Lord Byron : biographie de l'auteur du poème épique Don Juan

Lord Byron : biographie de l'auteur du poème épique Don Juan BIOGRAPHIE LORD BYRON - Poète romantique et sulfureux, Lord Byron est autant réputé pour son œuvre poétique que pour sa vie mouvementée. Défenseur des peuples opprimés, il est connu pour ses poèmes aussi bien épiques que satiriques, avec "Le Pèlerinage de Childe Harold" ou "Don Juan".

Biographie courte de Lord Byron - Le jeune George Gordon Byron est né en 1788 à Londres. Son père meurt quand il a trois ans, et il hérite à dix ans du titre de lord et d'un domaine en ruine. Lors de sa scolarité, c'est un élève brillant, mais indiscipliné. À l'université, il mène un train de vie extravagant et débauché : il participe à des combats de boxe, fréquente des prostituées, adopte un ours comme animal de compagnie… C'est à cette période qu'il commence à écrire de la poésie. Il entre au Parlement anglais en 1809, à l'âge de 21 ans. Souhaitant quitter cette vie de débauches et revenir dans le droit chemin, il part en voyage à travers l'Europe et séjourne dans des pays comme la Grèce ou la Turquie. Il se sert de ses voyages pour l'écriture du Pèlerinage de Childe Harold. Publié peu de temps après son retour en Angleterre en 1812, le poème remporte un succès considérable et inattendu. En parallèle, Lord Byron s'investit dans son activité politique à la chambre des Lords en espérant faire valoir ses idées. Toutes ses propositions sont malheureusement rejetées, et il commence à douter de ses capacités d'orateur.

Domaine de Newstead Abbey, Nottingham. © kilhan - stock.adobe.com

Désireux de mettre fin à des années de débauche et de liaisons amoureuses sans lendemain, Lord Byron se marie en 1815 avec Anne Isabella Milbanke (1792-1860). Leur union ne dure finalement qu'un an. Au cours de cette période, Lord Byron commet de nombreuses infidélités, et son comportement commence à changer de manière radicale et inquiétante. Sa jeune épouse, persuadée qu'il est atteint de folie, demande le divorce. Après leur séparation, pour fuir les scandales le concernant, il quitte définitivement son pays natal. Après plusieurs escales, il s'installe en Italie. Il s'écarte du courant romantique de ses débuts et écrit des œuvres plus satiriques et personnelles comme Don Juan. Bien que très décriée en Angleterre, l'œuvre est particulièrement appréciée en France pour ses idées, notamment par des poètes comme Alphonse de Lamartine et le jeune Victor Hugo. Il noue une amitié sincère avec le couple Percy Bysshe et Mary Shelley. Cette dernière rédige le célèbre roman Frankenstein sur une suggestion de Byron. En 1823, il prend fait et cause pour l'indépendance de la Grèce. Mais le train de vie dissipé qu'il mène depuis des années l'affaiblit considérablement. Il contracte la "fièvre des marais", et meurt en 1824, à l'âge de 36 ans.

Don Juan, l'épopée satirique majeure de Lord Byron

Statue de Lord Byron, Achilleion, île de Corfou, Grèce. © Vladimir Jovanovic - stock.adobe.com

Le poème épique Don Juan est considéré par son propre auteur comme étant son œuvre majeure. Inachevé à cause de la mort précoce de Lord Byron en 1824, seize chants ont été rédigés et publiés entre 1819 et 1824. Dans ce poème, Byron raconte les péripéties d'un jeune noble espagnol victime de son succès auprès de la gente féminine. L'auteur s'inspire en grande partie du mythe de Don Juan, initié par Tirso de Molina en 1630 et sa pièce de théâtre L'Abuseur de Séville. Le personnage connaît ensuite la célébrité avec Molière dans la pièce Dom Juan ou le Festin de Pierre à partir de 1665. Lord Byron n'est donc pas le premier à réutiliser le bourreau des cœurs sévillan, mais il est l'un des premiers à le faire sous forme poétique. Les thèmes abordés sont également très différents. Molière a mis l'accent sur la morale religieuse et le châtiment divin, là où Lord Byron utilise Don Juan comme prétexte à la satire politique et sociale de ses contemporains. Il prend également le personnage à contre-pied. Là où le Don Juan de Molière est un séducteur expérimenté et parfaitement conscient de ses actes, celui de Byron est plus pathétique et subit les conséquences de sa beauté au travers des nombreuses femmes qu'il rencontre. Dès le début de sa parution, le poème fait scandale. Mais Byron s'en moque et multiplie les références et les critiques dans ses chants. Il s'attaque à la politique étrangère de son pays natal et aux ravages causés par la guerre. Il défend des valeurs qui lui sont chères comme la liberté des peuples contre l'oppression. Cela lui vaut les louanges du peuple grec, alors sous contrôle de l'Empire ottoman, en pleine guerre d'indépendance.

Les poèmes de Lord Byron

Lord Byron, malgré sa mort à un âge relativement jeune, est considéré comme un des poètes britanniques les plus influents de son temps. Il a rédigé un grand nombre de poèmes et d'épopées, avec des succès plus ou moins importants. A 19 ans, il publie un premier recueil, Hours of Idleness (Heures d'oisiveté en français), qui obtient un accueil mitigé. C'est avec Bardes anglais et critiques écossais (1809) qu'il commence à se faire connaître du grand public. Il atteint la consécration avec Le Pèlerinage de Childe Harold à partir de 1812. Fruit de ses voyages passés à l'étranger, il y décrit les pérégrinations d'un jeune héros solitaire à travers l'Europe. Beppo, histoire vénitienne (1818), poème épique, semble avoir servi d'ébauche pour l'histoire de Don Juan. Il est rattaché au courant artistique du romantisme, aux côtés d'auteurs comme son ami Percy Bysshe Shelley et John Keats. Tous étaient des écrivains très talentueux qui ont connu une fin précoce et tragique.

Byron est connu pour ses poèmes narratifs en plusieurs chants. Ces derniers sont souvent teintés d'éléments satiriques et de références aux voyages de l'auteur à l'étranger. Parmi les plus notables, on peut citer les histoires inspirées par l'Empire ottoman (Grèce et Turquie) telles que Le Giaour (1813), La Fiancée d'Abydos (1813), Le Corsaire et Lara (1814). Il lui arrive aussi de s'inspirer de faits historiques rapportés de ses voyages, par exemple pour Parisina et Le Prisonnier de Chillon (1816) ou encore Mazeppa (1819). Il s'est également essayé au genre dramatique avec des œuvres centrées sur des figures légendaires, comme Sardanapale (1821), ou bibliques, avec Caïn (1821). Enfin, plusieurs de ses discours à la Chambre des Lords, ainsi que ses journaux intimes ont pu être conservés, permettant de mieux cerner la vision politique et la psychologie du personnage.

Lord Byron : dates clés

22 janvier 1788 : Naissance de Lord Byron
Georges Gordon Byron naît le 22 janvier 1788 à Londres en Grande-Bretagne. Il est le fils de John Byron (1756-1791), officier dans l'armée de terre britannique, et de Catherine Gordon de Gight (1765-1811). Le jeune Georges est né avec un pied-bot, une malformation qui déforme sa démarche durant toute sa vie. Sa demi-sœur, Augusta Leigh (1783-1851), est issue d'un précédent mariage entre son père et la fille d'un comte britannique. Plusieurs sources font état d'une relation incestueuse entre Georges et sa demi-sœur. Le jeune garçon devient "Lord" Byron à l'âge de 10 ans, en héritant du titre de noblesse de son grand-oncle et du domaine de Newstead Abbey situé près de la ville de Nottingham.
19 avril 1824 : Mort de Lord Byron
Lord Byron s'éteint le 19 avril 1824 à Missolonghi (Grèce) des suites de la malaria. Sa mort a également pu être provoquée par les saignées prodiguées par les médecins pour diminuer les symptômes de la maladie. Byron était venu en Grèce pour soutenir et prêter main-forte aux insurgés, en pleine guerre d'indépendance (1821-1829) contre l'Empire ottoman. Il est accueilli en héros par la population locale à Missolonghi. Le poète a droit à des funérailles nationales, et sa dépouille est ramenée en Grande-Bretagne quelques mois plus tard. Son corps repose dans l'église de la petite ville de Hucknall (Nottinghamshire). À cause de ses nombreuses aventures amoureuses, il est difficile de retracer avec certitude la descendance de Lord Byron. Sa fille Ada Lovelace (1815-1852), qu'il a eu avec Anne Isabella Milbanke, est devenue une mathématicienne reconnue, dont les travaux sont précurseurs de l'informatique.