis cinq ans, mais ce ne sera que de courte durée.
21 juillet 1798 : Bataille des pyramides
Le général Napoléon Bonaparte, qui conduit la campagne d'Égypte, bat les cavaliers mamelouks non loin des pyramides de Gizeh. Surprises par les tirs d'infanterie, les troupes de Mourad Bey se retirent rapidement et l'affrontement ne dure pas plus de deux heures. Victorieux, Bonaparte va régner sur l'Égypte tel un vizir jusqu'à l'intervention de la flotte britannique en 1801, qui le chassera définitivement de la région.
1er août 1798 : La flotte française détruite à Aboukir
En rade d'Aboukir (Egypte), la flotte française commandée par l'amiral Brueys d'Aigaïlliers est battue par la flotte britannique sous les ordres de l'amiral Nelson. Seuls quatre vaisseaux sur une vingtaine réussissent à s'échapper. La flotte française venait de débarquer en Egypte le corps expéditionnaire du général Napoléon Bonaparte. Celui-ci est alors bloqué en Egypte. Napoléon Bonaparte rentrera secrètement un an plus tard. Le général Ménou signera avec les Britanniques un accord d'évacuation des troupes françaises trois ans plus tard. Ce sera la fin de la campagne d'Egypte.
8 octobre 1799 : Bonaparte rentre d'Egypte
Quatre frégates (la "Muiron", la "Carrère", "l'Alerte" et "l'Indépendant") mouillent devant Fréjus : à leur bord, le général Bonaparte de retour d'Egypte avec les généraux Duroc, Lannes, Marmont, Murat et Berthier. Les quatre bateaux avaient quitté Alexandrie le 22 août et fait un long détour pour éviter les navires britanniques. Les difficultés que rencontre le Directoire et l'enlisement des armées françaises en Egypte ont poussé l'ambitieux général à précipiter son retour en France.
9 novembre 1799 : Coup d'Etat du 18 Brumaire
De retour de sa campagne d'Egypte, Bonaparte décide avec l'aide de son frère Lucien, président du Directoire et d'Emmanuel-Joseph Sieyès, homme d'Eglise et politique à la fois, de "sauver la République" menacée par les royalistes et un retour de Louis XVIII. Le Directoire est réuni au château de Saint-Cloud. Les députés se refusent dans un premier temps à modifier la Constitution en faveur du général Bonaparte. C'est par la force qu'ils acceptent de nommer un gouvernement provisoire en la personne de trois Consuls, Napoléon Bonaparte, Emmanuel-Joseph Sieyès et Roger Ducos. Bonaparte devient très vite Premier Consul et les pouvoirs lui sont octroyés. L'image d'un dictateur se profile.
13 décembre 1799 : Naissance du Consulat
Le texte définitif de la nouvelle Constitution, dite Constitution de l'an VIII, est promulgué. Rédigée par Daunou, elle affaiblit le pouvoir législatif et renforce le pouvoir exécutif, qui sera détenu par trois consuls nommés par le Sénat pour une période de 10 ans. Bonaparte, Cambacérès et Lebrun sont élus consuls, mais seul Bonaparte détiendra la réalité du pouvoir. En instaurant le "Consulat", la Constitution de l'an VIII met un terme définitif à la Révolution.
18 janvier 1800 : Création de la Banque de France
Dans le but de relancer l'économie et d'augmenter la quantité de monnaie en circulation, le premier consul Napoléon Bonaparte édite un décret stipulant la création de la Banque de France. L'établissement installe son siège à l'hôtel de Toulouse à Paris et reçoit 30 millions de francs pour amorcer son activité. La banque de France compte parmi ses principaux clients des banques commerciales qui prêtent de l'argent aux particuliers et qui elles-mêmes empruntent à la Banque de France. Le privilège d'émission des billets limité à la capitale s'étendra à toute la France à partir de 1848.
24 décembre 1800 : Attentat manqué contre Napoléon
Une machine infernale explose au passage de la voiture de Napoléon Bonaparte, rue Saint-Nicaise à Paris. Le Premier Consul est épargné, mais les tonneaux remplis de poudre tuent quatre passants et en blessent soixante autres. Après avoir fait arrêter et déporter 130 jacobins, l'enquête révèlera que l'attentat a été perpétré par des Chouans groupés autour du comte d'Artois d'Angleterre.
9 février 1801 : Paix de Lunéville
La France du Premier Consul Napoléon Bonaparte et l'Autriche de l'empereur François II signent un traité de paix à Lunéville qui confirme (et renforce) les clauses du traité de Campo-Formio (17 octobre 1797). La rive gauche du Rhin revient définitivement à la France ainsi que la Belgique. L'Autriche est évincée d'Italie. Elle ne conserve que la Vénétie, tandis que le Piémont et Gênes sont soumis à l'influence française.
19 mai 1802 : Création de la Légion d'honneur
Le Premier Consul Napoléon Bonaparte crée par décret l'Ordre de la Légion d'honneur pour récompenser les actions civiles et militaires. Aux républicains qui l'interpellent sur le bien-fondé de ces décorations, il rétorque : "C'est avec ces hochets qu'on mène les hommes". La décoration est réalisée à partir d'un dessin de David, sur une maquette de Challiot : c'est une étoile à 5 rayons doubles dont le centre est entouré d'une couronne de lauriers. Sous la Restauration, les grades prendront leur appellation définitive : chevalier, officier, commandeur, grand officier et grand-croix.
2 août 1802 : Napoléon devient consul à vie
Après la paix d'Amiens (25 mars 1802) avec l'Angleterre, le Premier consul Napoléon Bonaparte, au faîte de sa popularité, décide d'en appeler au peuple et de se faire élire consul à vie. Il obtient 3 500 000 voix, contre 8 400, en faveur de sa proposition. Le Sénat ratifie alors la Constitution de l'an X qui consacre la toute puissance de Napoléon Bonaparte. Il se fera proclamer empereur des Français deux ans plus tard.
28 mars 1803 : Création du Franc Germinal
Le consul Napoléon Bonaparte crée le franc germinal par la loi du 7 Germinal an XI. La nouvelle pièce de un franc contient 4,5 grammes d'argent pur et 9/10ème d'or fin. Une pièce de 20 francs en or voit aussi le jour. Elle est baptisée Napoléon. Le franc germinal restera en vigueur jusqu'en 1914.
21 mars 1804 : Assassinat du Duc d'Enghien
Souhaitant mettre un terme à toute velléité de complot chez les royalistes, Napoléon fait enlever le duc d’Enghien émigré en Allemagne. Sommairement jugé par un conseil de guerre, le duc est exécuté sur le champ. Méprisant le droit international pour exécuter dans l’ombre un danger certainement inexistant, Napoléon Bonaparte provoque le scandale. Toutes les cours d’Europe, ainsi que de nombreux penseurs, condamneront cette action.
21 mars 1804 : Publication du Code Civil
La loi du 30 ventôse an XII instaure le Code civil. Voulu par le Premier consul Napoléon Bonaparte, ce recueil de textes établit un arsenal juridique unique qui s'applique sur tout le territoire et pour tous les Français. S'inspirant du droit révolutionnaire et du droit romain, le Code Civil consacre les grands principes de la Révolution : liberté de la personne, liberté et sûreté de la propriété, abolition de la féodalité, laïcité, etc. Les femmes ne bénéficient pourtant pas des mêmes droits que les hommes. En effet, l'accent est mis sur leur "incapacité civile".
2 décembre 1804 : Bonaparte devient empereur des Français
A 35 ans, le premier Consul, le général Napoléon Bonaparte, est sacré empereur des Français par le Pape Pie VII et devient Napoléon Ier. A l'issue de la cérémonie religieuse, qui se déroule en la cathédrale Notre-Dame, le nouveau souverain se couronne lui-même et couronne également son épouse Joséphine de Beauharnais. Il prête serment aux principes de liberté et d'égalité hérités de la révolution. Pendant deux semaines, les festivités continueront dans la capitale. Le règne de Napoléon Ier durera jusqu'en 1814.
21 octobre 1805 : Bataille navale de Trafalgar
Alors qu'il revenait de Martinique, le commandant de la flotte française, l'amiral ViIleneuve, se fait surprendre par les anglais au large de l'Espagne. Il fait mettre ses navires à l'abri dans la rade de Cadix, mais l'empereur Napoléon lui ordonne d'en sortir et d'affronter les britanniques emmenés par Horatio Nelson. La flotte franco-espagnole est anéantie par les navires canonniers des anglais. L'amiral Nelson trouvera la mort dans ce combat. Trafalgar est la plus désastreuse bataille navale de l'histoire de France. Fait prisonnier par les Anglais, Villeneuve sera libéré en avril 1806 et se suicidera.
2 décembre 1805 : Victoire d'Austerlitz
Un an jour pour jour après son avènement sur le trône de France, Napoléon remporte une bataille décisive lors de la campagne de Prusse près du village d'Austerlitz. Feignant un repli, il parvient à tromper les troupes de François II d'Autriche et d'Alexandre Ier, Tsar de toutes les Russies. Les forces austro-russes, composées de 90 000 hommes, perdent 30 000 soldats. La France ne dénombre quant à elle que 7 000 pertes sur 73 000 hommes. Avec la paix de Presbourg signée entre les trois empereurs (France, Autriche et Russie), la France se verra céder la Vénétie et la Bavière par François II.
26 décembre 1805 : Signature de la paix de Presbourg
Suite à la campagne d'Autriche et à l'écrasante victoire française à Austerlitz, les autrichiens signent la paix de Presbourg avec la France. Par ce traité, l'Autriche cède la Vénétie, l'Istrie et la Dalmatie à l'Italie. Elle est également contrainte de céder ses possessions allemandes à la Bavière et au Wurtemberg et doit payer une indemnité de guerre de 50 millions de florins. Une clause secrète de l'accord stipule par ailleurs que l'empereur autrichien, François II, renonce à son titre d'empereur du Saint Empire romain germanique.
30 décembre 1805 : Napoléon change de nom
Après l'éclatante victoire des armées napoléoniennes à Austerlitz le 2 décembre, le Tribunat soumet une proposition à l'empereur pour que ce dernier se fasse désormais appeler "Le Grand". Napoléon Ier accepte et devient Napoléon le Grand.
14 octobre 1806 : Victoire de Iéna
Pendant la campagne de Prusse, la Grande Armée de Napoléon écrase l'armée Prussienne commandée par le prince de Hohenlohe. La veille le général français Davout avait également battu les prussiens au Nord de Iéna, à Auerstedt. Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume ordonne lui-même la retraite de ses hommes à la fin de la journée. Après ces deux défaites, son armée est réduite à néant. Napoléon victorieux rentrera dans Berlin le 27 octobre.
7 juillet 1807 : Traité de Tilsit
Napoléon Ier et le tsar de Russie Alexandre Ier signent le traité de paix de Tilsit (Russie) à la suite de la victoire française de Friedland en juin. La Russie s'engage à jouer un rôle de médiateur avec l'Angleterre. Elle doit persuader les Britanniques de restituer à la France les colonies qu'elle occupe, sous peine de déclaration de guerre. En échange, le tsar s'empare de la Finlande et de la Suède et se partage avec Napoléon l'Empire ottoman.
2 mai 1808 : Madrid se révolte contre les Français
Les habitants de Madrid se soulèvent contre l'occupant français. L'empereur Napoléon Ier veut chasser les Bourbons d'Espagne et donner le trône à son frère, Joseph Bonaparte. La foule madrilène, opposée à ce changement, s'en prend aux troupes du maréchal Joachim Murat. La répression, le lendemain, est impitoyable. Mais les exécutions sommaires, les pillages et les viols n'empêchent pas la révolte de s'étendre à tout le pays. Le peintre Francisco de Goya illustrera cette rébellion dans deux tableaux célèbres : "Dos de mayo" et "Tres de mayo".
22 juillet 1808 : Les Français chassés d'Espagne
Encerclés par 17 000 soldats espagnols depuis trois jours, les troupes napoléoniennes commandées par Dupont capitulent à Bailen en Andalousie. Pour la première fois, une junte insurrectionnelle s'est soulevée contre l'occupant français, et les armées de l'empereur sont mises en échec. Joseph Bonaparte devra quitter Madrid précipitamment le 30 et se réfugiera derrière l'Ebre. La nouvelle de la déroute française en Espagne fait grand bruit dans toute l'Europe.
6 juillet 1809 : Bataille de Wagram
Après deux jours de combats, les Autrichiens sont battus à Wagram, au nord-est de Vienne, par les troupes de Napoléon Ier. La bataille est remportée in extremis par une Grande armée composée surtout de jeunes soldats étrangers et inexpérimentés. L'archiduc Charles réussit à s'échapper. Il ne demandera l'armistice que le 12 juillet. A l'issue de la bataille, la maréchal Berthier est fait prince de Wagram et les généraux Oudinot, Marmont et Macdonald deviennent maréchaux.
15 décembre 1809 : Napoléon divorce d'avec Joséphine
L'empereur Napoléon Ier divorce de Joséphine, épousée 13 ans plus tôt, pour raison d'État. Le 2 avril 1810, il épousera, à 40 ans, Marie-Louise, 18 ans, fille de l'empereur d'Autriche François Ier et petite-nièce de la reine Marie-Antoinette. Napoléon Ier voit dans ce remariage une ardente nécessité : obtenir l'héritier que Joséphine, la première impératrice, ne lui a pas donné et unir sa dynastie naissante aux familles régnantes d'Europe.
1er avril 1810 : Napoléon Ier épouse Marie-Louise d'Autriche
Le mariage civil de Napoléon Ier et de Marie-Louise d'Autriche, fille de l'empereur François II, est célébré à Saint-Cloud. Le mariage religieux aura lieu le lendemain dans le salon carré du palais du Louvre. A 41 ans, Bonaparte jubile en devenant l'époux d'une princesse d'Europe âgée de 19 ans issue de la famille des Habsbourg. Le peuple de France voit au contraire d'un mauvais œil cette alliance avec une descendante de Marie-Antoinette "l'Autrichienne".
20 mars 1811 : Naissance de l'héritier de Napoléon
L'impératrice Marie-Louise d'Autriche donne naissance dans la soirée à François Charles Joseph Bonaparte. L'héritier de l'empire prend le titre de roi de Rome. Le lendemain, Napoléon Ier fera tirer 100 coups de canon pour célébrer la naissance de son fils. Il sera baptisé à Notre-dame de Paris, le 9 juin.
24 juin 1812 : Le début de la campagne de Russie
La Grande Armée de l'empereur Napoléon Ier traverse le Niémen et force les frontières de l'empire du tsar Nicolas 1er. Les troupes napoléoniennes, fortes de près de 700 000 hommes, pénètreront sans difficulté à l'intérieur de la Russie jusqu'à Moscou. Mais, face à la résistance moscovite et au refus des Russes de négocier, Napoléon ordonnera la retraite. Cette opération tournera au désastre en raison de la rigueur de l'hiver et du manque de ravitaillement. Le 30 décembre, l'armée, réduite à environ 50 000 hommes, repassera le Niémen...
14 septembre 1812 : Napoléon entre dans Moscou
Après avoir vaincu les Russes à Borodino le 7 septembre, l'Empereur pénètre sans aucune difficulté dans Moscou. Il trouve la capitale Russe déserte. Dès le lendemain, elle sera ravagée par un gigantesque incendie sans doute allumé à l'instigation du gouverneur de la ville.
19 octobre 1813 : Fin de la bataille des Nations
Au terme d'une bataille acharnée qui a duré trois jours, l'armée napoléonienne s'incline face aux alliés (Prusse, Russie, Angleterre, Autriche, Suède, Bavière). Napoléon est obligé de battre en retraite sur le Rhin et franchit le pont de Lindenau avant qu'il ne soit détruit. La défaite de l'empereur marque les premiers signes de faiblesse de son pouvoir. Dès le départ de la Grande Armée, l'Allemagne est libérée. L'occupation française est terminée.
6 avril 1814 : Napoléon Ier abdique
L'Empereur signe son abdication inconditionnelle au château de Fontainebleau. Les coalisés (Angleterre, Autriche et la Russie) lui accorde la souveraineté de l'île d'Elbe ainsi qu'une rente annuelle de 2 millions. Le Sénat, qui a voté la déchéance de Napoléon Ier, adopte une nouvelle Constitution et proclame Louis XVIII "roi des Français". Le 20 avril, l'empereur déchu fera ses adieux à la garde impériale et sera transféré vers son île-prison d'Elbe. Il réussira à s'en échapper le 26 février 1815.
4 mai 1814 : Napoléon Ier débarque sur l'île d'Elbe
Napoléon Ier arrive à Portoferraio, sur l'île d'Elbe située à l'ouest de l'Italie. Il y séjournera jusqu'à son retour en France, le 26 février 1815. A la chute de l'Empire, le traité de Fontainebleau (11 avril 1814) a accordé la souveraineté pleine et entière de l'île à l'empereur Napoléon qui l'a conquise en 1802. L'île deviendra partie intégrante de l'Italie en 1860.
1er mars 1815 : Napoléon regagne la France
Evadé de son "île-prison" d'Elbe le 26 février, l'empereur déchu débarque en France au Golfe-Juan en compagnie de 1 100 hommes de la vieille garde et de la garde corse. Son objectif est de reconquérir le pouvoir en marchant vers Paris. Partout où il passe, la foule l'acclame. Les généraux et les soldats dépêchés par Louis XVIII pour le stopper se rallient à lui. Le 7, Napoléon fera une entrée triomphale dans Grenoble. Le 20, il atteindra Paris et formera un nouveau gouvernement. La dernière période de règne de l'empereur durera cent jours.
5 mars 1815 : Arrivée triomphante de Napoléon à Grenoble
Arrivé cinq jours plus tôt en France à la tête d’environ huit cents hommes, Napoléon fait face au Cinquième Régiment d’infanterie à l’entrée de Grenoble. Mais cette confrontation n’aboutit à aucun combat. Au contraire, le Régiment fait le choix de l’Empereur déchu et l’accompagne pour une entrée triomphante à Grenoble. Malgré les concessions de Louis XVIII, le retour de la Monarchie imposée par les ennemis étrangers à peine un an plus tôt n’a pas la faveur du peuple. Napoléon peut marcher sur Paris sans rencontrer de véritable résistance.
22 avril 1815 : Napoléon promulgue l’Acte additionnel aux Constitutions de l’Empire
Inspiré de la Charte octroyée par Louis XVIII en 1814, l’Acte additionnel est une tentative de Napoléon pour rallier massivement les libéraux. Rédigé par un ancien opposant de l’Empereur, Benjamin Constant, il ne convainc pas vraiment. Toutefois, il obtient suffisamment de voix pour être accepté. Un des principaux reproches fait à ce texte est qu’il ne restaure pas le suffrage universel.
18 juin 1815 : Waterloo, morne plaine
Les troupes britanniques de Wellington et les troupes prussiennes de Blücher remportent une victoire décisive sur l'armée de Napoléon Ier à Waterloo, au sud de Bruxelles. L'Empereur fatigué multiplie les erreurs tactiques. Cette défaite provoquera la chute de l'Empire napoléonien. Louis XVIII, qui avait fui Paris lors du retour de Napoléon de l'île d'Elbe, reprendra le trône.
15 octobre 1815 : Napoléon débarque à Sainte-Hélène
Après 72 jours de traversée à bord du "Northumberland", l'Empereur, prisonnier des anglais, arrive sur l'île britannique de Sainte-Hélène dans l'Atlantique sud. L'île deviendra sa prison pendant six années. En regardant les contours lugubres de Sainte-Hélène, il déclare "Ce n'est pas un joli séjour".
5 mai 1821 : Napoléon s'éteint à Sainte-Hélène
L'ex-empereur Napoléon Ier, 52 ans, meurt dans sa pauvre maison de Longwood à Sainte-Hélène, un îlot perdu au milieu de l'Atlantique sud où l'ont exilé les Anglais en 1815 après la défaite de Waterloo. Selon le rapport d'autopsie publié par le gouverneur britannique de l'île, sa mort aurait été provoquée par un cancer de l'estomac. Pendant ses 2 000 jours d'exil, l'ex-empereur a peaufiné sa légende en se confiant au comte de Las Cases, qui publiera ses notes l'année suivante sous le titre "Le Mémorial de Sainte-Hélène".
15 décembre 1840 : Les cendres de Napoléon Ier aux Invalides
C'est au centre de l'église du dôme des Invalides qu'est creusée la crypte, large de 15 mètres et profonde de 6 mètres, appelée à recevoir le sarcophage contenant les restes mortels de Napoléon Ier, après que la France et l'Angleterre se soient entendues sur leur retour de l'île de Sainte-Hélène. C'est Louis XIV qui est à l'origine de l'édification de l'Hôtel des Invalides destiné à soigner et loger les soldats. Dans des chapelles annexes reposent des membres de la famille impériale et des généraux de l'empereur.

Empereur

Napoléon Bonaparte : biographie de l'empereur et de son règne
Napoléon Bonaparte : biographie de l'empereur et de son règne

Sommaire Biographie courte de Napoléon Bonaparte Napoléon Bonaparte : dates clés Naissance de Napoléon Bonaparte Napoléon Bonaparte en Égypte Napoléon Bonaparte Premier Consul Le sacre de l'empereur Napoléon Ier Les guerres...